Rêve

De Cinémancie
Version du 12 février 2018 à 17:58 par Dimitri Dimitriadès (discuter | contributions)

(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : navigation, rechercher

La Science des Rêves de Michel Gonfry. Stéphane (Gael García Bernal ) émerveillé par son rêve, il s'envole allègrement comme un oiseau, il échappe ainsi à l'ennui de la vie quotidienne en faisant des découvertes inattendues.
La Science des Rêves de Michel Gonfry. Stéphane (Gael García Bernal ) émerveillé par son rêve, il s'envole allègrement comme un oiseau, il échappe ainsi à l'ennui de la vie quotidienne en faisant des découvertes inattendues.
« Le rêve est plus fort que l'expérience. »
— G. Bachelard.


« La phrase sur laquelle commence un rêve est importante parce qu'elle manifeste la situation actuelle, elle montre où le rêveur en est pour le moment dans ce monde de confusion. Puis vient une séquence d'événements, et la phrase finale indique la direction que veut prendre l'énergie (psychique).  »
— Maire-Louise von Franz. [1]


Sommaire

Titres des films

Mode d'emploi de la figure (mot) et abréviations


Titre Titre original Réalisation Scénario Année Pays Durée (min.)
Arizona Dream
§. En Arizona, cinq destins se croisent et évoluent, entre rêve et réalité, tragique et fantasque, dans un univers souvent sordide et déroutant. (Pitch du film.)
Arizona Dream Kusturica Emir Atkins David, Kusturica Emir 1993 France, USA 130
Blind : Un Rêve éveillé
§. Ingrid est aveugle depuis peu. Elle va très vite sombrer dans la paronaï [2]. (Pitch du film.)
Blind Vogt Eskil Vogt Eskil 2014 Norvège 91
Cherry Blossoms, un rêve japonais Kirschblüten - Hanami Dörrie Doris Dörrie Doris 2008 Allemagne 127
Dans tes Rêves
§. Ixe est un jeune rappeur prometteur dont la réputation ne dépasse pas encore les quelques rues de son quartier. (Lire la suite : [3]) (Pitch du film.)
Dans tes Rêves Thybaud Denis Puccino Oxmo 2005 France 102
Faisons un Rêve Faisons un Rêve Guitry Sacha Guitry S. 1936 France 80
Femmes de ses rêves (Les) The Heartbrek Kid Farelly Bobby, Farelly Peter Farelly B. Et P., Simon N., Dixon L., Barnett K., Friedman B.J. 2007 USA 116
Fille de tes Rêves (La)
§. En 1938, pour symboliser la collaboration entre les différents régimes fascistes, l'Allemagne nazie invite un groupe d'artistes espagnoles franquistes. (Pitch du film.)
Niña de tus ojos (La) Trueba Fernando Ángel Egea Miguel, Azcona Rafael, López Carlos, Trueba David 1998 Espagne 121
Marchand de Rêves
§. Pour quelques sous, Joe Morelli, arnaqueur de génie, sillonne la Sicile a la recherche de nouveaux talents pour le grand écran. (Lire la suite : [4]) (Pitch du film.)
Uomo delle stelle (L') Tornatore Giuseppe Rinaudo Fabio, Tornatore Giuseppe 1995 Italie 113
Mariage de Rêve
§. Dans les années 20. Un héritier anglais épouse une américaine sur un coup de tête. Quand il la ramène au manoir familial, la jeune fille n’est pas la bienvenue. (Pitch du film.)
Easy Virtue Elliott Stepahn Elliott Stepahn, Jobbins Sheridan, adapté du roman éponyme de Coward Noël 2008 Angleterre 97
Quatre nuits d’un Rêveur
§. Attendant le retour de son amant depuis trop longtemps, Marthe, lasse de la situation, décide de sauter dans la Seine du haut du Pont-Neuf. (Lire la suite : [5]) (Pitch du film.)
Quatre nuits d’un Rêveur Bresson Robert Bresson Robert, d'après Fiodor Dostoïevski 1971 France 87
Rêve de Cassandre

§. Sur un coup de cœur, deux frères s'offrent un voilier qu'ils baptisent "Cassandra's Dream". Une vraie folie car ni l'un ni l'autre n'ont réellement les moyens d'assumer ce signe extérieur de richesse. (Pitch du film.) .
§. 1er rêve : « J’ai rêvé des enfants. »

§. 2nd rêve : « J’ai rêvé de Martin. »
Cassandra's Dream Allen Woody Allen Woody 2007 Angleterre, France, USA 108
Rêve de Singe Ciao maschio Ferreri Marco Ferreri M. Brach G. Azcona R 1978 Ital-Fr. 114
Rêves de Femmes Kvinnodröm Bergman I. Bergman I. 1955 Suède 80
Rêves de Poussière Rêves de Poussière Salgues Laurent Salgues Laurent 2008 Burkina Faso, Canada, France 86
Science des Rêves (La) The Science of Sleep Gondry Michel Gondry M. 2006 France 102
Vie Rêvée de Walter Mitty (La)
§. Pour échapper à un quotidien terne et gris, un petit employé de Life magazine s'évade dans un univers imaginaire où il vit des aventures extraordinaires. Mais la réalité va rattrapper la fiction. (Pitch du film.)
Secret Life of Walter Mitty (The) Stiller Ben Conrad Steve 2013 USA 115
Vie Rêvée des Anges (La) Vie Rêvée des Anges (La) Zonca Érick Bohbot Roger, Zonca Érick 1998 France 113
Walk-Rêver plus haut (The)
§. Jeune artiste français, Philippe Petit n'a qu'une idée en tête : traverser sur un câble d'acier la distance qui séparait les deux tours du World Trade Center. (Pitch du film.)
Walk (The) Zemeckis Robert Browne Christopher, Zemeckis Robert 2015 USA 123
▲ ▲ ▲

Autres titres de films

Titre Titre original Réalisation Scénario Année Pays Durée
Amour
§. Georges et Anne sont octogénaires, ce sont des gens cultivés, professeurs de musique à la retraite. (Lire la suite : [6]) (Pitch du film.)
Amour Haneke Michael Haneke Michael 2012 Autriche, France 126
Andreï Roublev Andreï Rublyov Tarkovski Andreï Tarkovski A.
Konchalovsky A.
1969 URSS 215
Balada Triste
§. Rêve vers la 46’.
Balada Triste de Trompetta Iglesia Álex de la Iglesia Álex de la 2010 Espagne, France 107
Brasil
§. Les rêves de Sam Lowry (Jonathan Pryce)
Brasil Gilliam Terry Gilliam Terry, McKeown Charles, Stoppard Tom 1985 Angleterre 142
Bright Star

§. La romance passionnée au XIXème siècle, à la fin de la vie du poète anglais John Keats (1795-1821) et de Fanny Brawne.
§. 1er rêve : vers la 45’ : (Lire la suite : [7])

§. 2nd rêve : vers la 57’ : (Lire la suite : [8])
Bright Star Campion Jane Campion Jane 2010 Angleterre, Australie, France, USA 120
Concile de Pierre (Le) Concile de Pierre (Le) Nicloux Guillaume Cabel Stéphane, Nicloux Guillaume, d’après le roman éponyme de Grangé Jean-Christophe 2006 Allemagne, France, Italie 100
Corps et Âme
§. Chaque nuit, Maria et Endre employés dans une usine à viande, font le même rêve dans lequel ils apparaissent sous la forme d'une biche et d'un cerf. [9] (Pitch du film.)
Testről és lélekről Enyedi Ildikó Enyedi Ildikó 2017 Hongrie 116
Crimes de Snowtown (Les)

§. Jamie, 16 ans, vit avec sa mère, dans une banlieue où règne chômage et abus sexuels. (Lire la suite : [10]) (Pitch du film.)

§. Le 1er plan du film est le rêve d’un chien.
Snowtown Kurzel Justin Grant Shaun, d'après un sujet de Grant Shaun et de Kurzel Justin 2011 Australie 119
Easy Money
§. Stockholm. JW est un étudiant en École de Commerce brillant, ambitieux et fauché qui s'aventure dans le milieu du crime organisé. (Lire la suite : [11]) (Pitch du film.)
Snabba Cash Espinosa Daniel Espinosa Daniel, Lapidus Jens 2010 Suède 124
Femme du Boucher (La)
§. Cf. Bague
Butcher's Wife (The) Hughes Terry Litwak Ezra, Schwartz Marjorie 1991 USA 107
Forêt Emeraude (La)
§. Alors qu'il construit un immense barrage, un ingénieur perd son fils en pleine jungle amazonienne. (Lire la suite : [12]) (Pitch du film.)
Emerald Forest (The) Boorman John Pallenberg Rospo 1985 Angleterre 110
Half Light
§. Une romancière à succés s’est installée sur la côte écossaise après la mort de son fils de 5 ans. Un jour, elle fait une singulière rencontre. (Pitch du film.)
Half Light Rosenberg Craig Rosenberg Craig 2006 Angleterre, Allemagne, USA 110
Harry, un ami qui vous veut du bien

§. Les vacances de Claire et Michel s'annoncent plutôt difficiles (Lire la suite : [13]) (Pitch du film.)

