Visiteur (Le) : Différence entre versions

De Cinémancie
Aller à : navigation, rechercher
(L'hiver)
 
Ligne 1 : Ligne 1 :
 
<span id="ancre_1"> </span>   
 
<span id="ancre_1"> </span>   
[[Fichier: Valkeapää Jukka-Pekka_Le-Visiteur-Muukalainen_affiche.jpg|400px|thumb|right|alt= ''Le Visiteur, (Muukalainen)'' de Jukka-Pekka Valkeapää, affiche du film. '''[[#ancre_201|Aller directement au début du film.]]'''| ''Le Visiteur, (Muukalainen)'' de Jukka-Pekka Valkeapää, affiche du film. <br/>'''[[#ancre_201|Aller directement au début du film.]]''']]
+
[[Fichier: Valkeapää Jukka-Pekka_Le-Visiteur-Muukalainen_affiche.jpg|600px|thumb|right|alt= ''Le Visiteur, (Muukalainen)'' de Jukka-Pekka Valkeapää, affiche du film. '''[[#ancre_vis201|Aller directement au début du film.]]'''| ''Le Visiteur, (Muukalainen)'' de Jukka-Pekka Valkeapää, affiche du film. <br/>'''[[#ancre_vis201|Aller directement au début du film.]]''']]
  
 
==Aspects techniques du film==
 
==Aspects techniques du film==
Ligne 31 : Ligne 31 :
 
* L'Homme au costume : Poranen Pauli
 
* L'Homme au costume : Poranen Pauli
  
<center>* * *</center>
+
 
 +
<center>[[#ancre_1|▲ ▲ ▲]]</center>
  
  
Ligne 41 : Ligne 42 :
 
''Un jour, un visiteur (mystérieux) apparaît, avec un billet du père, afin de rester un moment avec la mère et l'enfant.''
 
''Un jour, un visiteur (mystérieux) apparaît, avec un billet du père, afin de rester un moment avec la mère et l'enfant.''
  
<center>* * *</center>
+
 
 +
<center>[[#ancre_1|▲ ▲ ▲]]</center>
  
  
Ligne 166 : Ligne 168 :
 
'''''Visiteur (Le)'', de Valkeapää Jukka-Pekka (2008)'''
 
'''''Visiteur (Le)'', de Valkeapää Jukka-Pekka (2008)'''
  
<center>* * *</center>
 
  
 +
<span id="ancre_vis201"> </span>
 +
<br/>
 +
<center>'''Chapitre 1'''</center>
 +
<br/>
  
<span id="ancre_201"> </span> 
 
  
 
====Prologue - La visite en prison====
 
====Prologue - La visite en prison====
 
<center>* * *</center>
 
  
  
Ligne 219 : Ligne 221 :
  
 
<center>[[#ancre_1|▲ ▲ ▲]]</center>
 
<center>[[#ancre_1|▲ ▲ ▲]]</center>
 +
<span id="ancre_vis202"> </span>
 +
<br/>
 +
<center>'''Chapitre 2'''</center>
 +
<br/>
  
 
====Le retour chez la Mère : "Le Trésor"====
 
====Le retour chez la Mère : "Le Trésor"====
Ligne 328 : Ligne 334 :
 
<center>[[#ancre_1|▲ ▲ ▲]]</center>
 
<center>[[#ancre_1|▲ ▲ ▲]]</center>
  
 +
<span id="ancre_vis203"> </span>
 +
<br/>
 +
<center>'''Chapitre 3'''</center>
 +
<br/>
 
====Une journée « or-dinaire » de l'Enfant====
 
====Une journée « or-dinaire » de l'Enfant====
  
Ligne 399 : Ligne 409 :
 
<center>[[#ancre_1|▲ ▲ ▲]]</center>
 
<center>[[#ancre_1|▲ ▲ ▲]]</center>
  
 +
<span id="ancre_vis204"> </span>
 +
<br/>
 +
<center>'''Chapitre 4'''</center>
 +
<br/>
 
====L'arrivée du « Visiteur »====
 
====L'arrivée du « Visiteur »====
  
Ligne 469 : Ligne 483 :
  
 
<center>[[#ancre_1|▲ ▲ ▲]]</center>
 
<center>[[#ancre_1|▲ ▲ ▲]]</center>
 
+
<span id="ancre_vis205"> </span>
 +
<br/>
 +
<center>'''Chapitre 5'''</center>
 +
<br/>
 
====La première nuit avec le « Visiteur »====
 
====La première nuit avec le « Visiteur »====
  
Ligne 515 : Ligne 532 :
  
 
<center>[[#ancre_1|▲ ▲ ▲]]</center>
 
<center>[[#ancre_1|▲ ▲ ▲]]</center>
 
+
<span id="ancre_vis206"> </span>
 +
<br/>
 +
<center>'''Chapitre 6'''</center>
 +
<br/>
 
====Le lendemain - « De-puits »====
 
====Le lendemain - « De-puits »====
  
Ligne 628 : Ligne 648 :
  
 
<center>[[#ancre_1|▲ ▲ ▲]]</center>
 
<center>[[#ancre_1|▲ ▲ ▲]]</center>
 
+
<span id="ancre_vis207"> </span>
 +
<br/>
 +
<center>'''Chapitre 7'''</center>
 +
<br/>
 
====La seconde visite en prison====
 
====La seconde visite en prison====
  
Ligne 714 : Ligne 737 :
  
 
<center>[[#ancre_1|▲ ▲ ▲]]</center>
 
<center>[[#ancre_1|▲ ▲ ▲]]</center>
 
+
<span id="ancre_vis208"> </span>
 +
<br/>
 +
<center>'''Chapitre 8'''</center>
 +
<br/>
 
====La nouvelle situation dans la maison====
 
====La nouvelle situation dans la maison====
  
Ligne 838 : Ligne 864 :
  
 
<center>[[#ancre_1|▲ ▲ ▲]]</center>
 
<center>[[#ancre_1|▲ ▲ ▲]]</center>
 
+
<span id="ancre_vis209"> </span>
 +
<br/>
 +
<center>'''Chapitre 9'''</center>
 +
<br/>
 
====Le retour au puits====
 
====Le retour au puits====
 
    
 
    
Ligne 859 : Ligne 888 :
  
 
<center>[[#ancre_1|▲ ▲ ▲]]</center>
 
<center>[[#ancre_1|▲ ▲ ▲]]</center>
 
+
<span id="ancre_vis210"> </span>
 +
<br/>
 +
<center>'''Chapitre 10'''</center>
 +
<br/>
  
 
====La troisième visite en prison====
 
====La troisième visite en prison====
Ligne 891 : Ligne 923 :
  
 
<center>[[#ancre_1|▲ ▲ ▲]]</center>
 
<center>[[#ancre_1|▲ ▲ ▲]]</center>
 
+
<span id="ancre_vis211"> </span>
 +
<br/>
 +
<center>'''Chapitre 11'''</center>
 +
<br/>
 
====Le cheval dompté====
 
====Le cheval dompté====
  
Ligne 954 : Ligne 989 :
  
 
<center>[[#ancre_1|▲ ▲ ▲]]</center>
 
<center>[[#ancre_1|▲ ▲ ▲]]</center>
 
+
<span id="ancre_vis212"> </span>
 +
<br/>
 +
<center>'''Chapitre 12'''</center>
 +
<br/>
 
====La mort du cheval====
 
====La mort du cheval====
 
    
 
    
Ligne 1 007 : Ligne 1 045 :
  
 
<center>[[#ancre_1|▲ ▲ ▲]]</center>
 
<center>[[#ancre_1|▲ ▲ ▲]]</center>
 
+
<span id="ancre_vis213"> </span>
 +
<br/>
 +
<center>'''Chapitre 13'''</center>
 +
<br/>
 
====L'hiver====
 
====L'hiver====
 
    
 
    
Ligne 1 050 : Ligne 1 091 :
 
'''<span id="ancre_444">Plans</span> 444 - 445.''' '' 1h. 14' 38&quot; - 1h. 14' 58''&quot; : L'Enfant dort dans sa cachette, comme dans le [[#ancre_190|plan 190]]. Le matin, il se rend dans la chambre de sa Mère, elle était seule.
 
'''<span id="ancre_444">Plans</span> 444 - 445.''' '' 1h. 14' 38&quot; - 1h. 14' 58''&quot; : L'Enfant dort dans sa cachette, comme dans le [[#ancre_190|plan 190]]. Le matin, il se rend dans la chambre de sa Mère, elle était seule.
  
'''<span id="ancre_446">Plans</span> 446 - 447.''' '' 1h. 15' 07&quot; - 1h. 15' 21''&quot; : Dehors, sur le sol enneigé, il remarque des traces de pas, profondes, (comme dans le [[#ancre_254|plan 254]]), qui se dirigent vers l'étable. Il se dirige, précipitamment vers le l'étable.
+
'''<span id="ancre_446">Plans</span> 446 - 447.''' '' 1h. 15' 07&quot; - 1h. 15' 21''&quot; : Dehors, sur le sol enneigé, il remarque des traces de pas, profondes, (comme dans le [[#ancre_254|plan 254]]), qui se dirigent vers l'étable. Il se dirige, précipitamment vers l'étable.
  
 
'''Photogramme 97 - <span id="ancre_448">Plan</span> 448.''' '' 1h. 15' 34''&quot; : L'Enfant est supris. La [[corde]] n'est plus sur le crochet. Il est pétrifié. Il comprend que c'est le Visiteur qui a pris la [[corde]]. Il court dans la forêt (plan 450).
 
'''Photogramme 97 - <span id="ancre_448">Plan</span> 448.''' '' 1h. 15' 34''&quot; : L'Enfant est supris. La [[corde]] n'est plus sur le crochet. Il est pétrifié. Il comprend que c'est le Visiteur qui a pris la [[corde]]. Il court dans la forêt (plan 450).
Ligne 1 060 : Ligne 1 101 :
 
<span id="ancre_448p"> </span>
 
<span id="ancre_448p"> </span>
 
<gallery caption="L'hiver - 3 ">
 
<gallery caption="L'hiver - 3 ">
Fichier:visiteurp97.jpg |''Le Visiteur, (Muukalainen)'', '''photogramme 97, plan 448''', l'Enfant est supris. La corde n'est pluss sur le crochet. Il est pétrifié. Il comprend que c'est le Visiteur qui a pris la corde. Il court dans la forêt (plan 450).
+
Fichier:visiteurp97.jpg |''Le Visiteur, (Muukalainen)'', '''photogramme 97, plan 448''', l'Enfant est supris. La corde n'est plus sur le crochet. Il est pétrifié. Il comprend que c'est le Visiteur qui a pris la corde. Il court dans la forêt (plan 450).
 
Fichier:visiteurp98a.jpg |''Le Visiteur, (Muukalainen)'', '''photogramme 98, <span id="ancre_457bp"> </span>plan 457b''', l'Enfant arrive trop trad, le Visiteur sans son [[chapeau]], est déjà sur le radeau-porte, ce dernier regarde l'Enfant avec une grande indifférence, et se dirige vers le [[puits]]. L'Enfant [[Hésitation|hésite]] un moment, et il se décide de le suivre. Il plonge dans l'[[eau]] glacée.  
 
Fichier:visiteurp98a.jpg |''Le Visiteur, (Muukalainen)'', '''photogramme 98, <span id="ancre_457bp"> </span>plan 457b''', l'Enfant arrive trop trad, le Visiteur sans son [[chapeau]], est déjà sur le radeau-porte, ce dernier regarde l'Enfant avec une grande indifférence, et se dirige vers le [[puits]]. L'Enfant [[Hésitation|hésite]] un moment, et il se décide de le suivre. Il plonge dans l'[[eau]] glacée.  
 
Fichier:visiteurp99.jpg |''Le Visiteur, (Muukalainen)'', '''photogramme 99, <span id="ancre_469bp"> </span>plan 469b''', l'Enfant arrive près du [[puits]], il trouve le [[sac]] à dos du Visiteur sur un rocher, et la [[corde]] suspendu au [[crochet]] du [[puits]].  
 
Fichier:visiteurp99.jpg |''Le Visiteur, (Muukalainen)'', '''photogramme 99, <span id="ancre_469bp"> </span>plan 469b''', l'Enfant arrive près du [[puits]], il trouve le [[sac]] à dos du Visiteur sur un rocher, et la [[corde]] suspendu au [[crochet]] du [[puits]].  
Ligne 1 073 : Ligne 1 114 :
  
 
<center>[[#ancre_1|▲ ▲ ▲]]</center>
 
<center>[[#ancre_1|▲ ▲ ▲]]</center>
 
+
<span id="ancre_vis214"> </span>
 +
<br/>
 +
<center>'''Chapitre 14'''</center>
 +
<br/>
 
====La disparition du Visiteur====
 
====La disparition du Visiteur====
  
Ligne 1 177 : Ligne 1 221 :
  
 
<center>[[#ancre_1|▲ ▲ ▲]]</center>
 
<center>[[#ancre_1|▲ ▲ ▲]]</center>
 
+
<span id="ancre_vis215"> </span>
 +
<br/>
 +
<center>'''Chapitre 15'''</center>
 +
<br/>
 
====Dernière visite à son Père====
 
====Dernière visite à son Père====
  
Ligne 1 206 : Ligne 1 253 :
  
 
<center>[[#ancre_1|▲ ▲ ▲]]</center>
 
<center>[[#ancre_1|▲ ▲ ▲]]</center>
 
+
<span id="ancre_vis216"> </span>
 +
<br/>
 +
<center>'''Chapitre 16'''</center>
 +
<br/>
  
 
====L'Enfant retrouve son cheval====
 
====L'Enfant retrouve son cheval====
Ligne 1 241 : Ligne 1 291 :
  
 
<center>[[#ancre_1|▲ ▲ ▲]]</center>
 
<center>[[#ancre_1|▲ ▲ ▲]]</center>
 
+
<span id="ancre_viscon"> </span>
==Conclusion : La forme du film==
+
<br/>
 +
<center>'''Conclusion'''</center>
 +
<br/>
 +
==La forme du film==
  
  

Version actuelle en date du 20 mars 2016 à 19:15

 Le Visiteur, (Muukalainen) de Jukka-Pekka Valkeapää, affiche du film. Aller directement au début du film.
Le Visiteur, (Muukalainen) de Jukka-Pekka Valkeapää, affiche du film.
Aller directement au début du film.

