Faute

De Cinémancie
Version du 25 janvier 2015 à 13:42 par Dimitri Dimitriadès (discuter | contributions)

(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : navigation, rechercher
Le Miroir, plan 39.  C'est la scène de la coquille à l'imprimerie, une confusion à cause d'une seule lettre, l'écriture de Staline en sraline (porc en russe). Nous distinguons à gauche derrière une machine à imprimer la grande affiche de Staline.
Le Miroir, plan 39. C'est la scène de la coquille à l'imprimerie, une confusion à cause d'une seule lettre, l'écriture de Staline en sraline (porc en russe). Nous distinguons à gauche derrière une machine à imprimer la grande affiche de Staline.

Titres des films

Mode d'emploi de la figure (mot) et abréviations


Titre Titre original Réalisation Scénario Année Pays Durée (min.)
Faute à Voltaire (La) Faute à Voltaire (La) Kechiche Abdellatif Kechiche Abdellatif 2001 France 130
* * *

Autres titres de films

Titre Titre original Réalisation Scénario Année Pays Durée (min.)
Brasil
§. Faute d'inscription des noms de Archibald Tuttle (Robert de Niro) et Archibald Buttle
Brasil Gilliam Terry Gilliam Terry, McKeown Charles, Stoppard Tom 1985 Angleterre 142
Into The Wild

§. De Christopher

§. Φω. Plans : 26 - 440 - 1623-1639
Into the Wild Penn Sean Sean Penn,
roman de Jon Krakauer
2007 USA 147
Maître (Le)
§. Φω. La fausse couche d'Anna : Plan 214
Mistrz Piotr Trzaskalski Lepianka W.
Trzaskalski P ;
2005 Allemagne
Pologne
117
Mathilde

§. Φω. Faute d'un mot : Plan 615

§. Φω. « C'est pas ta faute » : Plan 875
Mathilde Mimica Nina Mimica Nina 2004 Italie, Espagne, Angleterre, Allemagne 97
Miroir (Le)

§. Φω. Faute de frappe : Plan 39

§. Φω. « Fausse visite » : Plan 86
Zerkalo Tarkovski Andreï Tarkovski A.

Micharine A.

Et poèmes d'Arseni Tarkovski.
1975 URSS 106
Stalker Stalker Tarkovski Andreï Tarkovski A.
Strougatski A. et B.
1979 URSS 161


* * *

Photogrammes extraits des films - Analyse et liens spécifiques du film.

Stalker, d'Andreï Tarkovski

Stalker est un film paradoxal (il commence par un obscur météorite qui tombe, et il termine avec une jeune fille qui fait tomber mystérieusement un verre). En définitive, à partir de ce paradoxe (qui n'est pas le seul), nous pouvons supposer que c'est pour souligner le drame de l'être que Tarkovski accentue le poids et la tension paradoxale dans la structure du film. Cela nous conduit, d'une part, dans le cadre du film Stalker ; et d'autre part, dans un cadre cinémantique plus large, de nous intéresser à plusieurs questions. Il s'agit du caractère d'incertitude et de l'indéterminé. Ces questions appartiennent aux registres (peu connus) de l'hésitation et de la détermination, que nous verrons à l'appui de plusieurs exemples dans deux films : Le Miroir et Andreï Roublev. Par ailleurs, il reste la question si importante de la "faute". Elle s'inscrit également de plain-pied dans la cinémancie, puisqu'elle s'annonce comme un fait téléologique malheureux. En effet, la faute est l'aboutissement d'un certain nombre d'actes et de décisions qui n'ont pas abouti au résultat espéré, ou du moins, suite à un "accident", il y a eu une déviation inconsidérée qui est intervenue dans la chaîne des faits. Mais là encore, la faute est variable, elle est soit consciente, soit inconsciente, comme par exemple, dans le 5ème épisode du Miroir, "La Coquille à l'imprimerie".


*

Liens spécifiques du film

Voir : Stalker


▲ ▲ ▲


Accueil - Dictionnaire de la Cinémancie


Résumé de la cinémancie

Introduction à la cinémancie