§. Le rêve du singe volant.
Harry, un ami qui vous veut du bien Moll Dominik Marchand Gilles, Moll Dominik 2000 France 117
Intuitions

§. En Géorgie, dans la petite ville de Brixton, Annie Wilson a le don de lire l'avenir des gens dans les cartes. (Lire la suite : [14]) (Pitch du film.)

§. Le rêve d’une fleur blanche qui devient noire.
Gift (The) Raimi Sam Epperson Tom, Thornton Billy Bob 2001 USA 109
Jimmy P. (Psychothérapie d'un Indien des plaines)

§. L'amitié entre Jimmy Picard, un Indien Blackfoot qui a combattu en France durant la Seconde Guerre Mondiale et d'un ethnologue et psychanalyste français Georges Devereux. (Lire la suite : [15]) (Pitch du film.)

§. C'est grâce à l'exploration de plusieurs rêves de Jimmy que Georges réussira à soulager les nombreuseux troubles de ce dernier.
Jimmy P. (Psychotherapy of a Plains Indian) Desplechin Arnaud Alexie Sherman (quelques vers de son poème “Cérémonie Tribale” (Tribal Cerenomy), Desplechin Arnaud, Jones Kent, Peyr Julie, d'après le livre de Devereux Georges, “"Rêves et Réalités"”. 2013 USA 122
Maison du Docteur Edwardes (La).
§. Constance, médecin dans un asile d'aliénés, cache le nouveau directeur chez son professeur qui va analyser les rêves du directeur, devenu malade, et trouve l'origine de son déséquilibre. (Pitch du film.)
Spellbound " Hitchcock Alfred Hecht Ben, Hitchcock Alfred et Romm May E. 1945 USA 111
Mullholland Drive Mullholland Drive Lynch David Lynch David 2001 France
USA
146
Miroir (Le) Zerkalo Tarkovski Andreï Tarkovski A.

Micharine A.

Et poèmes d'Arseni Tarkovski.
1975 URSS 106
No country for old man

§. A la frontière entre le Texas et le Mexique, Llewelyn Moss tombe sur une camionnette abandonnée, cernée de cadavres ensanglantés, à l'intérieur, il découvre deux millions de dollars qu'il va prendre. Il ne réalise pas la gravité de son geste. (Pitch du film.)

§. Rêve vers 1h et 49’.
No country for old man Coen Joel et Ethan Coen Joel et Ethan 2007 USA 122
Nostalghia Nostalghia Tarkovski Andreï Tarkovski A.
Guerra T.
1983 URSS
Italie
130
Ruban Blanc (Le)

§. Un village protestant de l'Allemagne du Nord à la veille de la Première Guerre mondiale (1913/1914). L'histoire d'enfants et d'adolescents d'une chorale dirigée par l'instituteur du village et celle de leurs familles : le baron, le régisseur du domaine, le pasteur, le médecin, la sage-femme, les paysans... (Lire la suite : [16]) (Pitch du film.)

§. Un rêve-valise : Rêve de Carly (fils de la sage femme) victime d’une maladie.
WeiBe Band (Das) Haneke Michael Carrière Jean-Claude, Haneke Michael 2009 Allemage, Autriche, France, Italie 144
Source (La)

§. La prémonition du rêve de Marëta.

Plan 28.
Jungfrukällan (littéralement : La Source de la vierge) Bergman Ingmar Isaksson U. 1960 Suède 89
Stalker Stalker Tarkovski Andreï Tarkovski A.
Strougatski A. et B.
1979 URSS 161
Viridiana Viridiana Buñuel Luis Buñuel Luis
Alejandro J.
1961 Mexique
Espagne
90


▲ ▲ ▲

Photogrammes extraits des films - Analyse et liens spécifiques des films

Andreï Roublev, d’Andreï Tarkovski

Le rêve de la tête dévissée

Photogramme - Chat : Andreï Roublev, Plan 264.   Comme pour souligner l'aspect tragique et superstitieux du moment. Un chat noir traverse l'écran en oblique.
Photogramme - Chat : Andreï Roublev, Plan 264. Comme pour souligner l'aspect tragique et superstitieux du moment. Un chat noir traverse l'écran en oblique.

A la fin du VIème épisode, après le sac de Vladimir, au :

Plan 264-81-1 [17] : 1h 56' 2" Le désastre extérieur de l'église reflète l'âme intérieure de Roublev. Il est abattu, résigné et bouleversé. Comme pour souligner l'aspect tragique et superstitieux du moment. Un chat noir traverse l'écran en oblique. (Cf. Photogramme - Chat.)


Plan 265-82-2 : 1h 56' 5" : Près de Roublev la sourde-muette fait une natte à trois branches entrelacées à une gisante aux longs cheveux.

Photogramme - Livre : Andreï Roublev, Plan 267.   Une main feuillette les pages calcinées, c'est la main de la mort, la main de Théophane le Grec.
Photogramme - Livre : Andreï Roublev, Plan 267. Une main feuillette les pages calcinées, c'est la main de la mort, la main de Théophane le Grec.

Plan 267-84-4 : 1h 57' 1" : Gros plan d'un grand livre brûlé (les Écritures). Une main feuillette les pages calcinées, c'est la main de la mort, la main de Théophane le Grec. (Cf. Photogramme - Livre.)


Plan 268-85-5 : 1h 58' 03": Roublev est très heureux de le voir : "Théophane. Tu n'es pas mort, j'avais tellement envie de te voir. J'ai rêvé de toi : tu me regardes la tête en bas, par la fenêtre en me menaçant du doigt. Et moi je suis couché sur la selle d'un cheval et deux tatars me dévissent la tête. Toi tu regardes, et du doigt, tu frappes au carreau, tchouk, tchouk. Moi je crie."
- Théophane : "Que cries-tu ?"
- Andreï Roublev : "Ecoute, que se passe-t-il, on tue, on viole, on pille les églises avec les Tatars." Tu m'avais pourtant dit. Mais c'est plus dur pour moi. Toi, tu es déjà mort, alors que moi j'ai été aveugle la moitié de ma vie. Pourtant c'est pour ces hommes que jour et nuit… Mais ce ne sont pas des hommes. N'est-ce pas ? Tu disais vrai à l'époque."
- Théophane : "Qu'importe ce que je disais, tu te trompes maintenant, comme je me trompais alors."
- Andreï Roublev : "N'avons-nous pas une seule foi, une seule terre un seul sang."

Plan 269-86-6 : 1h 59' 5" : Changement de plan : plan rapproché sur Roublev : "Un Tatar souriait, comme ça (il fait la grimace), il crie : même sans nous, vous vous dévorez, quelle (honte)." (Il regarde la sourde-muette.) "Il n'y a qu'elle qui soit restée."

Plan 270-87-7 : 2h 00' 0" : Plan rapproché sur la sourde-muette, elle vient de terminer la natte.

Nous rapportons ce dialogue, car ce seront presque les dernières paroles de Roublev avant son long silence qui représente presque le dernier tiers du film. Dans la diégèse nous sommes en automne 1408, et il ne parlera pas avant le printemps 1424. De plus, ce dialogue a une importance capitale, parce que nous y abordons deux aspects cinémantiques : le rêve et la mort et plus particulièrement le rêve qui, nous l'avons vu, en est "une voie royale". [18] Dans son livre Sur l'interprétation des rêves, C. G. Jung écrit : (…) "Le rêve, (…) ne procède pas de la volonté. On ne peut l'expliquer par une simple psychologie de la conscience." [19] D'autre part, l'auteur soulève une hypothèse très intéressante : (…) "Je garde toujours à l'esprit une autre possibilité (…) aventureuse, à savoir que le "concept temporel", serait effectivement une donnée de l'inconscient, mais il s'agirait là d'un temps qui se verrait en quelque sorte disloqué, de sorte que l'inconscient aurait la faculté de dépasser le cours normal du temps, percevant ainsi des choses qui n'existent pas encore. La substance de toute chose est en effet présente dans "l'inconscient". On rêve par exemple souvent d'événements qui ne se dérouleront que le lendemain ou même encore plus tard." [20]

*

L'hypothèse d'une dislocation du temps dans l'inconscient

Cette hypothèse soulève un trait significatif pour nos considérations cinémantiques. En effet, cette dernière s'intéresse, pour le moment, au concept du triple temps pré-établi : le passé, le présent et le futur. Si, comme l'avance Jung, il y a une possibilité de dislocation du temps dans l'inconscient, il se peut alors qu'il y ait d'autre(s) possibilité(s), et qu'il y ait aussi l'extrême, à savoir, qu'il n' y a pas de temps de tout ou alors, qu’il y a un temps que nous ne connaissions pas ou pas encore. Autrement dit, l'inconscient devient une instance gouvernante et indépendante. Il en est de même pour le cri de Rimbaud : (…) "je est un autre," que Jean-Luc Godard, dans Nouvelle vague, tourne et retourne sous la forme de deux interrogations qui se reflètent : (…) "qui est l'autre du Je que je suis et qui est le Je de l'autre que je côtoie ?" [21] La question reste ouverte. Cependant nous voulons souligner ce que nous avons déjà suggéré dans l’introduction générale et apporter quelques éléments de réponse à cet énorme chantier. En effet, Jung propose la tâche d'interpréter : (…) " Les rêves "singulier" et de connaître tout ce que renferme le "magasin d'approvisionnement" de l'esprit humain, de même que les fondements des peuples. Plus nous en savons et plus il nous sera facile de détecter certains symboles." [22]


*

Essai d'analyse du rêve d'Andreï Roublev

Pour en revenir au rêve de Roublev, nous constatons tout d'abord, une prolifération de la figure du double, soit par opposition, "tu n'es pas mort","toi, tu es déjà mort" ; soit par inversion "la tête en bas" ; soit par succession de figure anatomique, "tête en bas", "tête dévissée" ou "doigt menaçant", "doigt frappant le carreau". L'ensemble de ces couples semble proposer une suggestion de l'hésitation, d'une oscillation spirituelle.