Aspects techniques du film

  • Visiteur (Le) : Année de réalisation : 2008, diffusion 08 décembre 2008 (Estonie)
  • Titre original : Muukalainen (Finlande), Der Besucher (Allemagne), The Visitor (Titre international anglais)
  • Réalisation : Jukka-Pekka Valkeapää
  • Pays : Finlande, Estonie, Allemagne, UK. 98 minutes, couleur
  • Nombre de plans (ici, "plan" désigne,"tout morceau de film compris entre deux changements de. plan) : 589
  • En moyenne : 1 plan/10.02 secondes.
  • Langue : Finlandais
  • Production : Helsinki Filmi Oy, Backup Films, Blue Light, Exitfilm, Propeller Film
  • Directeur de Production : Kokkonen Jabnina, Remus Niko
  • Scénario : Forsström Jan et Jukka-Pekka Valkeapää
  • Images : Hutri Tuomo
  • Décors (scénographie) :
  • Costumes : Suominen Sari
  • Son : Nyström Micke
  • Musique originale : Tulve Helena
  • Montage : Junkkonen Mervi


Principaux acteurs :

  • L'Enfant : Vitali Bobrov
  • Le Père : Tommila Jorma
  • La Mère : Ikäheimo Emilia
  • Le Visiteur : Pavel Liska
  • L'Homme au costume : Poranen Pauli


▲ ▲ ▲


Résumé du film

Il était une fois, un enfant qui vivait avec sa mère dans le cœur d'une forêt, dans le grand nord, son père était en prison.
L'enfant était muet, il avait comme seul compagnon un cheval blanc qui s'approchait peu de lui, le cheval était toujours caché au fond de l'étable.
L'enfant et le père avaient un secret, il s'agit d'un petit objet mystérieux que l'enfant caché soigneusement dans un double fond d'une petite boîte métallique en forme de coffre. Avant de rendre visite à son père, l'enfant cherchait l'objet mystérieux dans un puits abandonné, au fond de la forêt.
Un jour, un visiteur (mystérieux) apparaît, avec un billet du père, afin de rester un moment avec la mère et l'enfant.


▲ ▲ ▲


Introduction : Le Visiteur - Un conte de "de-main"

«  On a supposé à tort qu'une vie

trop riche en imagination nous
empêcher de venir à bout de la réalité.
Mais c'est le contraire qui est vrai. »

Bruno Bettelheim, p. 186.
*

Après avoir consulté quelques pages d'Internet sur le jeune réalisateur finlandais Jukka-Pekka Valkeapää (né en 1977), nous retenons deux faits importants : 1. Valkeapää définit son film comme étant « un conte de fée d'une mystérieuse obscurité, dit du point de vue de l'enfant… » (Article de Karri Kokko) ; 2. Valkeapää a révélé que l'allure générale du film lui a été inspirée par le travail du peintre américain Andrew Wyeth (1917-2009). (Article de Natacha Senjanovic)


*


La question du conte

Les valeurs des contes de fées d'après Bettelheim

Bruno Bettelheim (1903-1990), était un éducateur, thérapeute et psychanalyste d'enfants gravement perturbés. Il écrira un livre, paru en 1976, d'abord en anglais, The Uses of Enchantment, traduit en suite en français sous le titre Psychanalyse des contes de fées. [1]


Dès l'Introduction, Bettelheim met l'accent sur la première valeur des contes de fées, c'est, « lutter pour donner un sens à la vie » (p.15). Mais, il précise que pour enrichir la vie d'un enfant, « il faut qu'une histoire stimule l'imagination » (p.17). Ces histoires qui abordent des problèmes universels, « s'adressent à leur « moi » en herbe et favorisent son développement (p.19). De la sorte, la valeur inégalée du conte de fées est qu'il « ouvre de nouvelles dimensions à l'imaginaire » (p. 21). Le message que les contes de fées délivrent à l'enfant est que « la lutte contre les graves difficultés de la vie est inévitable et fait partie de l'existence humaine » (p.22).

Nous pouvons constater la place prépondérante de l'imagination dans la pensée de Bettelheim, qui constitue en fait, la première des deux grandes parties qui forment son livre :

  • 1ère partie : « De l'utilité de l'imagination » (197 pages) ;
  • 2nde partie : « Au royaume des fées » (162 pages).

Afin de saisir la richesse et la profondeur de la pensée du psychothérapeute, il est utile de faire quelques rappels sur les éléments de base de la psychanalyse :

*


La théorie de l'appareil psychique : Le « ça » le « moi » et le « surmoi »

Le « ça » le « moi » et le « surmoi », qui ont fini par passer dans le langage courant, sont à l'origine des concepts élaborés par Freud, J. Laplanche et J.B. Pontalès. Ils en donnent les définitions suivantes dans leur Vocabulaire de la psychanalyse (P.U.F. 5e Edition, 1976, pp. 56, 184, 241, 471), [2]

Nous retenons seulement un extrait du résumé de chaque rubrique :

  • 1. Le « ÇA » constitue le pôle pulsionnel de la personnalité ; ses contenus, expression psychique des pulsions, sont inconscients. Il est le réservoir premier de l'énergie psychique. Il entre en conflit entre le moi et le surmoi. Le « Ça » est souvent décrit dans les contes de fées sous la forme d'une bête, qui représente notre nature animale. [3]
  • 2. Le « MOI » est dans une relation de dépendance tant à l'endroit des revendications du « ÇA » que des impératifs du « SURMOI » et des exigences de la réalité. Il se pose en médiateur. Il représente dans le conflit névrotique le pôle défensif de la personnalité.
  • 3. Le « SURMOI » (ou « SUR-MOI »), son rôle est assimilable à celui d'un juge ou d'un censeur à l'égard du « MOI ». Il est défini comme l'héritier du complexe d'Œdipe ; il se constitue par intériorisation des exigences et des interdits parentaux.
  • 4. L'« IDEAL DU MOI » : instance de la personnalité résultant de la convergence du narcissisme (idéalisation du moi) et des identifications aux parents, à leurs substituts et aux idéaux collectifs. Il constitue un monde auquel le sujet cherche à se conformer.

Soulignons que dans Le Visiteur, le « complexe d'Œdipe » a une place centrale. En effet, le « mythe d'Œdipe » [4] est « devenu l'image qui nous permet de comprendre les problèmes (…) que nous posent les sentiments complexes et ambivalents que nous éprouvons vis-à-vis de nos parents ».[5] Le « complexe d'Œdipe » est le problème le plus important de l'enfance ».[6]


*

Les éléments les plus stables des contes de fées

Tolkien précise que les éléments sont au nombre de quatre : « l'imagination, la guérison, la délivrance et le réconfort. Guérison d'un profond désespoir, délivrance d'un grand danger et , par-dessus tout, le réconfort ».[7] Toutefois, Bettelheim ajoute un 5ème élément ; une menace dirigée contre l'existence physique du héros.[8]


▲ ▲ ▲


Un tableau d'Andrew Wyeth

Christina's World

Image-Peinture, Andrew Wyeth (1917 - 2009), Christina's World, 1948.
Image-Peinture, Andrew Wyeth (1917 - 2009), Christina's World, 1948.


Christina's World (Le Monde de Christina), résume en partie, l'ambiance du film et pose le décor dans lequel évolue le triangle formé par l'Enfant (sans nom - qu'on appellera désormais, l'Enfant), la Mère et le Visiteur. Toutefois, il faut distinguer une grande différence, le paysage du film est verdoyant et luxuriant.

Par ailleurs, le corps contorsionné, bouleversé, tendu de Christina, rejoint à un moment, celle de la Mère qui boîte. Ses mains sont digne d'intérêt, la main gauche est ouverte, elle pointe vers la maison, et la main droite est fermée, comme si elle cachait un petit objet.…

Le personnage est vu de dos, comme le sera souvent l'Enfant dans le film, et qui est une innovation dans le cadrage des protagonistes. Nous rencontrons souvent cette attitude chez le peintre romantique allemand Caspar David Friedrich (1775 - 1842), notamment dans Le Voyageur contemplant une mer de nuages (1819), Femme dans le soleil du matin (1818), ou encore Le moine au bord de la mer (1808).

▲ ▲ ▲


Autre innovation majeure du film : « les barrages accumulés »

Image-Peinture. Johannes Vermeer (1632 - 1675), La Liseuse à la fenêtre, 1659, Dresde.
Image-Peinture. Johannes Vermeer (1632 - 1675), La Liseuse à la fenêtre, 1659, Dresde.

Cette seconde innovation concerne toujours le cadrage des protagonistes, sauf qu'une partie, parfois assez importante de l'écran est occultée par un fond sombre, parfois c'est une porte (plan 16), les planches d'une étable (plan 134b) ou encore un trou dans le plancher (plan 41).

Cette caractéristique participe pleinement dans l'aspect mystérieux du « conte ». Nous rencontrons cette qualité de réduction dans la peinture, comme par exemple, entre autres, dans un tableau de Johannes Vermeer (1632 - 1675), La Liseuse à la fenêtre (1659).


En effet, nous constatons qu'au premier plan, le rideau jaune à gauche, accroché à une fine tringle de cuivre, cache une partie verticale du tableau, et que la table avec son épais tapis rouge à motifs cache une partie horizontale. Ce qui conduit et oriente nos regards presque exclusivement à la Liseuse. Ainsi, cet astucieux dispositif installe à la fois, une distance entre le spectateur et l'unique protagoniste, et en même temps, isole la personne. Par ailleurs, ces effets plastiques rejoignent la thématique du tableau : la lecture d'une lettre intime, qui a à la fois, la légèreté du rideau jaune et l'épaisseur du tapis rouge.

Dans son article La Lettre insaisissable, Alain Jaubert parle, avec raison, de « barrages accumulés (…) pour renforcer l'idée d'inaccessibilité ». [9]

Valkeapää utilisera, comme nous allons le voir, avec une grande finesse le système des « barrages accumulés », comme par exemple, entre autres les plans d'ouverture, plans 2 et 8. Ils participeront pleinement dans l'émergence d'un sens qui reste impénétrable, car avec ce film, le réalisateur pousse, pour ne pas dire, propulse, le sens d'un film vers une nouvelle dimension, qui à notre connaissance, n'a pas encore été franchi. Ce qui rend le film, Le Visiteur, particulièrement passionnant et captivant.

(30 décembre 2011)


*


Autres photogrammes de "barrage(de l'image)"


▲ ▲ ▲

Photogrammes du film - Analyse et liens spécifiques du film

Visiteur (Le), de Valkeapää Jukka-Pekka (2008)



Chapitre 1



Prologue - La visite en prison

'Le Visiteur, (Muukalainen), photogramme 1, premier plan du film.
Le Visiteur, (Muukalainen), photogramme 1, premier plan du film.


Plan 1. 0h 00' 00" : Générique d'ouverture du film sur un fond noir.


Photogramme 1 - Plan 2. 01' 43" : Fondu enchaîné sur un premier barrage circulaire, en contre plongée. Un trou qui ressemble à un puits. Première apparition de l'Enfant. Il plonge la main droite ouverte dans l'eau, ensuite la tête. Il ouvre les yeux et regarde avec attention.


L'Enfant sort la tête de l'eau, un surveillant vient le chercher pour le conduire dans la cellule de prison, pour voir son Père.


Trois indices sont à souligner, l'eau comme étant « l'élément liquide que nous ne quittons qu'à notre naissance » [10], s'agit-il alors d'une re-naissance ? Mais de quelle renaissance s'agit-il ? Celle de l'Enfant ? Ou alors, la nôtre ? Car l'image ne suggère-t-elle pas que l'Enfant veut traverser l'écran ? Cette suggestion dévie le sens du film et lui confère une autre interprétation. D'autre part, l'eau aura un poids prépondérant dans la suite de la diégèse. Le second indice révélateur est le cadre noir circulaire (premier barrage), qui rejoint la circularité d'une femme enceinte. Nous avons rencontré cette figure, avec le motif de la lucarne dans Andreï Roublev, nous y reviendrons. Enfin, le troisième indice c'est la forme circulaire qui est également une forme dominante dans le film, que nous allons rencontrer deux plans plus loin.


*


Photogramme 2 - Plan 4. 0h 02' 45" : L'enfant et le surveillant, (curieusement), descendent un escalier, ce qui peut paraître paradoxal, car, il y a un instant, l'Enfant avait la tête plongée dans un « puits » d'eau. Nous descendons donc, ou nous contournons le puits d'eau.

Le Visiteur, (Muukalainen), photogramme 2, plan 4, première allusion à un escalier
Le Visiteur, (Muukalainen), photogramme 2, plan 4, première allusion à un escalier.


Encore une fois, le réalisateur cadre une portion de l'escalier, nous voyons seulement des pieds qui descendent ainsi que l'ombre portée de l'escalier sur un mur. Ce cadrage est significatif, puisqu'il donne des indications sur ce qui sera l'un des nœuds du conte, avec la question des pieds, l'Enfant qui marche pieds nus (plan 12), le pied malade de la Mère (plans 22 - 25 ) et enfin, les pieds cassés du cheval blanc (plan 364).


Photogramme 3 - Plan 7. 03' 54" : L'Enfant entre dans la cellule, son père l'attendait assis à califourchon, sur un banc. L'Enfant s'assied du côté droit du banc et dépose devant son père, le petit coffre mystérieux (Première apparition).

 Le Visiteur, (Muukalainen), photogramme 3, plan 7, première allusion au mystérieux petit coffre.
Le Visiteur, (Muukalainen), photogramme 3, plan 7, première allusion au mystérieux petit coffre.

Photogramme 4 - Plan 8. 04' 03" : Le surveillant ferme la porte de la cellule, nous regardons la scène à travers l'œilleton de la porte (3ème barrage).

Le Père est visiblement animé, il parle sans cesse à son Enfant, mais pour le moment, nous n'en saurons rien. Ce dernier, le regard baissé vers le sol, écoute avec attention. Il faut noter la position des deux mains posées sur les cuisses, qui témoignent d'une attitude rare et inhabituel pour un enfant. Une attitude, si l'on ose dire, pharaonique.

 Le Visiteur, (Muukalainen), photogramme 4, plan 8, nous regardons la scène à travers l'œilleton circulaire de la porte (3ème barrage).
Le Visiteur, (Muukalainen), photogramme 4, plan 8, nous regardons la scène à travers l'œilleton circulaire de la porte (3ème barrage).


▲ ▲ ▲


Chapitre 2


Le retour chez la Mère : "Le Trésor"

Le Visiteur, (Muukalainen), photogramme 5, plan 9, l'Enfant est assis dans un bus vide, on le voit de dos (première fois).

Photogramme 5 - Plan 9. 04' 16" : Le cadre de l'image est fixe. L'Enfant est assis dans un bus vide, on le voit de dos (première fois). Le bus roule sur un chemin très cabossée, car l'Enfant est ballotté dans tous les sens, comme il le sera d'ailleurs, dans la suite des événements. C'est un signe annonciateur.

Nous ne distinguons pas le conducteur du bus. En revanche, nous apercevons qu'à gauche, le pare-brise est chargé de traces sombres, comme si le bus sortait de la terre avec des frottements importants sur des parois rugueuses, ce qui pourrait expliquer les lignes désordonnées qui traversent les taches. Peut-on par là déduire, que le Père est emprisonné dans les profondeurs de la terre ? Les faits filmiques mènent vers cette direction.

Par ailleurs, à la hauteur des yeux de l'Enfant, une zone circulaire de quelques centimètres, est nette. L’Enfant est attiré par cet œilleton « naturel » (second œilleton).