Mais le nœud du rêve semble se situer au niveau de la tête dévissée, qui est en relation avec l'homicide de Roublev, (rappelons-nous le casque du tatar qui dégringole les escaliers), et qui annonce par ailleurs, le fait que Roublev est devenu un objet, une sculpture dont on dévisse la tête. De plus, il est couché, comme une marchandise, sur la selle d'un cheval. En fait, d'un côté Roublev se reproche son homicide ; c'est trop pour lui, il désire être puni, et de l'autre, il est une sculpture, un "bel objet" qu'on va piller car d'une part, c'est un artiste, et d'autre part, comme le dira plus tard Kyril : "on n'a pas le droit de ne plus exprimer son talent, c'est un pêché." Il y a une dualité dans l'esprit de Roublev, c'est une nouvelle crise suggérée dans le rêve par la séparation de la tête du corps. En définitive la tête dévissée est en quelque sorte la réponse du rêve : "désormais tu ne parleras plus", ce qui annonce le long silence de Roublev. Ce qui est aussi troublant, c'est que la chaîne d'indices qui s'installe pour aboutir à ce constat est amorcée dès l'ouverture de la scène des Écritures au plan 170 - 29, à propos de la tête et les cheveux, et l'apparition de la sourde-muette, en passant par l'avalement de l'huile bouillante pour aboutir au rêve de la tête dévissée. [23]


*

La disposition du corps de Théophane

L'intervention de Théophane, la tête en bas, comme s'il était soudainement libéré du poids terrestre. Cette figure, associée à celle du doigt menaçant, mérite d’être creusée davantage. En effet, nous observons que, en principe, dans une position normale de la tête en haut, le doigt menaçant est pointé vers le ciel. Cela implique, qu'ici, le doigt est pointé vers la terre. Il suggère fortement l'ici et maintenant, avec toutes les connotations que cela suppose : la terre, le lieu, le travail, etc. C'est comme une seconde réponse, une seconde possibilité, ou même la possibilité envoyée du ciel, car, si le doigt doit être vraiment menaçant, il aurait dû frapper sur le carreau avec le poing (menaçant) en faisant un grand bruit, et non pas avec le doigt pour faire des petits touk, touk.

Mais, en même temps, dans le rêve il y a une troisième réponse : il crie, donc il s'exprime ou plutôt, il s'exprimera, et avec force. Dans l'ordre, le rêve propose les moments suivant :
1. La tête en bas, doigt pointé au sol ;
2. La tête dévissée ;
3. Le cri.
Cela amène une autre question : y-a-t-il un fil de lecture linéaire dans un rêve ? Un ordre de lecture des faits et gestes ? Est-il imposé par l'inconscient ? Ou supposé par la conscience ? Ainsi, la question du rêve dans le cinéma est grande. [24]


*

Chaque rêve nocturne est comme un maillon parmi une longue chaîne de rêves

Enfin, il reste à signaler un fait majeur, issu de l'école jungienne, dans l'analyse des rêves. En effet, pour la pleine justification des valeurs interprétatives, nous devons considérer chaque rêve nocturne, comme un maillon parmi une longue chaîne de rêves. Autrement dit : l'individu toute sa vie, ne fait qu'un seul et long rêve, qu'il reçoit par morceaux, ou encore, l'individu fait des petits rêves du grand rêve. La tâche de l'interprète consiste alors à considérer (…) "la somme des rêves recueillis". Seulement des chocs affectifs puissants troublent le grand rêve. Ainsi les petits rêves deviennent des grilles de paramètres pour les mesures à prendre. Tel est le cas du rêve de Roublev, l'invasion des terribles ondes de choc de l'homicide dans sa psyché l'ont profondément bouleversé, au point qu'il a quelque chose de cassé en lui. Mais la statue n'a pas été cassée, seulement dévissée, comme si c'était un (mauvais) génie qui était sorti pour accomplir le pire des forfaits qu'un être peu commettre : un homicide.


*

Les messages déguisés des rêves

Cependant, un objet dévissé, peut être revissé. Il peut revenir à son état antérieur, ce qui n'est pas le cas d'une cassure où il reste toujours une trace. Il crie vers Théophane : "que se passe-t-il ?" Il ne sait plus ce qui se passe. "J’ai été aveugle la moitié de ma vie." La phrase cache des connotations subtiles : tout d'abord, le rapport avec la vision, les yeux, la lumière. Il a été aveugle la moitié de sa vie, et l'autre moitié il l'a consacrée à peindre. "Pourtant c'est pour ses hommes que jour et nuit... (…) Mais ce ne sont pas des hommes. N'est-ce pas ?" Ce qui sous entend : il était aveugle la moitié de sa vie, il retrouve la vue, et de cette union jaillit la cruauté du crime. Il devient un homme – thème de la passion : l'homme - héros (dieu) - l'homme. Non seulement il devient un homme, mais il devient comme un Tatar : "Un Tatar souriait comme ça." Il ira jusqu'à imiter la grimace. Mieux encore, il imitera longtemps la muette, en devenant comme elle : "Il n'y a qu'elle qui soit restée." Maintenant, elle c'est lui. On peut dire : "il n'y a que lui qui soit resté." Mais où est ce reste ? En lui ou à côté de lui ? Ou les deux ?

*

Le rôle des animaux dans le rêve de Roublev

Tarkovski n'exploite pas uniquement les principaux protagonistes de la diégèse, il sonde aussi les figures auxiliaires, au point de les grossir et de les rendre majeures. Une éclatante image de ce grossissement est inscrite dès le début de la 12ème partie : Roublev est abattu, la sourde-muette commence à faire la natte, il y a alors le chat noir qui traverse l'écran en oblique, du bas du coin droit, vers son côté opposé à gauche. Ce qui est troublant, c'est que le cheval noir entre du côté gauche. Peut-t-on donc dire, que le cheval noir devient ici, comme la sentence de l'auto-procès que Roublev s'inflige ? Est-ce que ce concept de grossissement correspond à la prise en considération de la gravité de l'acte que Roublev a accompli ? Mais après tout, on peut aussi penser que c'est un rêve. Et peut-être que l'ensemble de la partie est un rêve, car rien ne permet d’affirmer le contraire. Mieux encore, c'est un rêve dans le rêve, à l'appui de la phrase suivante : "j'ai rêvé de toi." Le cheval noir devient une figure archétypique.


*

Les rêves de Jérôme Cardan

Jung dans L'interprétation des rêves consacre une grande partie aux rêves de Jérôme Cardan, savant de la Renaissance, où il est question de plusieurs rêves concernant la mort et de diverses craintes qui agitent Cardan : (…) "dans ces rêves, les réponses à ces questionnements sont apportés par des animaux ou des figures de défunts. " [25] Nous n'allons pas entrer dans les détails. Cependant nous soulignons des exemples en relation avec nos propos : (…)"Cardan trouve (ensuite) un jeune chien noir sous son lit. D'où vient-il ? (…) C'est une figure transposée. (…) Ce chien représente la Mort et le Diable. La Mort se présente maintenant sous la forme d'un animal. (…) Il (le diable) est issu de Cardan, et il se trouve sous son lit, c'est-à-dire à un niveau inférieur. [26] Ailleurs, Cardan rêve de lion : (…) " il (le lion) symbolise la soif de puissance et de prestige (qui animait les hommes de la Renaissance.) (…) Quand il (l'homme) fait une expérience archétypique, l'individu se trouve en proie à une inflation diabolique, au vertige de la puissance qui lui est conférée. C'est ainsi que Nietzsche fut atteint de la folie "des grandeurs".[27]


*

Liens spécifiques du film

Voir : Andreï Roublev


▲ ▲ ▲

Le Miroir, d’Andreï Tarkovski

Le rêve d'Aliocha, Danse et cheveux : configuration cinémantique

C’est la séquence du rêve d’Aliocha.

Plan 21 : 15' 40" : Aliocha enfant se redresse brusquement, comme s'il avait pressenti quelque chose d'étrange. Il se recouche.

Plan 22 : 16' 01" : Variation du plan 12 : les buissons dans la forêt soufflée par le vent, en noir et blanc.

Photogramme - Rêve 1. : Le Miroir., Plan 23.  Au réveil d'Aliocha dans la nuit, et alors qu'il se dirige vers la porte de la chambre de ses parents, une serviette traverse rapidement l'encadrement de la porte.
Photogramme - Rêve 1. : Le Miroir., Plan 23. Au réveil d'Aliocha dans la nuit, et alors qu'il se dirige vers la porte de la chambre de ses parents, une serviette traverse rapidement l'encadrement de la porte.

Plan 23 : 16' 18" : Aliocha se relève, et sort du lit. Au pied du lit, une bassine d'eau est posée sur une chaise. Il avance vers une porte ouverte. Une serviette traverse rapidement l'encadrement de la porte. L'image est très étrange.(Cf. Photogramme – Rêve 1.)


Photogramme – Rêve 2 : Le Miroir. Plan 24b. Nous avons l'impression d'avoir le double d'une tête qui émerge, comme une deuxième personne qui surgit de l'eau.
Photogramme – Rêve 2 : Le Miroir. Plan 24b. Nous avons l'impression d'avoir le double d'une tête qui émerge, comme une deuxième personne qui surgit de l'eau.

Plan 24 : 16' 57" : Aussitôt, dans la chambre voisine, nous observons la première brève apparition du père : gros plan rapproché rapide, il est debout, il verse de l'eau sur la tête de son épouse. Maroussia est accroupie devant une bassine d'eau remplie jusqu'au bord. Ses longs cheveux flottent dans l'eau. La scène est particulièrement inquiétante et bouleversante. En effet, du fait de la position courbée du corps et de la tête plongée dans l'eau, nous ne distinguons pas son visage. Mais nous avons l'impression, d'avoir le double d'une tête qui émerge de l'eau, une tête "miroirisée". Mieux encore, c'est comme une deuxième personne qui surgit de l'eau, une personne qui avale l'autre, qui l'aspire. (Cf. Photogramme – Rêve 2.)


Photogramme – Rêve 3 : Le Miroir. Plan 24c. Une personne sans visage.
Photogramme – Rêve 3 : Le Miroir. Plan 24c. Une personne sans visage.

Plan 24c : 17' 25" : Maroussia pose ses mains sur les bords de la bassine. Elle se redresse tout doucement. Les cheveux lui cachant le visage. Nous avons à ce moment-là une personne sans visage, une tête sans "les sens", une personne quelconque, une personne qui a tournée sa face de 180°. En bref, une personne monstrueuse. (Cf. Photogramme – Rêve 3.)

Plan 24d : 17' 33" : Zoom arrière. Plan général de la chambre. Elle écarte les bras parallèlement au sol, en croix, et elle exécute une espèce de danse mystérieuse, arythmique, comme les mouvements d'une marionnette articulée. (Cf. Photogramme – Rêve 4.)

La chambre dans laquelle elle se trouve accentue le caractère pathétique et dramatique de la séquence. Les murs semblent par endroit carbonisés, d'une rugosité brillante. Comme si elle se trouvait à l'intérieur du fenil après l'incident du feu ! Un petit feu s'échappe d'un poêle, à côté d'une lampe à pétrole renversée.

Plan 25 : 17' 47" : Tout à coup, Maroussia disparaît de l'écran. De l'eau ruisselle le long des murs, des blocs de plâtre du plafond tombent sans bruit par intermittence.

Plan 26 : 18' 01" : Maroussia, paisible et calme, apparaît de nouveau. Elle dispose ses cheveux mouillés en arrière. Elle marche tranquillement vers la gauche, son image apparaît sur un miroir, sur lequel de l'eau ruisselle.

Ainsi, au nez et à la barbe des autorités, Tarkovski nous montre son "expérience personnelle". Toutefois, l'eau qui ruisselle et les blocs de plâtres qui tombent du plafond n'annoncent rien de bon : ils annoncent en fait la deuxième guerre mondiale. Car ce sont là des signes inquiétants de grandes catastrophes à venir : un déluge de feu et de sang. Cela explique, par la suite, les longues séquences de documentaires, notamment dans les épisodes de "La question espagnole", et "La traversée du lac de Sivas" pour aboutir et conclure enfin à l'explosion, imposante et impitoyable, de la bombe atomique.

*

Le rêve raconté (plan 29)

Le plan 29 (IVème épisode) est une conversation téléphonique entre Alexeï devenu homme et sa mère Maroussia. Ce dialogue est en relation avec l'épisode du bègue. Le fils enchaîne sur le fait qu'il a vu sa mère en rêve : "J'étais encore enfant." C'est, en fait, une liaison qui s'établit entre "Le rêve d'Aliocha" (IIIème épisode) et "La coquille à l'imprimerie" (Vème épisode). La liaison se distingue, de plus, par le travelling en avant, comme si elle traversait "le couloir du temps".

*

Pages froissées, sac renversé et trace d'une tasse de thé

(Voir : Livre.)


C’est la séquence de la trace de buée de la tasse chaude sur la table, qui disparaît progressivement et rapidement. C’est une séquence embarrassante. Mais, chez Tarkovski, il faut chercher du côté des liaisons et des stratifications des données du signe. Tout d'abord, nous ne pouvons négliger une explication d'ordre onirique de la séquence : c'est un songe. [28] (…) "(Le) thème est fréquent notamment dans l'ancienne littérature nordique." [29] " Parfois, plus subtilement, la preuve laissée par le rêve évanoui n'est pas matérielle, mais, comme lui, volatile, insaisissable, ambiguë. [30] Ensuite, durant l'épisode du "Rêve d'Aliocha", nous avons aisément compris qu'il s'agit d'un rêve, car il y a eu un changement de type de pellicule : passage de la couleur au noir et blanc ; et aussi, dans l'épisode lui-même, la disparition/apparition de Maroussia. Ici, vraisemblablement et plus subtilement, Andreï Tarkovski n'use pas du même procédé, mais fonctionne à partir de l'intensité lumineuse, en l'amplifiant et en l'atténuant, ce qui nous livre un net changement de clarté, qui éclaire pleinement les objets, et nous permet de les voir. Ainsi, au :

Plan 82a : 44' 23" : La Dame en noir, dit à Ignat d'entrer. Mais Ignat pendant toute la séquence, restera au seuil de la porte, en tous cas en dehors de la chambre du prodige. [31]

Par ailleurs, nous avons souligné dans le "Rêve d'Aliocha" l'ambivalence du "père du héros" et du "père de la patrie" ; dans "le songe d'Ignat", à supposer que c'est un songe, la Dame en noir devient "la mère de la patrie", ce qui explique l'intense éclairage, presque surnaturel autour de la pièce, ainsi que l'éclairage de face sur le visage d'Ignat, au moment où il lit la lettre de Pouchkine : une lumière intérieure qui s'achemine vers l'extérieur.

*

Le mythe du sphinx et l’énigme du coq

(Voir : Verre de la lampe à pétrole.)

Au cours de cette séquence, nous assistons en fait au rêve du père découpé en plusieurs parties. Il est d'abord annoncé par la voix-off du père : " je revois régulièrement le même rêve… Quelque chose m'empêche d'entrer à la maison." La maison signifie le foyer, la protection familiale, la chaleur humaine, le don de soi. Il reste à l'extérieur. Curieusement, un coq, qui en principe a sa place à l'extérieur, est à l'intérieur. Sa sortie est fracassante, par une fenêtre, par un passage inhabituel. Il casse la vitre en morceaux, comme s'il cassait un couple en morceaux. La figure du coq dans cette représentation est énigmatique, comme le rêve lui-même. Cependant un indice dans l'épisode va concourir à nous mettre dans une voie plus réelle, si l'on ose dire. Car une partie de l'ambiguïté du film tient entre autres à ce fil fin : qu'est-ce que la réalité ? Qu'est-ce que le rêve ? Peut-on déterminer nettement et véritablement leurs limites ? La déviation que Tarkovski fait subir à la figure du coq est importante. Car elle bouleverse toutes les amplifications admises au cours du siècle de cette figure lumineuse, matinale et universelle.

*


La lévitation de Maroussia

Photogramme - Rêve 4. Miroir (Le), Plan 163,  La lévitation de Maroussia.
Photogramme - Rêve 4. Miroir (Le), Plan 163, La lévitation de Maroussia.

Plan 161 : 1h 26' 08" : Nadejda demande à Maroussia de couper la tête d'un coq, car elle est enceinte et qu'elle a des nausées.

Plan 162 : 1h 28' 27" : Plan fixe sur le visage de Maroussia avec un très vif éclairage de bas en haut. [32] Nous entendons le coup sec de la hache, des plumes survolent la tête de Nadejda.
Maroussia a le visage pâle, elle regarde le vide.

Plan 163 : 1h 28' 33": Ici s'intercale un des grands moments du cinéma d'Andreï Tarkovski. C'est une courte séquence en noir et blanc. Plan rapproché sur le père qui tient la main de Maroussia. Mais grande surprise, la caméra effectue un zoom arrière, laissant voir le corps de Maroussia à l'horizontale et en lévitation à la hauteur des yeux du père. (Cf. Photogramme – Rêve 4.)