Photogramme 6 - Plan 10. 04' 36" : A travers l'œilleton naturel, l'Enfant distingue en contre-champ, des enfants joyeux (l'une des rares scènes heureuses du film) qui jouent au loin en laissant échapper un ballon rouge. (4ème barrage).


En parlant de la couleur du film, Valkeapää et son directeur de la photographie Tuomo Hutri ont opté pour une lumière entièrement naturelle et une palette très sobre dominée par des bleus, des verts et des marrons qui capturent la pauvreté dans laquelle les personnages vivent et la luxuriante beauté de la nature qui les entoure. « Seule la couleur rouge était interdite, nous ne nous en sommes servis que pour le sang », souligne Valkeapää. (Natacha Senjanovic) Toutefois, le ballon rouge virevoltant dans les airs semble ajouter une valeur à cette couleur rare, nous y reviendrons au moment opportun.


Le Visiteur, (Muukalainen), photogramme 6, plan 10, l'Enfant distingue en contre-champ, des enfants joyeux qui jouent au loin en laissant échapper un ballon rouge. (4ème barrage).



*

Plan 12. 05' 00" : Changement de plan. Une forêt magnifique enveloppée d'une brume épaisse, qui va se dissiper, instantanément, sous la chaleur des rayons parallèles du soleil. Il nous semble que cette brume participe également dans la construction diégétique car elle rejoindra d'une part, les séquences du Père qui fume une grosse cigarette, et d'autre part, elle constitue une liaison subtile avec la bande-son, dans laquelle nous entendons, le « souffle » d'une expiration. De la sorte, Valkeapää personnifie le paysage environnant.

L’Enfant est assis au bord d'un chemin, il est presque imperceptible dans ce cadre grandiose, comme s'il en faisait partie. Il enlève ces chaussures, les accrochent ensemble et les disposent en guise de « collier » autour du cou (pourquoi ?). Il traverse, à présent, pieds nus, le chemin perpendiculairement et s'enfonce dans la nature luxuriante.

Plan 14a. 05' 41" : L'Enfant marche, calmement, le long d'anciens rails de chemin de fer, chargé d'une végétation dense. Ce qui indique que depuis un certain moment, aucun train n'a emprunté ses rails. Comme d'ailleurs, les poteaux électriques devant la maison, qui ne fournissent pas d'électricité.

Photogramme 7 - Plan 14b. 05' 52" : L'Enfant pieds nus, arrive devant sa maison. Nous distinguons le puits et la maison.

Le Visiteur, (Muukalainen), photogramme 7, plan 14b, l'Enfant pieds nus, arrive devant sa maison. Nous distinguons le puits et la maison.
Le Visiteur, (Muukalainen), photogramme 7, plan 14b, l'Enfant pieds nus, arrive devant sa maison. Nous distinguons le puits et la maison.


Plan 15. 06' 17 : L'Enfant entre dans la maison, accroche sa veste à un portemanteau, comme le ferait un adulte qui entre chez lui, il remplace ainsi le père de la famille. Ensuite, il emprunte un escalier, autre élément récurrent dans le film. Et se rend dans une chambre au premier étage.

Le Visiteur, (Muukalainen), photogramme 8, plan 16, l'Enfant se dirige dans le coin de la chambre, mais la caméra reste au seuil de la chambre (5ème barrage). Il commence par enlever des planches du sol.

Photogramme 8 - Plan 16. 06' 43" : Il se dirige dans le coin de la chambre, mais la caméra reste au seuil de la chambre (5ème barrage). Il commence par enlever des planches du sol.


Photogramme 9 - Plan 17. 07' 02" : A travers l'étrange ouverture. L’Enfant se laisse glisser dans l'espace exigu, constitué en fait de deux planchers, le sol de la chambre et le plafond de la chambre de dessous, celle ou dort sa Mère. Il ferme derrière lui avec un petit tapis.

Cette ouverture et l'espace qu'elle représente, constituent une autre innovation du film, avec l'introduction d'élément inaccoutumé, qui dévie complètement le sens traditionnel d'une habitation. C'est une image très rare au cinéma, pour ne pas dire unique. L'habitation est ainsi divisée en trois parties (viables et perceptibles à l'écran), de la sorte nous retrouvons une représentation métaphorique de la famille : la Mère au rez-de-chaussée, l'Enfant au milieu et le Père au 1er étage. Est-ce le signe de la trinité ?

Par ailleurs, nous obtenons au sens propre et au sens figuré, grâce au mouvements de la caméra, à la fois, une découpe-balayage vertical (de haut en bas) et horizontal (au milieu) de la maison. Est-ce le signe de la croix ?


Photogramme 10 - Plan 18. 07' 30" : Dans la pénombre, l'Enfant rampe jusqu'au fond de sa cachette, vers ce qui semble être son « trésor ». Il sort le mystérieux « coffre » et le dispose parmi une collection d'autres objets, aussi mystérieux que le coffre. Nous distinguons de droite à gauche : trois objets sphériques, dont le troisième est fortement coloré en vert, une espèce de corne, un quatrième objet sphérique qui fait penser à une perle, un amas de petit bout de ficelle, le coffre, un objet indéfini, un petit jouet ayant la forme d'un éléphant et une plume alternée de deux couleurs.


L'image est intéressante, elle va nous livrer un indice, car comme nous allons le voir, c'est toujours dans l'ombre ou l'obscurité complète d'un puits ( plan 144), que l'Enfant cherchera « l'objet mystérieux ».


Photogramme 11 - Plan 19. 07' 44" : L'Enfant retire une espèce de bouchon situé sur la surface du plancher, et regarde à travers le trou. Toutefois, nous ne saurons pas, encore, ce qu'il regarde.


Le Visiteur, (Muukalainen), photogramme 12, plan 20, la porte de la chambre de la Mère, avec une fente de lumière significative qui filtre à travers la porte.


Comme pour le père, au plan 8, Valkeapää, ne présente pas les situations en une seule fois, il effectue des « découpages », en les montrant par morceaux. Ainsi, chez le Père nous aurons une occultation auditive et chez la Mère, c'est une occultation visuelle. En outre, signalons que c'est un autre type de barrage.

Photogramme 12 - Plan 20. 07' 58" : Dans la suite du mouvement de la séquence, le réalisateur au lieu de nous présenter la « sortie » de l'Enfant de sa cachette, il présente un plan fixe de l'escalier (3ème fois) de la maison. Nous apercevons la porte de la chambre de la Mère, avec une fente de lumière significative qui filtre à travers la porte.


Plan 21 : L'Enfant entre dans la chambre de sa Mère.

Plan 22 : Pour présenter la Mère, Valkeapää nous montre d'abord ses pieds, tachés de traces de boue, qui dépassent du drap, ce n'est qu'ensuite que la caméra monte jusqu'à la tête que nous verrons de dos. L'Enfant se dirige vers la fenêtre, et ouvre les épais rideaux (Plan 23). La Mère se réveille. Elle se retourne et tente de sortir du lit. Elle a des difficultés pour faire ce geste quotidien banal (Plan 24).


Photogramme 13 - Plan 25  : La Mère soulève son pied gauche avec sa main, et le pose au sol. Nous apercevons au pieds du lit, une attelle. Vraisemblablement la Mère est atteinte de la « poliomyélite (du grec polios « gris », -myelos « moelle » et -ite « inflammation »), est une maladie infectieuse aiguë et contagieuse spécifiquement humaine causée par trois virus à ARN du genre Entérovirus, les poliovirus. » (Source : Wikipédia).

Le Visiteur, (Muukalainen), photogramme 13,   plan 25, la Mère soulève son pied gauche avec sa main, et le pose au sol. Nous apercevons au pieds du lit, une attelle.
Le Visiteur, (Muukalainen), photogramme 13, plan 25, la Mère soulève son pied gauche avec sa main, et le pose au sol. Nous apercevons au pieds du lit, une attelle.


Photogramme 14 - Plan 26b. 09' 13" : L'Enfant aide la Mère à fixer l'attelle à sa jambe gauche.


Le Visiteur, (Muukalainen), photogramme 14,   plan 26b, l'Enfant aide la Mère à fixer l'attelle à sa jambe gauche.
Le Visiteur, (Muukalainen), photogramme 14, plan 26b, l'Enfant aide la Mère à fixer l'attelle à sa jambe gauche.


▲ ▲ ▲


Chapitre 3


Une journée « or-dinaire » de l'Enfant

Le Visiteur, (Muukalainen), photogramme 15, plan 28, l’Enfant puise l'eau du puits. La Mère transporte l'eau dans un seau de la main gauche en s'appuyant de la main droite à un bâton.

Photogramme 15 - Plan 28. 09' 34" : L'Enfant puise l' eau du puits. La Mère transporte l'eau dans un seau de la main gauche en s'appuyant de la main droite à un bâton rustique, constitué d'une branche naturelle.


Photogramme 16 - Plans 29-30. 10' 20" : L'Enfant entre dans le poulailler, il ramasse les œufs des poules, et les dépose dans le tablier de sa Mère. L'image est intéressante car le tablier représente comme un second ventre, un ventre supplémentaire, qui vient accueillir les œufs, des embryons en germe. Ne peut-on pas dire que cette image est une métaphore du « complexe d'Œdipe » ?


Photogramme 17 - Plan 33. 10' 42" : L'Enfant sort du poulailler et veut fermer la porte derrière lui, mais il se heurte la tête au toit du poulailler et un œuf tombe en se cassant.


Photogramme 18 - Plan 34. 10' 49" : Gros plan de l'œuf cassé, mais hélas, nous apercevons l'embryon d'un petit poussin en formation. L'Enfant est perplexe. Et, en fonction de ce que nous venons de dire précédemment, ne peut-on pas voir dans cet œuf cassé une espèce d'avortement maternel ?

C'est par ailleurs, la première image d'une série qui représente un organisme vivant. Nous en aurons d'autres dans le film.

*

Le Visiteur, (Muukalainen), photogramme 19, plan 36, l’Enfant saisit l'œuf et le porte à l'oreille, comme s'il voulait vérifier le contenu.

Plan 35 : L'Enfant est assis autour de la table de cuisine, il a devant lui un plat creux avec un œuf. Il est hésitant et dubitatif. Très doucement, il approche la main vers l'œuf.

Photogramme 19 - Plan 36. 11' 17" : L'Enfant saisit l'œuf et le porte à l'oreille, comme s'il voulait vérifier le contenu.


Plan 37. 11' 26" : Il emprunte l' escalier (4ème représentation), et se dirige vers sa cachette.

Photogramme 20 - Plan 39. 11' 42" : Dans sa cachette, l'Enfant va disposer l'œuf à côté de la plume striée. Soulignons qu'il dispose les objets de droite à gauche.

La séquence de l'œuf est un autre indice significatif, puisqu'il sera à la fin du film (plan 552), « l'objet » de la libération de l'Enfant, en substituant la tête d'une poule à « l'objet mystérieux ». C'est en fait, « un objet de substitution ».

Photogramme 21 - Plan 40. 12' 01" : L'Enfant se dirige vers le trou-oeilleton (3ème fois), il regarde à travers, et cette fois-ci nous allons voir ce qu'il regarde.

Photogramme 22 - Plan 41. 12' 10" : En fait, il regarde sa Mère qui dort. Et il nous semble que c'est elle, le véritable « trésor ».


*


Plan 42. 12' 18" : C'est la nuit, l'Enfant sort de la maison, il allume une lampe à pétrole qui diffuse une lumière orangée féerique.

Plan 43. Il entre dans une étable, il fourre de la paille dans un box apparemment vide.

Photogramme 23 - Plan 47. 13' 34" : Et, du fond du box, nous apercevons d'abord les pattes d'un cheval, ensuite, un cheval blanc qui s'approche timidement de l'Enfant. Ce dernier ouvre sa main et lui donne quelque chose à manger, qui ressemble à un bout de sucre. Ensuite, il caresse la belle bête.

Le Visiteur, photogramme 23, plan 47, et, du fond du box, nous apercevons d'abord les pattes d'un cheval, ensuite, un cheval blanc qui s'approche timidement de l'Enfant. Ce dernier ouvre sa main et lui donne quelque chose à manger, qui ressemble à un bout de sucre. Ensuite, il caresse la belle bête.
Le Visiteur, photogramme 23, plan 47, et, du fond du box, nous apercevons d'abord les pattes d'un cheval, ensuite, un cheval blanc qui s'approche timidement de l'Enfant. Ce dernier ouvre sa main et lui donne quelque chose à manger, qui ressemble à un bout de sucre. Ensuite, il caresse la belle bête.


▲ ▲ ▲


Chapitre 4


L'arrivée du « Visiteur »

Le Visiteur, photogramme 24, plan 50, il pleut abondamment, trois seaux d'eau sont posés à l'extérieur, sur la terre humide, pour récolter l'eau de pluie. En apparence l'image est banale, mais en apparence seulement, car plusieurs indices se prolifèrent et annoncent un certain nombre de faits.
Le Visiteur, photogramme 24, plan 50, il pleut abondamment, trois seaux d'eau sont posés à l'extérieur, sur la terre humide, pour récolter l'eau de pluie. En apparence l'image est banale, mais en apparence seulement, car plusieurs indices se prolifèrent et annoncent un certain nombre de faits.

Photogramme 24 - Plan 50. 14' 06" : Il pleut abondamment, trois seaux d'eau sont posés à l'extérieur, sur la terre humide, pour récolter l'eau de pluie. En apparence l'image est banale, mais en apparence seulement, car plusieurs indices se prolifèrent et annoncent un certain nombre de faits.

Tout d'abord, le chiffre trois [11] s'impose comme une représentation métaphorique de la famille, le Père, la Mère et l'Enfant. Il est à noter que le seau dans le coin inférieur gauche est nettement séparé des deux autres, qui eux, se touchent presque, nous obtenons ainsi, le couple de la Mère et l'Enfant, séparé par celle du Père.

Ensuite, il y a une graduation du niveau d'eau dans les seaux. En effet, celui de droite, avec la poignée en bois (qui rappelle une miniature de l'attelle qu'utilise la mère pour son pied malade), et à ras bord, l'eau déborde. Le seau à gauche (le Père), est presque plein. Le seau en haut de l'image est à moitié plein. Enfin, la première apparition d'un seau d'eau (il s'agit, en fait, de deux seaux) remonte au plan 28, quand l'Enfant puise l'eau du puits et la mère, en rentrant à la maison, tient de la main gauche un seau d'eau plein et de la main droite un bâton. Nous verrons plus loin, le changement de situation des objets cités.



*


Photogramme 25 - Plan 52. : Il continue de pleuvoir, comme si, encore une fois, « la nature fume ». La Mère et l'Enfant sont assis sur le porche abrité de la maison. Le pied attelé de la Mère est droit, tendu comme une flèche, comme s'il indiquait une direction. Ils épluchent des pommes de terres. Les épluchures sont éparpillées sur le sol en bois.