Un oiseau, peut-être une colombe, traverse le coin droit supérieur de l'écran. Nous avons l'impression que la scène du coq est en fait un rêve ou un songe, comme pour la scène de la tasse du thé. Ce qui nous engage sur cette voie, c'est d'abord, la lumière éclatante sur le visage de Maroussia. Ensuite, nous constatons que dans les deux plans 131 et 162, le coq se trouve à l'intérieur d'une pièce : "ici, dans la chambre ?" C'est-à-dire, dans un endroit intime. Nadejda répond : "on mettra une cuvette." Rappelons-nous au début de la séquence : Nadejda demande à ses visiteurs de nettoyer leurs pieds "Macha a lavé le plancher". Et tout à coup, la chambre devient une boucherie. Par ailleurs, un mot d'esprit se crée, quand Nadejda dit : "tenez le bien, sinon il va tout casser." Dès le plan 131, nous avons déduit que le coq est l'amant, il devient par la suite le mari. Après son geste violent, nous voyons le visage de Natalia, éclatant de lumière, qui ne nous semble pas être un visage de tristesse ou de détresse, mais bien au contraire le visage lumineux d'une victoire. Ceci explique la scène de la lévitation. Quand elle dit télépathiquement au père : "et voilà, je me suis envolée," Cela signifie, "voilà je me suis libérée."

Du reste, la scène de lévitation est une sorte d'annihilation des lois de la pesanteur, un détachement des lois de la terre. Les cheveux disposés selon une configuration angélique, presque paradisiaque contrastent avec les cheveux de l'épisode du rêve d'Aliocha, le visage sans figure. La disposition du corps "spirituel" comme le double dans un miroir du corps physique, est aussi inaccessible que l'image d'un miroir. Un poème suit, en voix-off : "Et cette peau surtout, cicatrice sur cicatrice" ; "O vole à tire d'aile vers le puits du ciel." Cette inaccessibilité se double d'une "trans-formabilité", d'une inversion de la verticalité : "Vers le puits du ciel." Autrement dit, si le temps disparaît, l'espace le suit dans son sillage. Nos repères, nos mesures, nos points cardinaux, nos altitudes, nos attitudes, ne sont que des commodités pour notre corps physique, notre corps dense. Au-delà du miroir, il n'y a plus de densité. Au :

Plan 170 : 1h 31' 20" : Le cinéaste nous replonge dans le passé. Peut-être le passé d'un rêve, un de plus, un présage de plus : Aliocha enfant entre, enfin, dans la maison ; il tient avec les deux mains, comme un calice, un vase de lait rempli jusqu'au bord. Est-ce le trop-plein de la maternité ? Quelques giclées de lait tombent au sol. "Cicatrice sur cicatrice." Le lait tombe par les secousses involontaires dues aux mouvements de l'enfant, malgré sa démarche prudente. A propos de cette scène, il y aurait un fait remarquable qui se présente grâce à des circonstances particulières. En effet, dans le film, Aliocha, tout en tenant avec précaution le vase de lait, avance de plus en plus dans la maison. Des rideaux transparents sont accrochés, soulevés par un vent léger : "les rideaux du temps." Or, dans le Cahier Journal, une image photographique nous montre une possibilité de développement de cette scène : l'image nous montre Aliocha tenant virtuellement un vase, c'est-à-dire que les mains font le geste de tenir un vase, mais elles sont vides. Il a à ses pieds le vase cassé et tout le lait répandu. Cela suppose une interprétation différente du film. Dans le 1er cas, l'enfant tient (à) sa mère. Dans le 2nd cas, la mère s'est brutalement séparée de son fils. Dans la logique du film, c'est le second cas qui est plus approprié au déroulement des séquences. Mais il y a un fait majeur, comme dans toutes les œuvres poétiques, une exception peut confirmer la règle. Car cette idée (celle du 1er cas) correspond d'une manière frappante à la suite poétique en voix-off, (c'est le moment où quelques gouttes de lait giclent sur le sol.) (Plan 171.) : "Cours mon enfant, ne plains pas la malheureuse Eurydice" ; "Et pousse ton cerceau à travers ce monde complice". Le surgissement et l'apparition du mythe d'Eurydice condensent à lui seul toute l'ampleur et la substance même du film. En effet, cette figure est importante, car elle se double d'une grande figure mythologique non moins importante, celle d'Orphée.


*

Liens spécifiques du film

Voir : Miroir (Le)


▲ ▲ ▲


Nostalghia, d’Andreï Tarkovski

Rêves et Présages - "L'hôtel Palma", 2ème partie

(Voir : Bougie)

*

Le rêve de la Traductrice

Plan 74f : 1h 07' 38": La Traductrice est debout les mains vides. Elle est dans le coin où elle a jetée la brosse. Le monologue n'a pas cessé depuis le plan 74b : "La nuit même où je t'ai connu… J'ai rêvé d'un ver tout mou avec plein de pattes… Sur la tête… Il m'a piqué : il était venimeux… Je cognais la tête de tous côtés. Et la sale bête est tombée devant l'armoire… J'essayais de l'écraser, mais en vain… Je tombais toujours à côté. Je n'arrivais pas à l'écrabouiller… Depuis cette nuit-là, je touche mes cheveux. Heureusement qu'il n'y a rien d'intime entre nous !"

Dans le rêve de la Traductrice, nous constatons des faits qui nous conduisent de nouveau au concept du "parallélisme analogique". En effet, le ver l'a piquée au niveau de la tête. D'autre part, ce symbole thériomorphique, [33] exprime un conflit érotique : (…) "C'est ce qui apparaît avec une clarté particulière dans le motif de la "violence". (…) Ce thème présente d'innombrables variantes. L'arme du meurtre est une lance, une épée, un poignard, (…) et la violence consiste en une effraction, une poursuite, un vol ou bien quelqu'un est caché dans l'armoire ou sous le lit." Cependant, il semblerait que ce "conflit érotique" ait subi une altération spirituelle, car la Traductrice a été piquée au niveau de la tête, et donc de l'intellect et de la raison. Quand "la sale bête est tombée devant l'armoire", elle a essayé de l'écraser avec son pied, [34] mais elle n'a pas réussi. Le passage de la tête aux pieds est significatif, puisqu'il suggère le passage d'une fonction supérieure à une fonction inférieure. Du reste, l'armoire [35] représente le répertoire complet des attributs féminins : robes, chemises, tailleurs, etc. Tout ce qui fait son charme, car comme elle dit : "je m'y connais en charme."

Plan 75 : 1h 08' 34" : Le Poète tourne ses talons, jette un regard derrière lui. Il marmonne à la 3ème personne : "Elle est folle", et sort dans le couloir (plan 76). La Traductrice le suit. Elle s'approche de lui : "Quoi encore ?" Lui dit-il. Hargneuse, elle répond : "Hypocrite." (76b) Elle tourne les talons et s'en va. Il la suit, et lui donne une tape forte au postérieur. Le Poète est de dos. Tout un coup, le sang coule du nez. Le Poète s'assied sur un banc, sort son mouchoir pour s'essuyer (76c). Il s'incline vers le sol, essuie le sang qui est tombé sur les dalles du couloir (plan 77). Qu'est-ce à dire ? Comment interpréter cette hémorragie nasale ? Quelle est la place véritable de cette séquence ? Dans son rêve, un ver pique la Traductrice. Dans la réalité diégétique du sang [36] coule du nez du Poète ?

Dans la suite du plan 77a. La Traductrice s'en va dans sa chambre. Une dame et son enfant résidants de l'hôtel s'approchent du Poète (77b). Il se lève et rentre dans sa chambre (77c). Le couloir est vide. Quelques secondes plus tard, La Traductrice revient avec les valises (77d). Cette fois-ci, elle a les cheveux enroulés sous un béret. C'est la marque d'un changement de son attitude. Une grande partie de son "charme" est voilé. Elle se dirige vers la chambre du Poète. Elle sort de son sac la lettre qu'il lui a donnée la veille, à propos du compositeur russe Sisnovski. Elle hésite à frapper. Elle tente de glisser la lettre dans la fente de la porte (77 e). Elle n'y parvient pas. Elle regarde la lettre. Elle se dirige à un endroit éclairé du couloir (77f), et lit la lettre.


*


Le rêve de Sisnovski

Voici en grande partie le contenu de la lettre, il est important : "Cher Piotr Nicolaïvitch… Je suis en Italie depuis deux ans. (…) J'ai fait un rêve angoissant. Je devais représenter une œuvre au théâtre de Monsieur le Comte. Le 1er acte se déroulait dans un parc avec des statues. C'était des hommes nus obligés de rester immobiles. Moi aussi, j'étais une statue. Si l'on bougeait, on subissait des châtiments terribles. Car notre seigneur et maître nous observait personnellement. Je sentais le froid du socle en marbre. Les feuilles se posaient sur mon bras levé. J'étais immobile. Quand j'ai senti que j'allais bouger, je me suis réveillé. J'étais effrayé (…)." La traductrice n'a pas terminé de lire la lettre. Paradoxe : le Poète entre à gauche du cadre en premier plan dans le couloir. La Traductrice ne s'apercevant de rien, continue de lire. Le Poète se dirige vers un fauteuil et s'allonge.

Il y aurait beaucoup à dire sur cette lettre, notamment en ce qui concerne l'aspect politique : "Car notre seigneur et maître nous observait continuellement", c'est une représentation de "l'œil", celle de "Big Brother" du roman d'Orwell. Mais ce qui peut paraître pertinent dans ce rêve, c'est qu'il suit à cinq minutes près "le rêve de la Traductrice", et que le rêve est lu par elle. Il y a ensuite une double opposition matérielle, d'une part, la mollesse organique de l'insecte, et la solidité minérale de la statue de marbre, d'autre part le mouvement de l'insecte et l'immobilité [37]. Enfin, il reste le fait d'avoir raconté son rêve au Poète dans sa chambre, et de lire le rêve de Sisnovski dans le couloir. En outre, soulignons que le poète avait la lettre dans sa poche, et elle a été remplacée par un autre "rêve", la bougie du "Fou". Mais ce n'est pas tout. Dès que la Traductrice termine la lecture du rêve, le Poète est allongé sur un canapé, il rêve :


*


Le rêve du Poète

(Voir : Rideau)


Dans l'épisode suivant nous allons rejoindre le Poète dans une église. Mais cette église est inondée. Est-ce un présage de sa future mission ? La piscine de Sainte Catherine. C'est un épisode important, car nous allons assister à un second rêve du Poète, dans lequel il sera question de la plume blanche que nous avons vue au plan 11.

*


Le second rêve du Poète

Plan 93 : 1h 25' 45" : (11ème flash-back en noir et blanc. 3ème série.) Dans une rue jonchée de feuille, le Poète endormi au milieu de la chaussée se redresse. Il se relève. Il marche droit vers nous. Il traverse un petit carrefour. Il continue de marcher droit devant lui. Il passe devant une armoire à miroir. (93b) Il continue à marcher, à peine quelques pas, il hésite, il s'arrête. (93c) Il retourne vers l'armoire : (en off) il parle avec la voix "du Fou" : "Pourquoi penser à cela, j'ai trop de soucis… Mon Dieu, pourquoi ai-je fait ça… Ce sont mes enfants, ma famille, mon sang…(…)" Il est devant l'armoire. Il ouvre la porte de l'armoire. En reflet dans le miroir, nous distinguons "le Fou", sans son bonnet (comme lors de la libération par les gendarmes) (93d). Le poète ferme la porte brusquement (93 e). Sans transition. Nous passons à la seconde partie du rêve :

Plan 94 : 1h 28' 34" : Plan général et en plongée du Poète à l'intérieur d'une immense cathédrale en ruine, sans toit. Une cathédrale à ciel ouvert, comme l'est "l'esprit ouvert" du Poète. Il parcourt transversalement et de gauche à droite les trois nefs. [38] Nous entendons le chant d'un enfant. C'est le chant modifié lors de la procession de la Madone del Parto. Nous écoutons aussi deux voix-off :
- Voix féminine : "Seigneur ne vois-tu pas comme il implore ? Dis-lui quelque chose."
- Voix masculine : "S'il entendait ma voix que se passerait-t-il ?"
- Vois féminine : "Fais-lui sentir ta présence."
- Voix masculine : "Je la fais sentir, c'est lui qui ne s'en aperçoit pas."

Le Poète entend des chants d'oiseaux. Il regarde vers le ciel, et à travers le ciel :

Plan 95 : 1h 30' 11" : Retour dans l'église en ruines. La plume tombe en tournoyant, traverse une portion de toit ajouré, et finit par tomber dans une flaque d'eau.

Plan 96 : 1h 30' 28" : Retour à la position du Poète, celle du plan 92. Panoramique contraire gauche/ droite. Les flammes du petit feu embrasent à présent un coin du livre de poésies.

Nous sommes de nouveau en face d'une "combinaison parallèle" : l'histoire de "l'objet livre" touche à sa fin.

En résumé, cette "combinaison parallèle" est en fait une constante dans le cinéma d'Andreï Tarkovski. Les éléments proposent à présent la formule suivante : Enfant → AngePlume → Mère.

Enfin, le songe dans la crypte de l'église, à l'appui de certains indices révélés dans le film, peut être assimilé aussi à une "oniromancie" (divination par le songe). Il est d'abord établit, qu'avant une consultation oraculaire, le consultant devait effectuer une série de rites sacrificiels et purificateurs. [39] Le Poète entre dans l'église avec ses habits, il aura la tête aspergée d'eau, comme un "baptême oraculaire". De plus, il buvait de la vodka, ce qui propose "une initiation dionysiaque". Il y a enfin l'étrange présence de la petite fille : hallucinations ou réalité ?


*

Liens Spécifiques du film

Voir : Nostalghia


▲ ▲ ▲


Stalker, d’Andreï Tarkovski

Le rêve du Stalker

Plan 83 : 1h 15' 55" : Court plan en noir et blanc. Le Stalker est allongé sur le côté, il est entouré d'eau. Le chien noir apparaît de nouveau au fond de l'image. Il s'approche du Stalker et docilement vient se coucher contre lui. Quelques plans plus loin, nous quittons les vicissitudes des deux hommes pour entrer dans le monde du rêve.

Mais une question se pose : Peut-on rêver dans la Zone ? Ou est-ce le rêve de la Zone ? Il est aussi probable que c'est le rêve du Stalker. Un rêve religieux. Plus précisément, un rêve sur l'Apocalypse. Là encore, nous pénétrons, cette fois-ci sans altérations, dans le monde biblique. D'abord, au moment où on découvre le Stalker dormant, la caméra avance pour encadrer le visage du Stalker, qui suggère une figure d'icône : les yeux fermés qui regardent à présent l'intérieur de son âme. Et à la suggestion de l'icône, succède en voix-off chuchotante un texte qui s'inspire de l'Apocalypse de Saint-Jean: "Les étoiles du ciel tombaient comme un figuier secoué par un vent violent… dont les figues encore vertes, tombent à terre."

*


Liens spécifiques du film

Voir : Stalker


▲ ▲ ▲


Viridiana de Luis Buñuel

Résumé du film 

*

Chapitre 12. 0h 20’ 38’’ – 0h 21’ 19’’ : Plan 46. Le taureau noir

 Viridiana de Luis Buñuel.     Photogramme - Plan 46. Rita vient annoncer à Moncho qu’elle a vu un taureau noir.
Viridiana de Luis Buñuel. Photogramme - Plan 46.
Rita vient annoncer à Moncho qu’elle a vu un taureau noir.

Plan 46. 0h 20' 38" : Moncho, assis près d’une table rustique est en train de réparer une courroie. Près de lui, une feuille de papier sur laquelle sont posés des morceaux de sucre. Il les mange avec délectation. La porte s’ouvre et Rita entre larmoyante. Moncho la regarde dédaigneusement : «  Pourquoi pleures-tu ?
- Rita : J’ai peur.
- Moncho : Pas de comédie. Va te coucher.
- Rita : Un taureau noir est venu.
- Moncho  (En riant.) : Un taureau noir. (Cf. Photogramme – Plan 46 )
- Rita : Il est très grand.
- Moncho : Très, très.
- Rita : Oui. Très, très grand.
- Moncho : Il ne passera pas par la porte. (Rita fait un signe négatif de la tête.) Alors, par où est-il entré, sotte ?
- Rita  (Elle réfléchit un instant.) : Il est entré par le placard.
- Moncho : Menteuse ! Fiche-moi la paix.
- Rita  (En pleurant.) : J’ai peur.
- Moncho  (Lui tend un morceau de sucre.) : Tiens. Et appelle ta mère si tu as des cauchemars. Va t’en et ne me dérange pas.  »
Rita accepte la cadeau et finit par sortir.

* * *

Le taureau dans le placard, est-ce un rêve prémonitoire ?

La transition avec le taureau noir pour exprimer l’esprit malsain et buté de Don Jaime est très habile. Quand Moncho, l’inlassable travailleur (contrairement à Don Jaime, l’éternel oisif), demande à Rita, comment le taureau est entré, elle lui répond : par le placard, or il y a un plan qui est en relation directe avec ce plan, c’est le réveil de Don Jaime, au plan 35, et c’est d’ailleurs au cours de ce plan qu’il va mettre au point son dessein, il faut le dire, machiavélique : (Il vient d’apprendre de la part de Ramona que Viridiana veut partir au couvent. Il veut la retenir.) «
- Don Jaime : Tu as raison, mais il faut faire quelque chose. (…) Regarde dans le placard. Sur l’étagère du dessus, il y a un petit flacon bleu. Il n’y a pas d’étiquettes. Dedans tu vas voir quelques pilules blanches.
- Ramona (Plan 36 : elle vient d’ouvrir complètement le placard, prend un flacon) : Celui-là, Monsieur ?
- Don Jaime (Plan 37 : Il fait un signe de la tête affirmatif) : Oui, laisse-le là. (…) »

Ainsi, Don Jaime a prévu plusieurs alternatives. Quand il a constaté que Viridiana était très furieuse de sa demande de mariage. Il passe à son second plan. Mais il fallait d’abord la calmer, il va donc lui mentir et lui dire  : Attends ! Pardonne-moi. Vraiment. (…) Je mettrai un peu de musique et nous prendrons le café. (Il fait alors un signe à Ramona qui est revenue vers la cafetière, pour verser le somnifère.) A travers cette réplique nous déduisons que Don Jaime n’est pas sincère, et que pour arriver à ces fins (peu honorables), il est capable de tout.