Le Visiteur, photogramme 25, plan 52, il continue de pleuvoir, comme si, encore une fois, « la nature fume ». La Mère et l'Enfant sont assis sur le porche abrité de la maison. Le pied attelé de la Mère est droit, tendu comme une flèche, comme s'il indiquait une direction. Ils épluchent des pommes de terres.
Le Visiteur, photogramme 25, plan 52, il continue de pleuvoir, comme si, encore une fois, « la nature fume ». La Mère et l'Enfant sont assis sur le porche abrité de la maison. Le pied attelé de la Mère est droit, tendu comme une flèche, comme s'il indiquait une direction. Ils épluchent des pommes de terres.

Photogramme 26 - Plan 54. 14' 52 " : A travers l'obscurité de la forêt, sous une pluie battante, surgit un homme habillée sombrement, comme s'il annonçait un sombre avenir.[12] Il est habillé d'un long manteau et un chapeau noirs, il marche très doucement en enserrant les plis du manteau sur son corps. C'est le mystérieux Visiteur. Il avance en direction de la Mère et l'Enfant.

Le Visiteur, photogramme 26, plan 54, A travers l'obscurité de la forêt, sous une pluie battante, surgit un homme habillée sombrement, comme s'il annonçait un sombre avenir. Il est habillé d'un long manteau et un chapeau noirs.
Le Visiteur, photogramme 26, plan 54, A travers l'obscurité de la forêt, sous une pluie battante, surgit un homme habillée sombrement, comme s'il annonçait un sombre avenir. Il est habillé d'un long manteau et un chapeau noirs.


Plan 59. 15' 51" : L'Enfant était simplement étonné de cette « intrusion » dans son univers, sa réaction n'était pas aussi emportée que celle de la Mère, qui se lève rapidement, et cache l'Enfant à l'intérieur de la maison.

Le Visiteur, (Muukalainen), photogramme 27, plan 60, Surprise, la Mère s'installe dans l'embrasure de la porte, en s'appuyant sur le pied droit, valide. Sentant l'imminence d'une menace, elle cache le couteau avec lequel elle épluché les patates derrière son dos.

Photogramme 27 - Plan 60. 15' 20" : Surprise, la Mère s'installe dans l'embrasure de la porte, en s'appuyant sur le pied droit, valide. Sentant l'imminence d'une menace, elle cache le couteau avec lequel elle épluché les patates derrière son dos. Le Visiteur continue à avancer, lentement.


Notons que dans cette situation, le couteau est disposé entre la Mère et l'Enfant, comme s'il va séparer (couper) les deux personnes. Et c'est ce qui va arriver, au plans 472 - 476.

Photogramme 28 - Plan 63. 15' 40" : A travers les vitres d'une fenêtre (barrage), l'Enfant suit la scène attentivement : le Visiteur arrive près de la Mère, et sans lui dire un seul mot, il lui tend un billet. La Mère, anxieuse, lit le billet, et accepte de recevoir l'étranger.


Plan 66b. 16' 33" : Le Visiteur est seul, il ne s'aperçoit pas de la présence de l'Enfant. Il saisit alors l'occasion pour « voler » une pomme de terre, à la vitesse de l'éclair, sa main est comparable à une langue d'un reptile qui attrape sa proie en une fraction de seconde. Il dépose le tubercule dans sa poche.

Photogramme 29 - Plan 67. 16' 46" : La Mère revient avec des couvertures, et fait un signe au Visiteur, sous la pluie, de la suivre vers l'étable. L'Enfant suit la scène avec attention. Cette fois-ci, c'est l'Enfant qui voit les choses de dos, il s'aperçoit que le Visiteur porte un sac-à-dos à moitié plein.


Photogramme 30 - Plan 68. 17' 08" : A table. L'Enfant ne mange pas, il regarde fixement dans la direction de la porte. La Mère comprend l'embarras de l'Enfant. Et, enfin, nous l'entendons dire : « Il va habiter là un moment ». (Plan 69)


Le Visiteur, photogramme 30, plan 68, l'Enfant ne mange pas, il regarde fixement dans la direction de la porte. La Mère comprend l'embarras de l'Enfant. Et, enfin, nous l'entendons dire : « Il va habiter là un moment ».
Le Visiteur, photogramme 30, plan 68, l'Enfant ne mange pas, il regarde fixement dans la direction de la porte. La Mère comprend l'embarras de l'Enfant. Et, enfin, nous l'entendons dire : « Il va habiter là un moment ».

Depuis le début du film, c'est la première phrase que nous entendons. Cette absence de parole est révélatrice. Elle accentue la valeur du « langage des images ». D'ailleurs les nombreux jeux de caches, les barrages, font penser au cinéma muet.

Cette technique particulière est à l'opposée directe des « contes de fées », Bettelheim insiste sur le fait qu'un conte doit être, impérativement narratif, et non pas visuel (il critique négativement, le fait que les parents mettent les enfants devant un film de Blanche-Neige, au lieu de raconter le conte…). Mais, il nous semble que chez Valkeapää, l'utilisation juste de cette technique de silence prolongé, confère au film un caractère innovant, un de plus.



▲ ▲ ▲


Chapitre 5


La première nuit avec le « Visiteur »

Le Visiteur, (Muukalainen), photogramme 31, plan 74, l'Enfant s'approche de son hôte, il réalise qu'il est blessé avec la présence d'une grosse tache rougeâtre au niveau de son ventre.

Plan 70. 17' 41" : L'Enfant fait « sa ronde de nuit », il se rend dans la chambre de sa Mère, elle dormait. Il éteint la bougie de chevet. Ensuite, muni d'une petite lanterne, il se rend dans l'étable.

Plan 72. 18' 10" : Il fourre du foin dans le box du cheval. Il entend le Visiteur gémir.

Photogramme 31 - Plan 74. 18' 42" : Il s'approche de son hôte, il réalise qu'il est blessé avec la présence d'une grosse tache rougeâtre au niveau de son ventre.


Soudain, le Visiteur a une réaction délirante, il commence à bredouiller des phrases incompréhensibles, et veut, avec un couteau, attaqué l'Enfant. Le cheval commence à s'affoler. L'Enfant sort de l'étable en courant, pour appeler sa Mère.

Photogramme 32 - Plan 88. 19' 35" : La Mère et l'Enfant emporte le Visteur sur une charette, et l'emmène à la maison.


Photogramme 33 - Plan 93. 19' 50" : Dans le ciel sombre de la nuit, une nuée d'oiseaux voltigent en cercle, qui attribue à l'image et aux événements qui vont suivre, une suite inquiétante.

Plan 94. 20' 01" : Grâce à une petite lanterne, et sous un faible éclairage, la Mère commence à ausculter le corps gémissant du Visiteur. Elle réalise qu'il a une grave blessure dans le ventre, et qu'il y a des petits vers blancs qui surnagent dans un magma de sang et de chair.

Photogramme 34 - Plan 98. 20' 49" : Sans hésitation, elle introduit deux doigts dans la blessure, et commence à sortir les vers qui infectent la blessure en les jetant sur le sol en bois. Le Visiteur se tord de douleur et s'évanouit. L'Enfant est perplexe devant ce spectacle inhabituel et sanguinolent.

Photogramme 35 - Plan 109. 21' 06" : Gros plan des vers remuant.

Plan 110. 21' 40" : La Mère continue à soigner le Visiteur en lui lavant la plaie, elle sort de la chambre pour changer l'eau des soins. L'Enfant ne tient plus, il s'assied contre un mur, et puis il s'allonge pour dormir. Mais, à cet instant précis, il entend un froissement d'aile et un coassement peu amical de la part d'un corbeau qui se tient dans l'embrasure de la fenêtre. L'Enfant se redresse.

Photogramme 36 - Plan 113. 22' 31" : Le corbeau regarde fixement l'Enfant, il ouvre alors son bec, en poussant un coassement inquiétant.


▲ ▲ ▲


Chapitre 6


Le lendemain - « De-puits »

Photogramme 37 - Plan 121. 22' 56" : L'Enfant fouille le sac-à-dos du Visiteur. Il trouve un morceau de pain pourri, il le jette derrière son dos. Il sort un vieux jeu de cartes, il regarde les images avec étonnement.


Le Visiteur, photogramme 37, plan 121, l'Enfant fouille le sac à dos du Visiteur. Il trouve un morceau de pain pourri, il le jette derrière son dos. Il sort un vieux jeu de cartes, il regarde les images avec étonnement.
Le Visiteur, photogramme 37, plan 121, l'Enfant fouille le sac à dos du Visiteur. Il trouve un morceau de pain pourri, il le jette derrière son dos. Il sort un vieux jeu de cartes, il regarde les images avec étonnement.


Photogramme 38 - Plan 121b. 24' 00" : Ensuite, il sort un linge enroulé. C'est une chemise, il constate qu'il y a un trou dans le tissu, nous comprenons que c'est l'impact d'un coup de revolver. Ce qui semble signifier, qu'il y a eu une violente altercation, et que le Visiteur a des relations avec le banditisme. Il lève la chemise à la hauteur des yeux et regarde à travers le trou.

Le Visiteur, photogramme 38, plan 121b, ensuite, il sort un linge enroulé. C'est une chemise, il constate qu'il y a un trou dans le tissu, nous comprenons que c'est l'impact d'un coup de revolver. Il lève la chemise à la hauteur des yeux et regarde à travers le trou.
Le Visiteur, photogramme 38, plan 121b, ensuite, il sort un linge enroulé. C'est une chemise, il constate qu'il y a un trou dans le tissu, nous comprenons que c'est l'impact d'un coup de revolver. Il lève la chemise à la hauteur des yeux et regarde à travers le trou.

Photogramme 39 - Plan 123. 24' 04" : A cet instant précis, au moment ou l'Enfant lève la chemise pour voir à travers le trou, sa Mère se présente dans la ligne de vision du trou.


Le Visiteur, photogramme 39, plan 123, à cet instant précis, au moment ou l'Enfant lève la chemise pour voir à travers le trou, sa Mère se présente dans la ligne de vision du trou.
Le Visiteur, photogramme 39, plan 123, à cet instant précis, au moment ou l'Enfant lève la chemise pour voir à travers le trou, sa Mère se présente dans la ligne de vision du trou.


*


Plan 124 : Changement de cadre. Un magnifique étang.

Photogramme 40 - Plan 126. 24' 22" : L'Enfant a les pieds plongés dans l'étang, afin d'attraper des sangsues qui vont venir s'agripper sur ses pieds. La Mère récolte les sangsues dans un bocal.

Photogramme 41 - Plan 128. 24' 52" : De retour chez le malade, la Mère, sans ménagement, fait introduire, avec les doigts, la sangsue à l'intérieur de la blessure.

Photogramme 42 - Plan 132. 25' 30" : L'Enfant dort sur un banc. En fait, il n'a pas sa propre chambre.

*


Photogramme 43 - Plan 133. 25' 41" : A son réveil, sa première tache (qui restera pour nous, un grand mystère), consiste à se rendre à l'étable, et de prendre une corde suspendue à un crochet.

Le Visiteur, photogramme 43, plan 133, à son réveil, sa première tache (qui restera pour nous, un grand mystère), consiste à se rendre à l'étable, et de prendre une corde suspendue à un crochet.
Le Visiteur, photogramme 43, plan 133, à son réveil, sa première tache (qui restera pour nous, un grand mystère), consiste à se rendre à l'étable, et de prendre une corde suspendue à un crochet.


Photogramme 44 - Plan 134b. 25' 48" : Ensuite, à travers une ouverture de l'étable (barrage), nous observons une scène insolite : l'Enfant va enrouler minutieusement et très calmement, la corde autour de sa petite taille.

Le Visiteur, photogramme 44, plan 134b, ensuite, à travers une ouverture de l'étable (barrage), nous observons une scène insolite : l'Enfant va enrouler minutieusement et très calmement, la corde autour de sa petite taille.
Le Visiteur, photogramme 44, plan 134b, ensuite, à travers une ouverture de l'étable (barrage), nous observons une scène insolite : l'Enfant va enrouler minutieusement et très calmement, la corde autour de sa petite taille.
*

Nous souhaitons ouvrir une parenthèse, afin de dire, que c'est cette image qui nous a poussé à prendre ce film en considération, dans le cadre d'une étude de film plan par plan. En effet, il nous semble que cette image a une « aura » et une portée très pertinentes, dont nous ignorons encore les pleines ramifications, mais d'ores et déjà, nous pouvons associés cette image, à plusieurs plan du film, en particulier, le plan 28, l'association avec la manivelle du puits d'eau, plus précisément la partie cylindrique de la manivelle. De la sorte, grâce à cette façon inhabituelle d'enrouler une corde autour de la taille (ce qui signifie, qu'il faudrait, par la suite, dérouler la corde), la taille de l'Enfant devient, une sorte de manivelle, qui semble puiser des « fruits inattendus ». Par ailleurs, nous aurons un autre plan avec une manivelle minuscule, celle d'un phonographe (plan 327b). Enfin, une autre association pertinente, c'est le lien avec l'eau, une eau insaisissable, puisque la manivelle est destinée à chercher quelque chose dans les profondeurs de la terre (pour un puits) ou des sons qui remplissent l'espace environnant (phonographe). Nous refermons la parenthèse.

*


Plans 135 - 137. 25' 59" - 26' 40" : L'Enfant marche dans une forêt luxuriante. Il est attentif aux bruits de la forêt, il regarde derrière lui, et à côtés, pour voir s'il n'est pas suivit. Il arrive au bord d'une petite rivière. Un petit radeau est amarré à un petit poteau.

Photogramme 45 - Plan 138. 26' 58" : Il monte sur le radeau et grâce à une perche en bois qu'il appuie au fond de l'eau il dirige son embarcation avec précision, tout en restant à l'affût des bruits environnants. Il est à noter un fait intéressant, le radeau est en fait une vieille porte en bois muni d'une poignée. Ce qui implique une association avec la maison.


Photogramme 46 - Plan 140. 27' 19" : L'Enfant arrive à la destination voulue, il s'agit d'un vieux puits dans une vieille ruine en pierre, l'ensemble est abandonné, la végétation se prolifèrent d'une façon anarchique. Il s'assied sur une pierre, il sort le petit coffre (3ème représentation) enroulé, à son tour, d'une fine ficelle, et le dépose à côté de lui. Il attend, comme s'il craignait ce qu'il allait faire, comme si c'est une chose difficile à accomplir.


Photogramme 47 - Plan 141. 27' 38" : Il décide d'accomplir ce qu'il doit faire. Il se dirige vers le puits.

Plan 142. 27' 51" : Devant le puits, il déroule la corde qui était enroulé autour de sa taille.

Photogramme 48 - Plan 143. 27' 57 : D'une main experte, il effectue une boucle à la corde afin d'obtenir un nœud, qu'il accroche à un crochet en fer.

Le Visiteur, photogramme 48, plan 143, d'une main experte, il effectue une boucle à la corde afin d'obtenir un nœud, qu'il accroche à un crochet en fer. ».
Le Visiteur, photogramme 48, plan 143, d'une main experte, il effectue une boucle à la corde afin d'obtenir un nœud, qu'il accroche à un crochet en fer. ».


Photogramme 49 - Plan 144. 28' 06" : L'Enfant déroule la ficelle du petit coffre qu'il dispose autour du cou et descend dans le puits en se suspendant à la corde.

Le Visiteur, photogramme 49, plan 144, l'Enfant déroule la ficelle du petit coffre qu'il dispose autour du cou et descend dans le puits en se suspendant à la corde.
Le Visiteur, photogramme 49, plan 144, l'Enfant déroule la ficelle du petit coffre qu'il dispose autour du cou et descend dans le puits en se suspendant à la corde.

Plan 144b. 28' 48" : L'Enfant descend dans le puits, l'image est fixe sur le crochet et la corde tendu. Nous entendons des halètements, des bruits divers. Ensuite, après 38 secondes d'éclipse visuel, l'Enfant remonte.

Encore un barrage visuel, cette fois ci c'est un barrage total, puisque nous ne verrons pas ce que l'Enfant cherche, et qui constitue un des secrets du film, que nous devons contourner.

Photogramme 50 - Plan 145. 28' 49" : L'Enfant s'assied au bord du puits, et enroule, de nouveau, la petite ficelle autour du petit coffre, qu'il mettra dans sa poche.

Le Visiteur, photogramme 50, plan 145, l'Enfant s'assied au bord du puits, et enroule, de nouveau, la petite ficelle autour du petit coffre, qu'il mettra dans sa poche.
Le Visiteur, photogramme 50, plan 145, l'Enfant s'assied au bord du puits, et enroule, de nouveau, la petite ficelle autour du petit coffre, qu'il mettra dans sa poche.

Plan 147. 28' 59" : L'Enfant traverse la forêt dans le sens inverse, pour revenir à la maison.

*

Photogramme 51 - Plan 149. 29' 26" : Dans sa cachette, l'Enfant « prépare » le petit coffre. Il dispose de l'objet mystérieux (celui du puits) dans le fond du coffre, ensuite, il ajoute un double fond, il s'agit d'une petite plaquette métallique incurvée à ses bords de quelques centimètres comme un « U » renversée, la plaquette a la même largeur du coffre. Enfin, il rajoute du tabac à enrouler pour faire des cigarettes.

Le Visiteur, photogramme 51, plan 149, dans sa cachette, l'Enfant « prépare » le petit coffre. Il dispose de l'objet mystérieux (celui du puits) dans le fond du coffre, ensuite, il ajoute un double fond, il s'agit d'une petite plaquette métallique incurvée à ses bords de quelques centimètres comme un « U » renversée, la plaquette a la même largeur du coffre. Enfin, il rajoute du tabac à enrouler pour faire des cigarettes.
Le Visiteur, photogramme 51, plan 149, dans sa cachette, l'Enfant « prépare » le petit coffre. Il dispose de l'objet mystérieux (celui du puits) dans le fond du coffre, ensuite, il ajoute un double fond, il s'agit d'une petite plaquette métallique incurvée à ses bords de quelques centimètres comme un « U » renversée, la plaquette a la même largeur du coffre. Enfin, il rajoute du tabac à enrouler pour faire des cigarettes.
▲ ▲ ▲


Chapitre 7


La seconde visite en prison

Le Visiteur, (Muukalainen), photogramme 52, plan 152, une porte s'ouvre, laissant apparaître un surveillant. La lumière orangée est particulière, elle suggère, comme nous le verrons, une représentation du Père. L'Enfant se lève de son banc. Il faut noter la présence du petit coffre qui est posé au bout du banc, dans l' ombre.

Plan 151. 29' 52" : Dans la salle d'attente de la prison, nous entendons des bruits de gouttes d'eau et de porte qui grince.

Pour cette seconde visite, le rythme des plans va changer, nous allons voir des nouveaux plans qui vont combler les lacunes de la première visite. En effet, durant cette visite, nous allons comprendre un certain nombre de choses, à propos de cet objet mystérieux.

Tout d'abord, il fallait soudoyer le surveillant :

Photogramme 52 - Plan 152. 29' 59" : Une porte s'ouvre, laissant apparaître un surveillant. La lumière orangée est particulière, elle suggère, comme nous le verrons, une représentation du Père. L'Enfant se lève de son banc. Il faut noter la présence du petit coffre qui est posé au bout du banc, dans l' ombre.


Photogramme 53 - Plan 155. 30' 23" : A l'entrée du surveillant dans la petite salle, l'Enfant se lève et se met près du mur. Le surveillant s'approche du banc, prend le petit coffre, l'ouvre, et prend du tabac. Il fera cette opération machinalement, dans le noir, comme s'il a toujours fait. C'est son « tarif » pour fermer les yeux sur le passage illicite du petit coffre.


L'utilisation répétitive des jeux d'ombres [13] fortement contrastés, comme nous l'avons souvent vu, attribue au film un mode de langage supplémentaire qui contribue à créer un niveau ou un registre de lecture supplémentaire. Ces jeux d'ombres ressemblent à la technique dite de « l'ombre chinoise », qui envoient le film dans le monde féerique du conte.

Le Visiteur, (Muukalainen), photogramme 53, plan 155, à l'entrée du surveillant dans la petite salle, l'Enfant se lève et se met près du mur. Le surveillant s'approche du banc, prend le petit coffre, l'ouvre, et prend du tabac. Il fera cette opération machinalement, dans le noir, comme s'il a toujours fait. C'est son « tarif » pour fermer les yeux sur le passage illicite du petit coffre.


*

Plans 156 - 158. 31' 07" - 31' 23" : Les plans suivants sont en gros plan, ils présentent directement, le moment ou le Père consulte un livre (la bible ?).

Photogramme 54 - Plan 159. 31' 20" : Le Père choisit soigneusement une page, il la déchire, il dispose du tabac au milieu de la feuille et l'enroule pour en faire une grosse cigarette.


Le Visiteur, photogramme 54, plan 159, le Père choisit soigneusement une page, il la déchire, il dispose du tabac au milieu de la feuille et l'enroule pour en faire une grosse cigarette.
Le Visiteur, photogramme 54, plan 159, le Père choisit soigneusement une page, il la déchire, il dispose du tabac au milieu de la feuille et l'enroule pour en faire une grosse cigarette.


Il faut noter la présence sur les phalanges de la main droite du Père, des « tatouages » spécifiques, les symboles des jeux de cartes qui sont de couleur bleu (comme la chemise du Visiteur). Les symboles sont représentés de la façon suivante : carreau (index), cœur (majeur), pique (annulaire), trèfle (auriculaire). C'est une liaison directe, que nous allons voir bientôt, avec le Visiteur.

Photogramme 55 - Plan 161. 31' 40" : Le Père allume sa cigarette, et souffle savoureusement la fumée. Le bout incandescent orangé de la cigarette est un rappel de la lumière orangée du plan 152.


Le Visiteur, photogramme 55, plan 161, le Père allume sa cigarette, et souffle savoureusement la fumée. Le bout incandescent orangé de la cigarette est un rappel de la lumière orangée du plan 152.
Le Visiteur, photogramme 55, plan 161, le Père allume sa cigarette, et souffle savoureusement la fumée. Le bout incandescent orangé de la cigarette est un rappel de la lumière orangée du plan 152.

Plans 162 - 164. 31' 46" - 32' 10" : Le Père surveille un autre gardien de la prison (celui qui se trouve sur le toit transparent), ensuite, il souffle la fumée sur le visage de l'Enfant, c'est le signal pour savoir s'il peut chercher le « trésor » dans le double fond du petit coffre, car l'enfant surveille le gardien de la porte. L'Enfant acquiesce de la tête.

Photogramme 56 - Plan 165. 32' 15" : Le Père soulève le petit cache (le double fond), et prend avec deux doigts l'objet mystérieux au fond du coffre. Nous apprenons ainsi, que l'objet mystérieux est de petit taille, comme une perle par exemple.


Le Visiteur, photogramme 56, plan 165, le Père soulève le petit cache (le double fond), et prend avec deux doigts l'objet mystérieux au fond du coffre. Nous apprenons ainsi, que l'objet mystérieux est de petit taille, comme une perle par exemple.
Le Visiteur, photogramme 56, plan 165, le Père soulève le petit cache (le double fond), et prend avec deux doigts l'objet mystérieux au fond du coffre. Nous apprenons ainsi, que l'objet mystérieux est de petit taille, comme une perle par exemple.

Plans 167 - 170. 32' 42" - 33' 10" : Le Père rassuré de la présence du petit objet dans sa poche. Il commence à parler à son fils. C'est le premier dialogue important du film. Le fait que nous n'avons eu le droit qu'à quelques brides de mots jusqu'ici, donne, tout à coup, beaucoup de poids aux mots prononcés par le Père. (Rappelons que l'Enfant est muet, il n'y a donc que le Père qui parle, l'Enfant se contente de hocher la tête.)

- Le Père : « Vous avez eu une visiste ? »
- L'Enfant hoche la tête en acquiesçant.
- Le Père : « Il va se reposer encore un moment. »
- « Tenez-vous à l'écart. »
- « Il n'y a eu personne d'autre ? » (Il jette la cigarette, à peine entamée au sol.) (Plan 170a.)
- L'Enfant hoche la tête en acquiesçant. - Le Père : « Bien. »

Photogramme 57 - Plan 172. 33' 11" : Les mains libres, le Père saisit subitement, les deux mains de l'Enfant, et lui dit : « Montre-moi tes mains. » L'Enfant se laisse faire, et continue à regarder son Père. Toutefois, nous sentons, nettement, une transformation dans la voix du Père, elle devient plus menaçante, plus agressive. Nous sentons que l'Enfant n'a pas intérêt à contrarier son Père.


Le Visiteur, photogramme 57, plan 172, Les mains libres, le Père saisit subitement, les deux mains de l'Enfant, et lui dit : « Montre-moi tes mains. » L'Enfant se laisse faire, et continue à regarder son Père. Toutefois, nous sentons, nettement, une transformation dans la voix du Père, elle devient plus menaçante, plus agressive.
Le Visiteur, photogramme 57, plan 172, Les mains libres, le Père saisit subitement, les deux mains de l'Enfant, et lui dit : « Montre-moi tes mains. » L'Enfant se laisse faire, et continue à regarder son Père. Toutefois, nous sentons, nettement, une transformation dans la voix du Père, elle devient plus menaçante, plus agressive.


Plans 173 - 182. 33' 16" - 34' 17" :
- Le Père : « Regarde-moi bien dans les yeux. » - « Elles sont bien blanches. » (Plan 176)
- « Tu as travaillé avec ses mains ? » (Plan 178)
- « Tu as aidé ta Mère ? »
- L'Enfant à chaque question, hoche la tête en acquiesçant.
- Le Père : « C'est bien. »
- « Tu es un bon garçon. »
- « Bientôt, je vais rentrer. »
- « Mais d'ici là, c'est toi l'homme de la maison ? » (Plan 180)
- « Tu dois veiller à ce que tout se passe bien, compris ? »
- « Et n'oublie pas. » (Il pointe le doigt sur le coffre, en donnant des petits coups.) (Plan 181.)


▲ ▲ ▲


Chapitre 8


La nouvelle situation dans la maison

Le Visiteur, (Muukalainen), photogramme 58, plan 185, l'Enfant est étonné de voir un linge qui bouille, grâce à un bâton, il sort le linge de l'eau. C'est une chemise du Visiteur. Gros plan sur la chemise qui baigne dans une eau rougeâtre.

Plan 183. 34' 18" : L'Enfant entre dans la cuisine, il aperçoit deux grosses casseroles sur le feu. Il ouvre, d'abord la première, ensuite, la seconde.

Photogramme 58 - Plan 185. 35' 21" : Il est étonné de voir un linge qui bouille, grâce à un bâton, il sort le linge de l'eau. C'est une chemise du Visiteur. Gros plan sur la chemise qui baigne dans une eau rougeâtre. C'est peu appétissant pour un dîner.


Plan 186a. 35' 25" : Tout à coup, l'Enfant est surpris par le bruit d'une porte qui claque.

Photogramme 59 - Plan 186b. 35' 31" : Il se retourne et il remarque que la porte de la chambre de sa Mère est entrouverte, et qu'elle s'ouvre en laissant apparaître le Visiteur allongé sur le lit de sa Mère. L'Enfant veut partir, le Visiteur l'interpelle : « Attends ! ». L'Enfant ne bouge pas.


Plan 186c. 35' 36" : Le Visiteur continue à parler à l'Enfant :
- « Je suis là, depuis combien de temps ?
- « Quel jour sommes-nous ?
L'Enfant ne répond pas. A ce moment, la Mère entre dans la chambre, et dit : « Il ne parle pas ».

Le Visiteur, (Muukalainen), photogramme 59, plan 186, l'Enfant se retourne et il remarque que la porte de la chambre de sa Mère est entrouverte, et qu'elle s'ouvre en laissant apparaître le Visiteur allongé sur le lit de sa Mère. L'Enfant veut partir, le Visiteur l'interpelle : « Attends ! ». L'Enfant ne bouge pas.


*

Le Visiteur, photogramme 60, plan 190, plan fixe de l'Enfant allongé dans sa cachette.
Le Visiteur, photogramme 60, plan 190, plan fixe de l'Enfant allongé dans sa cachette.

Plans 187 - 189. 36' 04" - 36' 32" : L'Enfant est, de nouveau dans sa cachette, il regarde à travers l’œilleton, il constate que le Visiteur dort dans le lit de sa Mère.

Photogramme 60 - Plan 190. 36' 44" : Il se couche sur le dos, et reste immobile. Plan fixe de l'Enfant allongé dans sa cachette.


Plans 191 - 196. 37' 01" - 37' 51" : Le lendemain, l'Enfant va suivre le Visiteur dans la forêt. Il va remarquer qu'il est rapidement essoufflé, et qu'il n'est pas complètement rétablit.

Plans 197 - 200. 38' 13" - 38' 44" : De retour à la maison, l'Enfant est assit à la table de la cuisine, en train de tapoter avec les doigts. Dans la chambre, la Mère soigne le Visiteur.

Plans 201 - 203a. 38' 48" - 39' 16" : Sur le porche de la maison, l'Enfant épluche des pommes de terre.

Photogramme 61 - Plan 203b. 39' 40" : Le Visiteur sort et se met de l'autre côté de la balustrade. Il tend la main vers un point invisible. L'Enfant regarde la scène.


Photogramme 62 - Plan 204. 39' 40" : Et, tout à coup, une carte de jeu apparaît magiquement.


Plan 209. 39' 48" : Aussitôt, la Mère jette un seau d'eau dehors.

*

Photogramme 63 - Plan 210. 40' 03" : C'est la nuit. Vue paisible de la maison. Une petite lumière orangée rappelle encore une fois le Père.


Le Visiteur, photogramme 63, plan 210, vue paisible de la maison. Une petite lumière orangée rappelle encore une fois le Père.
Le Visiteur, photogramme 63, plan 210, vue paisible de la maison. Une petite lumière orangée rappelle encore une fois le Père.


Plans 211 - 213. 40' 10" - 40' 26" : La Mère dort dans son lit, le Visiteur sur le canapé et l'Enfant décide d'aller dormir dans l'étable sur la paille.