L’image du taureau noir ne désigne-t-elle pas la force négative de l’homme qui, tête baissée va cogner et dépasser les limites de la logique ? Ainsi, Don Jaime se transforme en un être mythique, comme Zeus, le dieu Grec, qui se transforma en un taureau, afin de séduire et d’enlever la belle Europe.

Enfin, il reste à tirer une conclusion sur le caractère juvénile et capricieux de Don Jaime, puisque c’est une personne qui, grâce à sa richesse personnelle, veut posséder les choses et les gens pour le servir, sans demander leur avis. Il prend ses désirs pour des réalités. Toutefois, cela ne concerne pas Ramona, car en fin de compte, ne peut-on pas dire que Ramona devient en quelque sorte sa « mère » ? C’est vers elle, d’ordinaire une domestique, qu’il se tourne dès qu’il a des soucis.


* * *


Chapitre 13. 0h 21’ 20’’ – 0h 25’ 25’’ : Plans 47 - 57. Don Jaime « s’offre » Viridiana – Rita « s’offre » un spectacle inattendu



Résumé  : Ramona met un somnifère dans le café de Viridiana qui s'est vite assoupit.

Plan 47. 0h 21' 20" : Ramona pose sa tasse. Don Jaime, près d’elle lui tend la sienne. Ils se regardent en silence. La musique s’est tue. Don Jaime s’approche du phonographe et met un autre morceau : le Cum Sanctis tuis du Requiem de Mozart. Viridiana est assise, elle tient à la main sa tasse vide.

Plan 48. 0h 21' 45" : Gros plan de la main droite de Viridiana tenant la tasse et la soucoupe. Mais ses doigts laissent échapper ce qu’ils tiennent. Don Jaime est derrière elle. Il observe ses réactions. Il regarde Ramona et dit à Viridiana : « Tu sembles très fatiguée. Il vaudrait peut-être mieux que tu ailles te coucher.  » Aucune réponse. La tête de Viridiana s’incline sur une de ses épaules. Il la secoue doucement : « Viridiana ! Viridiana !  »

 Viridiana de Luis Buñuel.     Photogramme - Plan 49. Au fond du couloir apparaît Rita qui monte l’escalier.
Viridiana de Luis Buñuel. Photogramme - Plan 49.
Au fond du couloir apparaît Rita qui monte l’escalier.
  • Photogramme – Plan 49.  0h 21' 55" : Au fond du couloir apparaît Rita qui monte l’escalier. Elle avance prudemment dans le couloir en direction du salon, d’où parviennent des voix  : «

- Don Jaime : Aide-moi ! Prends la par les jambes…
- Ramona : Soulevez-la un peu plus, monsieur… (On entend le bruit d’une chaise qui tombe.)
- Don Jaime : Ne me juge pas mal, Ramona. Je veux seulement l’avoir près de moi.  »

Rita court se cacher derrière la rampe. Elle observe craintivement la scène. Du salon arrivent Don Jaime et sa mère soutenant le corps inerte de Viridiana. Ils se dirigent vers la chambre de Dona Elvira, où ils entrent. Rita sort de sa cachette. Elle voudrait en voir davantage, mais elle craint d’être surprise, elle se met à descendre les escaliers.

 Viridiana de Luis Buñuel.     Photogramme - Plan 50. Don Jaime s’approche de Viridiana et commence avec grande attention à coiffer les mèches de cheveux de Viridiana. Il place la couronne de fleurs artificielles.
Viridiana de Luis Buñuel. Photogramme - Plan 50.
Don Jaime s’approche de Viridiana et commence avec grande attention à coiffer les mèches de cheveux de Viridiana. Il place la couronne de fleurs artificielles.
  • Photogramme – Plan 50.   0h 22' 38" : Don Jaime et Ramona ont étendu Viridiana sur le lit. Ramona allume un chandelier. Don Jaime l’ordonne de sortir. Ramona obéit. Don Jaime s’approche de Viridiana et commence avec grande attention à coiffer les mèches de cheveux de Viridiana. Il place la couronne de fleurs artificielles. Il croise les mains de le jeune fille sur sa poitrine, lui joint les pieds, arrange sa robe.

Plan 51. 0h 23' 29" : Rita se dirige vers le grand arbre de la terrasse, en regardant de temps en temps la fenêtre faiblement éclairée de la chambre de Dona Elvira. Après un moment d’hésitation elle se met à grimper à l’arbre. On entend les aboiements d’un chien.

Plan 52. 0h 23' 42" : Don Jaime est assis au bord du lit. Il se relève. Il passe et repasse devant le corps inerte de Viridiana. Il s’arrête un instant et va s’asseoir à nouveau sur le lit. Terriblement ému, il commence par caresser les cheveux et le front de Viridiana. Il passe un bras derrière elle et la soulève légèrement. Il approche son visage et joint ses lèvres aux siennes, dans un baiser doux et prolongé.

 Viridiana de Luis Buñuel.     Photogramme  - Plan 53. Rita termine l'ascension de l'arbre et accède à la fenêtre, elle assiste à travers la vitre à la débauche de Don Jaime.
Viridiana de Luis Buñuel. Photogramme - Plan 53.
Rita termine l'ascension de l'arbre et accède à la fenêtre, elle assiste à travers la vitre à la débauche de Don Jaime.
  • Photogramme – Plan 53   0h 24' 18" : Rita termine l'ascension de l'arbre et accède à la fenêtre, elle assiste à travers la vitre à la débauche de Don Jaime.
  • Photogramme 49 – Plan 54.   0h 24' 20" : Don Jaime commence, avec frénésie, à déboutonner la robe de mariée de Viridiana, il écarte les deux parties laissant apercevoir sa poitrine, il plonge aussitôt la tête pour l'embrasser voluptueusement. Ensuite, pris de remords, devant ce corps qui s'offre à lui, mais ne réagit pas. Il referme la robe, et se relève du lit avec un air de dégoût.

Plan 55. 0h 24' 46" : Rita qui a assisté à toute la scène, ferme les yeux avec un air triste et malheureux, se retourne vivement et s'en va.

Plan 56. 0h 24' 48" : Don Jaime est debout, mesurant peut-être, l'étendue de son dégoût. Il saisit la chandelle et sort de la chambre avec précipitation.

Plan 57. 0h 25' 02" : Rita finit par redescendre de “l'arbre des malheurs” en chemise de nuit. Mais sa mère l'attendait au pied de l'arbre : « Que fais-tu ici ?
- Rita  (En chuchotant.) : Don Jaime l'a embrassée.
- Ramona : Ben oui, elle est sa nièce. Moi, je t'embrasse bien. (Elle lui couvre les épaules avec une couverture.) Tu devrais être au lit.
- Rita : J'ai vu un taureau.
- Ramona : Tais-toi ! Viens, je vais te coucher. »

* * *


La présence de Rita : est- ce un rêve ou la réalité ?

Jusqu’ici, on peut dire que le film est encore « convenable », il ne heurte pas les mœurs, ou la sensibilité des spectateurs, hormis les plans de voyeurisme de Ramona (Cf. Photogramme 14 – Plan 8 ) et de sa fille (Cf. Plan 14 ). Mais à partir du plan 47, nous entrons dans un autre registre et on peut comprendre que les scènes ont dû subir la condamnation de la censure. Toutefois, il nous semble qu’il est utile de rappeler que c’est un des principales rôles du cinéma et donc des films à pouvoir s’introduire dans des régions obscures et sombres, dans des zones limites où les intentions cachées et les sentiments malsains sont profondément enfouies dans l’homme. C’est l’effet antique de la catharsis des tragédies grecques qui est à présent dévolu, entre autre, au cinéma.

Ce qui est troublant, c’est que non seulement nous assistons directement à une scène d’inceste, entre un oncle et sa nièce, certes Viridiana n’est pas consentante, mais « le taureau noir » trouve une solution pour arriver à ses fins. Il faut aussi ajouter que chez Buñuel il y a souvent un « plus » (c’est ce qui fait que son cinéma a une richesse inépuisable), et ici, le « plus » c’est la petite Rita qui regarde la scène à travers la fenêtre de la chambre. C’est donc ce « plus » qui est encore plus choquant. Et la question qui se pose, c’est celle de savoir pourquoi il y a l’introduction de la petite Rita qui regarde l’intimité de cette scène. Une autre question se pose, une question pratique, comment une petite fille peut grimper sur un arbre en pleine nuit ? Certes c’est une « sauvageonne », mais tout de même, il faut être terriblement curieux pour effectuer un exercice qui est relativement dangereux et qui n’est pas à la portée de tout le monde.