Il est à remarquer que l'Enfant dort chaque nuit dans un lieu différent. Pourquoi ?


*

Photogramme 64 - Plan 216. 41' 17" : Le lendemain, l'Enfant est réveillé par une voix qui chuchote : « Du calme, tout doux. ». Il se retourne, et voit le Visiteur, le chapeau sur la tête, en train de parler au cheval blanc. L'Enfant a l'air contrarié, il se retourne de l'autre côté et continue de dormir.


Le Visiteur, photogramme 64, plan 216, l'Enfant est surpris de voir le Visiteur, le chapeau sur la tête, en train de parler au cheval blanc. L'Enfant a l'air contrarié, il se retourne de l'autre côté et continue de dormir.
Le Visiteur, photogramme 64, plan 216, l'Enfant est surpris de voir le Visiteur, le chapeau sur la tête, en train de parler au cheval blanc. L'Enfant a l'air contrarié, il se retourne de l'autre côté et continue de dormir.

Photogramme 65 - Plan 223. 42' 17" : Mais le Visiteur ne s'arrête pas là. Il continue de prendre des initiatives. Il décide de réparer la barrière d'un enclos. Il y parvient sans grande difficulté. L'Enfant observe la scène de loin.

Le Visiteur, photogramme 65, plan 223, le Visiteur ne s'arrête pas là. Il continue de prendre des initiatives. Il décide de réparer la barrière d'un enclos. Il y parvient sans grande difficulté. L'Enfant observe la scène de loin.
Le Visiteur, photogramme 65, plan 223, le Visiteur ne s'arrête pas là. Il continue de prendre des initiatives. Il décide de réparer la barrière d'un enclos. Il y parvient sans grande difficulté. L'Enfant observe la scène de loin.

Photogramme 66 - Plan 224. 42' 21" : Au même moment, la Mère est en train de suspendre un drap sur un fil. L'image est particulièrement intéressante, car elle présente la Mère comme étant une ombre, une personne sans existence physique. Une personne absente.

Photogramme 67 - Plan 232. 42' 53" : Dans la foulée du mouvement, nous entendons le hennissement d'un cheval. L'Enfant qui aidait sa Mère à suspendre le linge, laisse tomber la corbeille et court voir ce qui se passe avec Son cheval. Il est stupéfait de constater que le Visiteur tient fermement le cheval par des harnais et veut le conduire dans l'enclos. Il réussit à faire entrer le cheval en criant à l'Enfant : « Ferme la barrière ».

Photogramme 68 - Plan 237. 43' 13" : Et, quand la Mère découvre « l'exploit » du Visiteur (c'est ce que l'image laisse supposée), elle pousse un cri à la fois d'admiration et d'affolement, en portant la main à la bouche pour étouffer le « cri ».

Photogramme 69 - Plan 240. 43' 26" : Gros plan des habits du Visiteur disposés sur un tabouret, et dans une bassine pour être lavés.

Plan 241. 43' 33" : Les plans suivants annoncent au fur et à mesure la place que le Visiteur va prendre au sein de la famille, en remplaçant le Père de l'Enfant. Ainsi, la Mère va habiller le Visiteur par les habits de son mari.

Photogramme 70 - Plan 242. 43' 53" : A table, le Visiteur va s'asseoir à la place du Père (cela nous le supposons).

Photogramme 71 - Plan 244. 44' 02" : L'Enfant joue sous le porche de la maison avec un insecte, en l'empêchant avec ses mains, d'entrer dans les fentes des planches de bois. L'insecte prisonnier. C'est l'un des rares moments que nous voyons l'Enfant « jouer ».

Le Visiteur, photogramme 71, plan 244, l'Enfant joue sous le porche de la maison avec un insecte, en l'empêchant avec ses mains, d'entrer dans les fentes des planches de bois : L'insecte prisonnier. C'est l'un des rares moments que nous voyons l'Enfant « jouer ».
Le Visiteur, photogramme 71, plan 244, l'Enfant joue sous le porche de la maison avec un insecte, en l'empêchant avec ses mains, d'entrer dans les fentes des planches de bois : L'insecte prisonnier. C'est l'un des rares moments que nous voyons l'Enfant « jouer ».

Photogramme 72 - Plan 245. 44' 09" : Près de lui, sa Mère en train de coudre un habit.

Photogramme 73 - Plan 245b. 44' 13" : En fait, il s'agit de la chemise du Visiteur. Gros plan sur la chemise trouée. La Mère coud en fredonnant une mélodie.

▲ ▲ ▲


Chapitre 9


Le retour au puits

Plan 247. 44' 48" : C'est la répétition, presque à l'identique du plan 134b, à une exception près, l'Enfant entends plusieurs bruits.

  • Au plan 247, l'Enfant décroche la corde ;
  • Au plan 248, il enroule la corde sur sa taille (plan 134b)
  • Au plan 251, il est sur le radeau-porte (plan 138)
  • Au plan 252, il cherche l'objet mystérieux (plan 144)

Photogramme 74 - Plan 254. 46' 18" : Mais, à son retour, il est surpris de voir des traces fraîches et profondes dans la boue. Il a été suivit.

Le Visiteur, photogramme 74, plan 254, mais, à son retour, il est surpris de voir des traces fraîches et profondes dans la boue. Il a été suivit.
Le Visiteur, photogramme 74, plan 254, mais, à son retour, il est surpris de voir des traces fraîches et profondes dans la boue. Il a été suivit.

Plans 255 - 257. 46' 22" - 47' 28" : Dans la forêt, et durant son retour, il va entendre des bruits de branches séches qui se cassent, signe qu'une personne (ou un animal) a marché dessus. L'Enfant est inquiet.


▲ ▲ ▲


Chapitre 10


La troisième visite en prison

Plans 260 - 261. 47' 44" - 47' 52" : C'est la répétition, presque à l'identique du plan 165.

Plans 265 - 281. 48' 27" - 50' 50" : Le Père satisfait d'avoir de nouveau l'objet mystérieux. Il commence à poser des questions à l'Enfant, mais le ton va changer au fur et à mesure :
- Le Père : « Tout va bien à la maison ? »

- L'Enfant incline la tête en acquiesçant. (Oui) - Le Père : « Pas de problème avec ce Visiteur ? »
- L'Enfant hoche la tête. (Non)
- Le Père : « Il est reparti ? »
- « Il est encore là ? » (Plan 266)
- L'Enfant hoche la tête. (Oui)
- Le Père : « Où dort-il ? »
- « Dans l'écurie ? » (Plan 269)
- L'Enfant hoche la tête. (Non)
Le Père commence à s'emporter :
- « Écoute-moi bien. »
- « Il n'a plus rien à faire là. » (Plan 271)
- « Il doit partir. »
- « Ce n'est pas quelqu'un de bien, tu comprends ? »
Le Père écrit sur une feuille déchiré de son livre, et la donne à son Enfant. (Plan 273.)
- « Donne ça à ta Mère. »
Il prend les deux mains de l'Enfant (plan 277), comme au plan 172.
- « Je serai bientôt de retour à la maison. Ne l'oublie pas un seul instant. »
Il lui redonne le petit coffre (plan 280).
- « Et ça, c'est notre secret. A nous seuls. »


▲ ▲ ▲


Chapitre 11


Le cheval dompté

Photogramme 75 - Plan 284. 51' 29" : De retour de la visite à son Père. L'Enfant est surpris de voir sa Mère assise sur la clôture de l'enclos, en présence du Visiteur et de Son cheval.

Le Visiteur, photogramme 75, plan 284, de retour de la visite à son Père. L'Enfant est surpris de voir sa Mère assise sur la clôture de l'enclos, en présence du Visiteur et de Son cheval.
Le Visiteur, photogramme 75, plan 284, de retour de la visite à son Père. L'Enfant est surpris de voir sa Mère assise sur la clôture de l'enclos, en présence du Visiteur et de Son cheval.

Photogramme 76 - Plan 287. 52' 11" : Dans la cuisine, l'Enfant sort le billet que son Père à écrit en prison (plan 286), et le donne à sa Mère.

Le Visiteur, photogramme 76, plan 287, dans la cuisine, l'Enfant sort le billet que son Père à écrit en prison (plan 286), et le donne à sa Mère.
Le Visiteur, photogramme 76, plan 287, dans la cuisine, l'Enfant sort le billet que son Père à écrit en prison (plan 286), et le donne à sa Mère.

Nous remarquons, encore une fois, l'étrange éclairage orangé qui jaillit à travers une petite ouverture, qui ne semble pas être une fenêtre, et à travers le petit feu de la cuisinière. Nous pouvons alors avancer que jusqu'à présent, le Père est représenté comme étant une « lumière » , mais une petite lumière, un point lumineux.

Photogramme 77 - Plan 288. 52' 23" : La Mère se relève et consulte à peine le billet, pour aussitôt le mettre dans sa poche. Elle sourit à l'Enfant, avant de lui caresser avec la main, la joue droite.

Le Visiteur, photogramme 77, plan 288, la Mère se relève et consulte à peine  le billet, pour aussitôt le mettre dans sa poche. Elle sourit à l'Enfant, avant de lui caresser avec la main, la joue droite.
Le Visiteur, photogramme 77, plan 288, la Mère se relève et consulte à peine le billet, pour aussitôt le mettre dans sa poche. Elle sourit à l'Enfant, avant de lui caresser avec la main, la joue droite.

'Plan 289. 52' 48 : Dans la cour de la maison, l'Enfant pousse le chariot afin de mettre des bûches. Il entend derrière lui le hennissement d'un cheval.

Photogramme 78 - Plan 291. 53' 04" : Il regarde en direction de l'enclos. Il remarque que la barrière de l'enclos est à demi-ouverte, et que le cheval le regarde.

Le Visiteur, photogramme 78, plan 291, l'Enfant regarde en direction de l'enclos. Il remarque que la barrière de l'enclos est à demi-ouverte, et que le cheval le regarde.

Plan 293. 53' 11" : L'Enfant est cadré de dos. Et ensuite, le plan devient complexe, dans le sens que l'Enfant, va littéralement « voler » au-dessus de la clôture, pour atterrir directement sur le dos du cheval.

Photogramme 79 - Plan 295. 53' 28" : Le Visiteur va apparaître. Il va saisir les harnais du cheval (qui n'en avait jamais avant). Et, il va les placer entre les deux mains de l'Enfant, en les tenant très fort, et en lui disant : « Accroche-toi ! » Ensuite, il donne une tape sur les hanches du cheval qui file à toute allure à l'intérieur de l'enclos.

Le Visiteur, photogramme 79, plan 295, le Visiteur va apparaître. Il va saisir les harnais du cheval (qui n'en avait jamais avant). Et, il va les placer entre les deux mains de l'Enfant, en les tenant très fort, et en lui disant : « Accroche-toi ! »
Le Visiteur, photogramme 79, plan 295, le Visiteur va apparaître. Il va saisir les harnais du cheval (qui n'en avait jamais avant). Et, il va les placer entre les deux mains de l'Enfant, en les tenant très fort, et en lui disant : « Accroche-toi ! »

Cette image est particulièrement importante, car elle va s'inscrire à l'intérieur d'une série d'image qui a un rapport avec les mains, en particulier aux plans 172 et 277, quand le Père saisit fermement les deux mains de l'Enfant, en lui disant, deux fois : « Montre-moi tes mains ».

Plans 296 - 315. 53' 34" - 54' 13" : Montage accéléré du cheval au galop. Cadrage sur les pieds de l'animal en mouvement et le dos de l'Enfant. Ce dernier, est ballotté (il est monté directement sur le dos nu de la bête, sans une scelle), il se tient à la crinière de la bête. Mais, il ne manifeste pas une joie énorme.

Plans 315 - 316. 54' 13" - 54' 48" : Changement de cadre. L'Enfant à cheval qui trotte sur un plan d'eau.

Plan 317 - 318. 54' 49 - 55' 46" : C'est la nuit. L'Enfant est devant le cheval. Ce dernier s'approche de lui. L'Enfant lui caresse la tête.

Le Visiteur, (Muukalainen), photogramme 80, plan 322, l'Enfant entre dans la maison. Il se rend dans la chambre de sa Mère. Une surprise l'attend. Le Visiteur est couché près d'elle, il ouvre un œil, puis le referme.

Photogramme 80 - Plan 322. 56' 24" : L'Enfant entre dans la maison. Il se rend dans la chambre de sa Mère. Une surprise l'attend. Le Visiteur est couché près d'elle, il ouvre un œil, puis le referme.

Plans 324 - 326. 56' 39" - 57' 29" : La "nouvelle famille" est de nouveau réuni autour de la table (comme au plan 242). Ils mangent en silence. L'Enfant débarrasse la table.

Photogramme 81 - Plan 327b. 57' 38" : Le Visiteur a préparé une seconde surprise à l'Enfant. Il est sur le porche de la maison et il a devant lui un phonographe. Il appelle l'Enfant, il lui prend la main gauche (pour la seconde fois) il la pose sur la manivelle du phonographe, et lui montre qu'il faut tourner la manivelle. Nous entendons une musique ancienne qui remplit l'atmosphère paisible de la maison.

Photogramme 82 - Plan 329. 58' 33" : Le Visiteur très enthousiaste, se dirige vers la Mère, qui ramenait un seau d'eau à la maison. Et tel le Christ qui soigne les malades, le Visiteur saisit le seau d'eau qu'il pose au sol, ensuite il jette la canne de côté. Et ils commencent à danser.



▲ ▲ ▲


Chapitre 12


La mort du cheval

Plans 330 - 338. 59' 03" - 1h. 01' 01" : Ensuite, le Visiteur emmène l'Enfant à cheval dans la forêt. Nous entendons un avion qui passe et qui fait assez de bruit pour effrayer le cheval (plan 334). Ils arrivent à une cascade d'eau.

Photogramme 83 - Plan 339. 1h. 01' 13" : Vue en plongée. Afin de faire boire le cheval, l'Enfant récolte l'eau de la cascade dans le chapeau du Visiteur.

Plan 343. 1h. 01' 50" : Le Visiteur et l'Enfant continuent la promenade dans la forêt, mais, l'avion repasse, faisant beaucoup plus de bruit. Le cheval est alors effrayé, il se cambre, en jetant l'Enfant de son dos, et prend la fuite, en galopant.

Photogramme 84 - Plan 352. 1h. 02' 05" : Le Visiteur se précipite vers l'Enfant, et le consulte afin de voir s'il va bien. Constatant qu'il n'est pas blessé. Il court derrière le cheval.


Photogramme 85 - Plan 364. 1h. 03' 23" : L'Enfant se réveille et court à son tour chercher le cheval. Il arrive à la petite cascade, qu'on a vu au plan 339. Mais, hélas, il comprend que son cheval à sauter par dessus la cascade et gît au sol.

Le Visiteur, photogramme 30, plan 364, l'Enfant se réveille et court à son tour chercher le cheval. Il arrive à la petite cascade, qu'on a vu au plan 339. Mais, hélas, il comprend que son cheval à sauter par dessus la cascade et gît au sol.
Le Visiteur, photogramme 30, plan 364, l'Enfant se réveille et court à son tour chercher le cheval. Il arrive à la petite cascade, qu'on a vu au plan 339. Mais, hélas, il comprend que son cheval à sauter par dessus la cascade et gît au sol.

Plans 366 - 369. 1h. 03' 45" - 1h. 04' 06" : L'Enfant est devant Son cheval. Ce dernier a la jambe cassée. L'image est insoutenable. Sur ces faits, le Visiteur arrive et constate les faits.

Photogramme 86 - Plan 370. 1h. 04' 11" : Il attrape l'Enfant par le cou, le mène loin, contre un arbre et lui dit : « Écoute-moi. Ne te retourne pas. Ne te retourne pas. »

Photogramme 87 - Plan 373. 1h. 04' 43" : L'Enfant obéit au Visiteur, il reste le dos tourné à la tragédie. Il regarde l'écorce d'un arbre. A ce moment-là, il y a un insecte qui court dans les sillons de l'écorce et entre dans un trou.

Photogramme 88 - Plan 378. 1h. 04' 57" : L'insecte continue sa progression à l'intérieur d'une cavité dans l'arbre.

Photogramme 89 - Plan 380. 1h. 05' 03" : Il arrive dans une galerie dans laquelle se développe des centaines de larves.


Les images de l'insecte et les larves sont très significatives, elles installent plusieurs liaisons d'une part, avec les plans 98 et 109, et d'autre part, avec la question du puits. En effet, nous ne saurons rien, à propos de l'objet mystérieux que l'Enfant ira chercher au fond du puits, et avec l'insecte, nous progressons à l'intérieur de la galerie de larves.

Plan 391. 1h. 05' 19" : Le Visiteur revient, les mains sont rouge de sang. Il fait comprendre à l'Enfant qu'il faut rentrer.

Photogramme 90 - Plan 394. 1h. 05' 48" : Mais, pour l'Enfant, la situation est très dramatique, tout devient flou. Il marche en titubant, et va s'évanouir devant la maison.

Le Visiteur, photogramme 90, plan 394, mais, pour l'Enfant, la situation est très dramatique, tout devient flou. Il marche en titubant, et va s'évanouir devant la maison.
Le Visiteur, photogramme 90, plan 394, mais, pour l'Enfant, la situation est très dramatique, tout devient flou. Il marche en titubant, et va s'évanouir devant la maison.
▲ ▲ ▲


Chapitre 13


L'hiver

Plan 399. 1h. 06' 13" : Ecran noir. Le passage avec la séquence suivante, l'hiver, est subtile.

Photogramme 91 - Plan 403. 1h. 06' 41" : A partir de l'écran noir, une fente de lumière divise l'écran en deux parties égales, et tout à coup, la double porte de la maison s'ouvre en présentant un paysage complètement différent de ce qu'on a déjà vu. C'est l'hiver.

Photogramme 92 - Plan 407. 1h. 08' 44" : Avec le poids de la neige, une partie du toit de l'étable est effondrée.

Photogramme 93 - Plan 408. 1h. 08' 50" : Comme le toit de l'étable, l'Enfant est effondré, il dort à la place du cheval.


Plan 410. 1h. 09' 30" : Mais, l'Enfant, courageux, reprend ses activités quotidiennes. Il puise de l'eau au puits. Le Visiteur, visiblement irrité, vient chercher un seau d'eau plein, en jetant un regard sévère à l'Enfant, qui exprime, sans doute, un conflit entre l'Enfant et les adultes. Ce dernier, continue imperturbablement à puiser l'eau du puits.

Le Visiteur, (Muukalainen), photogramme 94, plan 411, l'Enfant en levant les yeux vers le chemin que le Visiteur à emprunter pour rejoindre la maison, est surpris de voir le seau d'eau renversé et abandonné au milieu du chemin. (Il est à noter que c'est à cet endroit précis que le Visiteur a dansé avec la Mère (plan 329).)

Photogramme 94 - Plan 411. 1h. 10' 32" : Mais, l'Enfant en levant les yeux vers le chemin que le Visiteur à emprunter pour rejoindre la maison, est surpris de voir le seau d'eau renversé et abandonné au milieu du chemin. (Il est à noter que c'est à cet endroit précis que le Visiteur a dansé avec la Mère. (plan 329))

Plans 412 - 423. 1h. 10' 34" - 1h. 11' 15" : A partir de là, la cadence des plans changent. Des ombres vont surgir de la brume de la forêt (plan 413). Un homme avec un pas décidé avance vers la maison. L'Enfant veut prendre la fuite. (plan 418). Une main forte se pose sur son épaule en le retenant, et en lui ordonnant : « Halte-là ! » (plan 420). D'autres policiers entrent dans la maison et ils commencent à la fouiller.

Photogramme 95 - Plan 424. 1h. 11' 27" : Le chef des policiers, celui qui a interpellé l'Enfant, est assis à l'intérieur de la maison. Son chapeau est posé sur un tabouret. Il consulte sa montre avec un air calme qui contraste avec l'agitation du reste du groupe. Il faut souligner que c'est la seule montre du film, seule indication du temps.

Plans 425 - 442. 1h. 11' 37" - 1h. 14' 19" : L'Enfant et la Mère sont assis en face du chef de la police (plan 425). Après avoir fouillé toute la maison et ayant constaté que le Visiteur n'y se trouve pas, les policiers décident de partir (plan 430). La Mère, ayant craint le pire, à savoir l'arrestation du Visiteur, qui est devenu son amant, va vomir (plan 432). Elle se lance à la recherche de son amant, mais en vain (plan 434). C'est l'Enfant qui va trouver le Visiteur près de box vide de son cheval (plan 437). L'Enfant et le Visiteur sortent de l'étable pour rejoindre la Mère (plan 439). Cette dernière en courant, va tomber. Le Visiteur se précipite pour l'aider, elle le frappe des poings (plan 440).

Photogramme 96 - Plan 443. 1h. 14' 28" : L'Enfant est de nouveau dans sa cachette, il regarde à travers l’œilleton du plancher, vers le lit de sa Mère. Mais, cette fois ci, il va remarquer que le Visiteur ne dort pas, et qu'il l'observe à son tour.

Plans 444 - 445. 1h. 14' 38" - 1h. 14' 58" : L'Enfant dort dans sa cachette, comme dans le plan 190. Le matin, il se rend dans la chambre de sa Mère, elle était seule.

Plans 446 - 447. 1h. 15' 07" - 1h. 15' 21" : Dehors, sur le sol enneigé, il remarque des traces de pas, profondes, (comme dans le plan 254), qui se dirigent vers l'étable. Il se dirige, précipitamment vers l'étable.

Photogramme 97 - Plan 448. 1h. 15' 34" : L'Enfant est supris. La corde n'est plus sur le crochet. Il est pétrifié. Il comprend que c'est le Visiteur qui a pris la corde. Il court dans la forêt (plan 450).

Photogramme 98 - Plan 457b. 1h. 15' 53" : L'Enfant arrive trop trad, le Visiteur sans son chapeau, est déjà sur le radeau-porte, ce dernier regarde l'Enfant avec une grande indifférence, et se dirige vers le puits. L’Enfant hésite un moment, et il se décide de le suivre. Il plonge dans l'eau glacée.

Photogramme 99 - Plan 469b. 1h. 17' 15" : L'Enfant arrive près du puits, il trouve le sac à dos du Visiteur sur un rocher, et la corde suspendu au crochet du puits.


Photogramme 100 - Plan 471. 1h. 17' 29" : Cependant, coup de théâtre, la corde se défait, et le Visiteur tombe dans le fond du puits. Aussitôt après, une nuée de corbeaux furieux sortent du puits avec des vifs croassements. L'Enfant se jette à terre et se couvre la tête.

Le Visiteur, photogramme 100, plan 471, cependant, coup de théâtre, la corde se défait, et le Visiteur tombe dans le fond du puits. Aussitôt après, une nuée de corbeaux furieux sortent du puits avec des vifs croassements. L'Enfant se jette à terre et se couvre la tête.
Le Visiteur, photogramme 100, plan 471, cependant, coup de théâtre, la corde se défait, et le Visiteur tombe dans le fond du puits. Aussitôt après, une nuée de corbeaux furieux sortent du puits avec des vifs croassements. L'Enfant se jette à terre et se couvre la tête.


▲ ▲ ▲


Chapitre 14


La disparition du Visiteur

Plans 472 - 474. 1h. 17' 39" - 1h. 18' 04" : L'Enfant est dans sa cachette, il regarde à travers l’œilleton, il voit sa Mère dormir (plan 473). Le lendemain, la Mère est dans la cuisine, elle prépare le petit déjeuner. Tout à coup, elle entend du bruit dans le couloir.

Photogramme 101 - Plan 476. 1h. 18' 17" : La Mère sort précipitamment dans le couloir, espérant revoir le Visiteur, mais, elle constate, avec tristesse, que c'est l'Enfant qui descend les escaliers.

Photogramme 102 - Plan 480. 1h. 18' 31" : Le soir, la Mère ignore la mort du Visiteur, l'Enfant ne lui a pas dit la vérité (on peut donc supposer que le secret du puits était seulement connu par l'Enfant et son Père). Elle suspend à l'extérieur la lampe à pétrole.

Plan 481. 1h. 19 06" : Gros plan sur la manivelle du puits de la maison avec la chaîne.

Photogramme 103 - Plan 482. 1h. 19' 06" : Plan d'ensemble de l'enclos sous la neige. Soudain, la barrière tombe dans un silence mortuaire.

Le Visiteur, photogramme 103, plan 482, plan d'ensemble de l'enclos sous la neige. Soudain, la barrière tombe dans un silence mortuaire.
Le Visiteur, photogramme 103, plan 482, plan d'ensemble de l'enclos sous la neige. Soudain, la barrière tombe dans un silence mortuaire.

Photogramme 104 - Plan 483. 1h. 19' 14" : La Mère est profondément triste, elle réalise au fur et à mesure, que le Visiteur est «parti» et qu'elle ne le verra plus.

Photogramme 105 - Plan 484. 1h. 19' 45" : Plan générale de la scène, la Mère, l'Enfant et au premier plan la lampe à pétrole éteinte.

Plans 485 - 487a. 1h. 19' 59" - 1h. 20' 33" : L'Enfant épluche des patates (plan 485). La Mère est assise dehors, sous la neige, elle attend en vain le Visiteur (plan 486). La Mère dort dans son lit (plan 487a).

Photogramme 106 - Plan 487b. 1h. 21' 04" : L'Enfant passe près de la table de la cuisine, attiré par la disposition des cartes de jeu du Visisteur (qu'il n'a donc pas pris avec lui). Les cartes sont disposées en croix. Est-ce le tirage en croix ? Une méthode de divination. Est-ce que le Visiteur a tiré les cartes avant d'entreprendre son geste ?

*

Plans 488 - 489. 1h. 21' 09" - 1h. 21' 21" : L'Enfant dort dans sa cachette, il est réveillé par les pas (de sa Mère ) qui font tomber à travers les fentes du plancher de la poussière.

Photogramme 107 - Plan 497. 1h. 21' 55" : Dans la cour, l'Enfant casse avec une hache, une roue bleue de la charette, celui sur lequel il a transporté, avec sa mère, le Visiteur pour le soigner (plan 88).

Le Visiteur, photogramme 107, plan 497, dans la cour, l'Enfant casse avec une hache, une roue bleue de la charette, celui sur lequel il a transporté, avec sa mère, le Visiteur pour le soigner.(plan 88).
Le Visiteur, photogramme 107, plan 497, dans la cour, l'Enfant casse avec une hache, une roue bleue du vieux chariot, celui sur lequel il a transporté, avec sa mère, le Visiteur pour le soigner.(plan 88).


Plans 502a - 502b. 1h. 22' 18" - 1h. 22' 22" : Sur le chemin du retour, un bout de bois tombe, en arrière plan, une poule surgit du poulailler.

Plans 503a - 506. 1h. 22' 31" - 1h. 23' 24" : L'Enfant entre dans la maison, la Mère, mélancolique, est assise sur le porche de la maison (plan 503a). Elle a le regard fixe, vers le poulailler, en face, (vers la poule ?) (plan 503b). L'Enfant allume un feu dans le poêle de la cuisine, avec les bouts de bois du chariot (plan 504). Il sort de la cuisine (plan 505). La Mère n'est plus assise au même endroit. Il est surpris de voir la canne abandonnée (plan 506a). Dans le poulailler des plumes volent (plan 506b). L'Enfant se dirige vers le poulailler (plan 507).

Photogramme 108 - Plan 508. 1h. 23' 31" : Un spectacle horrible lui est offert à voir : la Mère a tranchée avec une hache (celle que l'Enfant utilisera pour le chariot), la têtes des poules. Elle est assise au milieu du carnage, les mains et les habits ensanglantés, la tête baissée.

Plan 512. 1h. 23' 39" : Gros plan des bouts de la roue du chariot qui brûlent.

Photogramme 109 - Plan 513. 1h. 23' 57" : L'Enfant avec hésitation, lave sa Mère qui est inerte, sa peau a une allure cadavérique. Des taches de sang entourent son cou.

Plan 514. 1h. 24' 03" : Il se rend à la cuisine pour chercher de l'eau chaude (celle qui a été chauffée par les bouts de bois du chariot).

Photogramme 110 - Plan 515. 1h. 24' 07" : A son retour, la baignoire était vide, sa Mère a disparu une seconde fois. Il s'approche de la baignoire, la Mère avait plongé au fond afin de se noyer (comme si elle voulait rejoindre la Visiteur au fond du puits). L'Enfant, cette fois ci sans hésitation, plonge les mains dans l'eau pour dégager la tête de sa Mère hors de l'eau (plan 516).

*


Plans 517 - 518b. 1h. 24' 35" - 1h. 25' 43" : Après ses deux avertissements (les scènes du poulailler et de la baignoire), l'Enfant a compris, qu'il ne pourrait pas laisser sa Mère seule. Il fait dormir sa Mère dans son lit, et il s'assied près d'elle. Durant sa surveillance, il déchire un drap sur toute sa largeur, en faisant des bandes larges de quelques centimètres (plan 518b).

Photogramme 111 - Plan 518c. 1h. 25' 47" : En fait, les bandes que l'Enfant déchirait, il les entortillaient en faisant des longues nattes, pour en faire une corde (puisque l'ancienne corde, est désormais au fond du puits. - comme l'a fait Fontaine pour s'échapper de prison.- Cf. Corde).

Le Visiteur, photogramme 111, plan 518c, en fait, les bandes que l'Enfant déchirait, il les entortillaient en faisant des longues nattes, pour en faire une corde (puisque l'ancienne corde, est désormais au fond du puits.
Le Visiteur, photogramme 111, plan 518c, en fait, les bandes que l'Enfant déchirait, il les entortillaient en faisant des longues nattes, pour en faire une corde (puisque l'ancienne corde, est désormais au fond du puits.

Plan 519. 1h. 25' 53" : L'Enfant se dirige vers le vieux puits, le sac à dos du Visiteur est posé au même endroit mais avec de la neige dessus.

Photogramme 112 - Plan 520. 1h. 25' 55" : L'Enfant s'approche du puits, mais cette fois ci, la corde fabriquée est à travers l'épaule, et non plus, enroulée autour de la taille (comme au plan 134b). Vraisemblablement, la Mère ignorait le secret de l'Enfant et du Père, c'est peut-être pour cette raison qu'il cachait la corde autour de la taille.

Le Visiteur, photogramme 112, plan 520, l'Enfant s'approche du puits, mais cette fois ci, la corde fabriquée est à travers l'épaule, et non plus, enroulée autour de la taille (comme au plan 134b).
Le Visiteur, photogramme 112, plan 520, l'Enfant s'approche du puits, mais cette fois ci, la corde fabriquée est à travers l'épaule, et non plus, enroulée autour de la taille (comme au plan 134b).

Plans 521 - 522. 1h. 26' 33" - 1h. 26' 40" : L'Enfant est hésitant, il s'approche très doucement de la « bouche » du puits, évitant de se mettre directement à la verticale. En fait, nous obtenons de la sorte, une réplique du premier plan du film, mais cette fois ci, l'enfant ne plonge pas la tête dans l'eau. Il entend un bruit « tellurique » provenant du puits qui va se manifester d'une manière bruyante.

Photogramme 113 - Plan 523. 1h. 26' 42" : En entendant ce bruit inquiétant, l'Enfant se jette au sol, car une nuée de corbeaux sortent du puits, comme si le puits « crachait » des corbeaux, si l'on ose dire. L'Enfant est effrayé.

Le Visiteur, photogramme 113, plan 523, en entendant ce bruit inquiétant, l'Enfant se jette au sol, car une nuée de corbeaux sortent du puits, comme si le puits « crachait » des corbeaux, si l'on ose dire. L'Enfant est effrayé.
Le Visiteur, photogramme 113, plan 523, en entendant ce bruit inquiétant, l'Enfant se jette au sol, car une nuée de corbeaux sortent du puits, comme si le puits « crachait » des corbeaux, si l'on ose dire. L'Enfant est effrayé.
*

Plans 531 - 532. 1h. 27' 13" - 1h. 27' 30" : Retour à la maison. L'Enfant veille sur sa Mère en dormant sur une chaise. Sur la table de la cuisine, il y a une boîte et les cartes de jeu du Visiteur.

Photogramme 114 - Plan 532. 1h. 27' 33" : Plan anachronique car l'Enfant sur sa chaise en regardant à droite, il est à côté de la table de la cuisine, sur laquelle est posée le petit coffre avec le couvercle ouvert, et le jeu de carte du Visiteur, comme nous l'avons vu au plan 487b.

Le Visiteur, photogramme 114, plan 532, plan anachronique car l'Enfant sur sa chaise en regardant à droite, il est à côté de la table de la cuisine, sur laquelle est posée le petit coffre avec le couvercle ouvert, et le jeu de carte du Visiteur, comme nous l'avons vu au plan 487b.
Le Visiteur, photogramme 114, plan 532, plan anachronique car l'Enfant sur sa chaise en regardant à droite, il est à côté de la table de la cuisine, sur laquelle est posée le petit coffre avec le couvercle ouvert, et le jeu de carte du Visiteur, comme nous l'avons vu au plan 487b.
▲ ▲ ▲


Chapitre 15


Dernière visite à son Père

Plans 533 - 541. 1h. 27' 43" - 1h. 29' 34" : Le Père attendait l'Enfant, ce dernier pose le petit coffre (plan 537). Avant d'ouvrir le petit coffre, le Père pose des questions à l'Enfant :
- Le Père : « Cet homme est parti ? »
- L'Enfant hoche la tête en acquiesçant. (Sourire du Père).
Il veut prendre le petit coffre. Mais au dernier moment, il demande à voir les mains de l'Enfant : « Donne-moi tes mains. »

Photogramme 115 - Plan 548. 1h. 30' 01" : Le Père saisit fermement les deux mains de l'Enfant. On distingue nettement des ampoules.

Le Visiteur, photogramme 115, plan 548, le Père saisit fermement les deux mains de l'Enfant. On distingue nettement des ampoules.
Le Visiteur, photogramme 115, plan 548, le Père saisit fermement les deux mains de l'Enfant. On distingue nettement des ampoules.


Photogramme 116 - Plan 552. 1h. 30' 38" : Il ouvre le petit coffre, et le renverse sur le banc, l'Enfant a remplacé l'objet mystérieux par la tête d'une poule que la Mère a tranchée.

Le Visiteur, photogramme 116, plan 552, le Père ouvre le petit coffre, et le renverse sur le banc, l'Enfant a remplacé l'objet mystérieux par la tête d'une poule que la Mère a tranchée.
Le Visiteur, photogramme 116, plan 552, le Père ouvre le petit coffre, et le renverse sur le banc, l'Enfant a remplacé l'objet mystérieux par la tête d'une poule que la Mère a tranchée.

Plans 553 - 576. 1h. 30' 42" - 1h. 31' 55" : La réaction du Père est immédiate : « Qu'est-ce que tu as fait ? », il répète la phrase deux fois. Il saisit l'Enfant et commence à le frapper d'une façon terrible. L'Enfant était incapable de s'échapper du Père, étant allongé sur le banc, et les sabots qui glissaient sur la surface du banc. Heureusement plusieurs gardiens interviennent et sauve l'Enfant.

Photogramme 117 - Plan 577. 1h. 31' 57" : L'Enfant pousse alors un cri fort.

Le Visiteur, photogramme 117, plan 577, le Père ouvre le petit coffre, et le renverse sur le banc, l'Enfant pousse alors un cri fort.
Le Visiteur, photogramme 117, plan 577, le Père ouvre le petit coffre, et le renverse sur le banc, l'Enfant pousse alors un cri fort.


▲ ▲ ▲


Chapitre 16


L'Enfant retrouve son cheval

Plans 578 - 580. 1h. 31' 59" - 1h. 32' 33" : L'Enfant retourne chez lui, il est nerveux, il trébuche dans la forêt et tombe. Il entre dans la maison.

Photogramme 118 - Plan 581. 1h. 32' 41" : Il traverse la cuisine, il trouve trois corbeaux qui vraisemblablement picoraient des graines sur la table.

Plans 582 - 584. 1h. 32' 43" - 1h. 33' 09" : L'Enfant poursuit son chemin, et se dirige vers la chambre de sa Mère. Elle dormait (plan 582). Il s'approche d'elle, et veut lui ouvrir la main.

Photogramme 119 - Plan 585. 1h. 33' 27" : L'Enfant ouvre délicatement la main de sa Mère et pose sa joue dans sa main. Nous retrouvons de la sorte l'écho de l'image de la Mère qui caresse la joue de l'Enfant, au plan 288.

Photogramme 120 - Plan 586. 1h. 34' 06" : Le lendemain. Gros plan de la main de l'Enfant, accompagné d'un zoom arrière qui montre l'Enfant qui dort seul.

Plan 587. 1h. 34' 43" : L'Enfant se lève du lit, se rend à la cuisine, et à travers la fenêtre de la cuisine il aperçoit une forme familière.

Photogramme 121 - Plan 588. 1h. 35' 07" : En surimpression, nous distinguons le cheval de l'Enfant qui broute paisiblement de l'herbe dans les champs.

Le Visiteur, photogramme 121, plan 588, en surimpression, nous distinguons le cheval de l'Enfant qui broute paisiblement de l'herbe dans les champs.
Le Visiteur, photogramme 121, plan 588, en surimpression, nous distinguons le cheval de l'Enfant qui broute paisiblement de l'herbe dans les champs.

Plan 589. 1h. 36' 23" : Ecran noir.

Fin du film.


▲ ▲ ▲


Conclusion


La forme du film

Le Visiteur : « un film-coffre »

Nous avons vu ailleurs, qu'il y a des variations dans la forme générale d'un film. Habituellement, les films sont des « films-flèches » (une suite linéaire avec un début, un milieu et une fin). Cependant, il y a des exceptions, comme par exemple, « le film-éventail » , (Mathilde, Mimica Nina), ou alors, « le film-cloche » , (Andreï Roublev d'Andreï Tarkovski), et, il nous semble qu'avec Le Visiteur, nous avons affaire à un « film-coffre ».

En effet, au fur et à mesure de nos commentaires, nous avons souvent parlé des innovations du film (les barrages, le cadrage et la bande-son). En fait, ces innovations participent à l'émergence d'une qualité qui résume la forme générale du film : Le Visiteur est un « film-coffre ».

Cette forme-coffre, consolide les voeux du réalisateur : 1. Le film conte ; 2. Inspiration d'une peinture-image d'Andrew Wyeth, Christina's World.


*


Description d'un coffre

En principe, un coffre est un ouvrage fabriqué à partir de différents matériaux (bois, métal, céramique). Dans le film, c'est un coffre en fer, cette matière s'associe avec la cellule de prison où se trouve « coffrer » le Père.

Un coffre peut avoir plusieurs formes. Dans le film, il a une forme traditionnelle, en miniature : « c'est un meuble en forme de caisse ». (Dictionnaire Hachette) muni d'un couvercle mobile, attaché sur un côté à la caisse.

Un coffre sert à ranger des objets précieux, des souvenirs, des images, des objets auxquels on tient. Le mot dérive du grec « kophinos » (corbeille), latinisé en « cophinus ».


*


Double-coffre : Double-emploi : Double-vision

Dans Le Visiteur, l'objet coffre a un double-empoi :

  • 1. Il sert à déposer un objet mystérieux ;
  • 2. Il sert à passer illicitement « l'objet mystérieux » à l'intérieur du coffre, grâce à un dispositif simple.

Il nous semble que cette dernière caractéristique, participe également dans la construction filmique, dans le sens que le film s'articule sur deux registres :

  • 1. Un registre connu (le tabac) ;
  • 2. Un registre inconnue (l'objet mystérieux).


Le Visiteur (Muukalainen), schéma des deux registres du coffre dans le film.
Le Visiteur (Muukalainen), schéma des deux registres du coffre dans le film.

Cette qualité du double est largement distribuée tout au long du film. A commencer par les deux mondes : le monde du Père (la prison) et de la Mère (la maison), les deux « Pères » (le Père et le Visiteur - ce qui implique un double complexe d'Œdipe), les deux étages de la maison, les deux édifices (la maison et l'étable), les deux puits (le puits de la maison et le puits en ruines), les deux types de cordages (l'une traditionnelle, la seconde fabriquée), les deux handicaps (la Mère qui boîte, l'Enfant qui est muet), la forêt divisée en deux (par la rivière), les deux manivelles (celle du puits et du phonographe).


▲ ▲ ▲

Le Visiteur : « un film poético-hypnotique »

Pour son premier film, Valkeapäa maîtrise avec une perfection étonnante, l'ensemble complexe de la composition filmique : cadrage, montage, lumière et son.

Le résultat est un film, avec un effet « poético-hypnotique » bouleversant, qui transporte le spectateur attentif vers des horizons insoupçonnables et indéterminés.

*

Au niveau de la bande-image

Cet effet est obtenue par plusieurs dispositifs, et dès le premier plan du film, l'Enfant plonge la tête dans l'eau, comme une invitation à plonger à notre tour dans le film. Nous devenons des « visiteurs ».

Ensuite, quand l'Enfant arrive chez lui (plan 12). La forêt devient une espèce de « forêt primoridale », comme si, c'est la forêt qui est la Mère de l'Enfant : est-ce la mère-nature que le réalisateur veut mettre en valeur ? C'est peut-être pour cette raison que l'Enfant enlève ces chaussures dès qu'il arrive à la lisière de la forêt, pour ne pas, peut-être souiller la « mère-nature ».

Les autres dispositifs qui participent à l'émergence de l'effet poético-hypnotique » sont le procédé des barrages accumulés et la cadrge de l'Enfant, souvent vu de dos.

*


Au niveau de la bande-son

Le véritable art de Valkeapäa c'est d'attribuer à la bande-son une place primordiale, qui se manifeste par la musique sensible de Tulve Helena.

L'adage, « si la parole est d'argent, le silence est d'or », convient parfaitement au film. Le fait d'attendre très exactement, la 17ème minutes (plan 68), pour entendre la première phrase prononcée par la Mère : « Il va habiter un moment », est surprenante. Et on peut le dire, c'est un pari gagné de la part du réalisateur, car, nous pensons que c'est un « risque » de laisser un temps de silence si important. Et, il a vu juste, qu'en l'absence des paroles, l'image nous aspire (pour nous inspirer), et donc nous sommes hypnotisé par l'image.

De plus, ce premier temps de silence de 17 minutes, sera suivi par un second temps, aussi long que le premier, à la 32ème minutes (plan 165) : premier dialogue (monologue) du Père à l'Enfant : « Vous avez eu une visite. ». Enfin, c'est à la 35ème minute que nous entendons le premier mot du Visiteur : « Attends » (plan 186b).

Il nous semble que de la sorte, les longs temps de silence, augmentent et gonflent les qualités de la bande-image (tout en attribuant d'autres qualités à la bande-son). En effet, un mot, une phrase prononcée ont la faculté de réduire le monde environnant à une situation ponctuelle et de préciser une description de l'image.

(30 décembre 2011)


* * *


Notes et références

  1. Bruno Bettelheim, Psychanalyse des contes de fées, Éditions Robert Laffont, traduit de l'américain par Théo Carlier, 1976.
  2. Cf. également, B. Bettelheim, op. cit., p. 19.
  3. Ibid. p. 121.
  4. "Dans le mythe grec, Œdipe devient roi en tuant son père et en épousant sa mère, après avoir résolu l'énigme du Sphynx qui, aussitôt, se donne la mort. L'énigme consistait à deviner les trois âges de l'homme." Ibid. p. 199.
  5. Ibid. p. 43.
  6. Ibid. p. 64.
  7. Ibid. p. 219.
  8. Ibid. p. 220.
  9. Lumière de l'image, Gallimard, 2008, pp. 109-119.
  10. Ibid. p. 160
  11. Bruno Bettelheim analyse la symbolique du chiffre trois, à partir de deux contes des frères Grimm : Les Trois Langages (pp. 155-162.) et Les Trois Plumes (pp. 163-174.) Psychanalyse des contes de fées. Voir également le plan 54 du film Nostalghia d'Andreï Tarkovski.
  12. Ce plan rappelle le plan 9 , du Miroir d'Andreï Tarkovski.
  13. Utilisé d'abord à des fins religieuses (évoquer l'âme des morts) et d'exorcisme, il est rapidement devenu une forme particulièrement séduisante de spectacle populaire, mettant en scène aussi bien de grands poèmes épiques que des satires politiques ou grivoises, comme le célèbre Karagöz de Turquie par exemple. (Source : Wikipédia)


▲ ▲ ▲



Résumé de la cinémancie

Introduction à la cinémancie