A travers nos questionnements, ne peut-on pas déduire que le montage alterné qui présente d’une part Don Jaime et d’autre part Rita, n’est pas continu chronologiquement ? C’est-à-dire qu’ils n’appartiennent pas au même temps diégètique. Ils sont dans deux registres différents, deux mondes différents : le premier appartient à la réalité, mais le second, n’appartient-il pas au monde du rêve ? Et c’est pour cette raison que Rita a des facilités, comme souvent dans les rêves, à accéder a des endroits inaccessibles.

Ainsi, le plan expressioniste 49, celui de Rita qui monte l’escalier et qui se cache derrière la rampe, ne peut-on pas dire qu’il s’agit de la première partie du rêve ? L’enfant veut savoir ce que les adultes font, mais elle se trouve devant un obstacle, elle risque d’être aperçue, elle change d’avis et finit par grimper à un arbre. Nous avons de la sorte deux symboles majeurs d’ascension : L’escalier et l’arbre. S’agit-il de “l’arbre de la connaissance” ? Et de quelle connaissance ?


▲ ▲ ▲

Psychanalyse

Rêve et psychanalyse

Nous avons abordé la figure du rêve par parties. Il faut dire que le cinéma de Tarkovski propose des aspects pertinents. Rappelons que dès son premier film L'enfance d'Ivan, le début de film commence par un rêve, celui d'Ivan et le puits. Etant donné l'importance de la question, nous résumons brièvement quelques caractéristiques fondamentales. [40]

Les spécialistes de la question sont divisés. Pour Freud, (…) " le rêve est l'expression, voire l'accomplissement d'un désir refoulé." Pour Jung, (…) "l'auto représentation, spontanée et symbolique, de la situation actuelle de l'inconscient". [41] Pour J. Sutter, et c'est la moins interprétative des définitions, (…) "le rêve est un phénomène psychologique se produisant pendant le sommeil et constitué par une série d'images dont le déroulement figure un drame plus ou moins suivi." [42] Adler, ira plus loin, (…) "chaque rêve tend à créer l'ambiance la plus favorable à un but lointain." Synthétisant la pensée de Jung, son disciple Roland Cahen écrit : (…) "Le rêve est l'expression de cette activité mentale qui vit en nous, qui pense, sent, éprouve, spécule, en marge de notre activité diurne, et à tous les niveaux, du plan biologique au plus spirituel de l'être sans que nous le sachions. (…) Le rêve exprime les aspirations profondes de l'individu et, partant, sera pour nous une source infiniment précieuse d'informations de tous ordres." [43]

Le versant superstitieux n'en est pas moins profond que le versant psychologique. L'art de deviner par les songes ou "onéiromancie" (oniromancie) qui est antérieur à l'astrologie, est sans doute la plus ancienne méthode de divination utilisée par l'homme. Platon considérait les songes comme un moyen (…) "d'allier les cieux à la terre", Aristote y voyait les effets d'un ordre supérieur et divin." [44] On appelait "Brizomancie" (…) "(du nom de Brizo, déesse du sommeil) l'art de deviner les choses futures ou cachées par les songes naturels." [45] (…) "On dit que Calpurnie, femme de Jules César, rêva la veille de l'assassinat de ce dernier, qu'il avait été percé de coup de poignard dans le sénat." [46] Comme dans le film de Joseph L. Mankiewicz, Jules César (1954). Pour les Bantou du Kasaï (Congo), (…) "certains rêves sont rapportés par les âmes qui se séparent du corps, pendant le sommeil, et vont bavarder avec les âmes des morts", comme ce fut le cas du rêve d'Andreï Roublev avec Théophane mort. (…) "Les rêves ont un caractère prémonitoire concernant la personne ou bien ils peuvent constituer de véritables messages des morts aux vivants intéressant donc l'ensemble de la communauté." [47]


*


Le Rêve Chez Carl Gustav Jung

(Voir : Les associations : Le rêve)

▲ ▲ ▲


Symbolisme

Classification des rêves

Les recherches analytiques, ethnologiques et parapsychologiques ont divisé les rêves nocturnes, pour les commodités de l'étude, en 6 catégories. Les voici très brièvement : (...)
1. Le rêve-prophétique ou didactique, avertissant plus ou moins déguisé sur un événement critique.
2. Le rêve-initiatique du chaman.
3. Le rêve-télépathique.
4. Le rêve-visionnaire.
5. Le rêve-pressentiment.
6. Le rêve-mythologique. [48]


*

Fonctions des rêves

Nous constatons que chacune des six catégories, sans exception entre directement ou indirectement dans des catégories cinémantiques. Ce qui est remarquable, c'est que l'analyse des symboles oniriques repose sur un triple examen qui repose à son tour sur un lit cinémantique ; à savoir : 1. Celui du contenu du rêve (les images et leur dramaturgie.) 2. Celui de la structure du rêve (sous diverses images un ensemble formel de relations d'un certain type.) 3. Celui du sens du rêve (son orientation, sa finalité, son intention.). [49] Tout rêve possède un sens ; ce sens peut-être recherché en arrière, dans la cause du rêve, c'est la méthode freudienne étiologique et rétrospective ; ou en avant, dans l'intention réalisatrice du rêve, c'est la méthode jungienne, téléologique ou prospective, qui s'impose naturellement dans la cinémancie. Toutefois Jung nous prévient : (...) "Les rêves sont souvent des anticipations, qui perdent tout leur sens à être examinés, d'un point de vue purement causal." [50] "Les rêves sont des indications sur les causes objectives de la vie psychique et sur les tendances objectives de celle-ci." [51] Cette finalité du rêve se distingue du rêve prémonitoire des Anciens : (…) "Elle n'annonce pas un événement à venir, elle révèle et libère une énergie qui tend à créer l'événement. C'est toute la différence entre le prophétique et le prévisionnel, entre le divinatoire et l'opérationnel. "Le rêve est une préparation à la vie" (Mœder). "L'avenir se conquiert par des rêves avant de se conquérir par des expériences (de Becker, à propos de G. Bachelard qui écrit : (…) "Le rêve est le prélude de la vie active." [52]



* * *

Voir aussi


* * *


Notes et références

  1. La psychologie de la divination. Éditions Albin Michel, 1995, Paris. p.104.
  2. Premier film du réalisateur.
  3. Avec toute sa bande et soutenu par Keuj, un coiffeur apprenti producteur, il tente de participer à des concerts et cherche à percer dans le milieu de la musique, au grand dam de sa mère qui souhaiterait le voir embrasser une carrière plus conventionnelle à la Poste...
  4. A l'aide d'une pellicule inexploitable volée a Cinecitta, il filme quasiment toute la Sicile, mafieux, communistes, paysans, bergers, carabiniers, en leur promettant gloire et richesse. Beata, une jeune Italienne, prendra dans ses filets le marchand de rêves a son propre jeu pour en faire, malgré lui, un autre homme.
  5. Jacques, un jeune peintre qui baladait non loin, l'en empêche. Les jeunes gens apprennent alors à se connaître et se donnent ainsi rendez-vous le lendemain. S'en suivent au total quatre nuits au cours desquelles Jacques et Marthe se confient l'un à l'autre sans retenue. Sous le charme de la demoiselle, le jeune homme espère que cela est réciproque, pourtant le destin lui réserve quelques surprises.
  6. Un jour, Anne est victime d’une petite attaque cérébrale. Lorsqu’elle sort de l’hôpital et revient chez elle, elle est paralysée d’un côté. L’amour qui unit ce vieux couple va être mis à rude épreuve.
  7. Keats : « J’ai rêvé que je flottais au dessus des arbres, les livres soudés à une belle silhouette pendant un temps qui m’a paru infini. »
  8. Keats : « Je rêve que nous sommes des papillons, nous aurons seulement trois jours à vivre. Avec vous, ces trois jours valent mieux qu’une cinquantaine d’années de vie ordinaire. »
  9. Avec virtuosité, la réalisatrice réinvente la relation amoureuse. La fluidité narrative mêle subtilement l'univers onirique animal au réalisme sanglant des carcasses de viande. Ce film merveilleusement original, a reçu l'Ours d'Or 2017 du festival de Berlin, une récompense amplement méritée. (Nicole Real)
  10. Sa vie change lorsque John Bunting débarque dans leurs vies. Charismatique, passionnant, Jamie l’admire comme le père qu’il n’a pas connu. Il mettra du temps à comprendre que son mentor est un tueur en série, le plus dangereux qu’ait connu l’Australie.
  11. Jorge, dealer en cavale, fuit la police et la mafia yougoslave mais avant de prendre le large une bonne fois pour toutes, il veut faire un dernier coup : importer une grosse quantité de cocaïne. Mrado, tueur à gages, est chargé de pister Jorge.
  12. Après dix ans de recherches, il apprend qu'un jeune Blanc vit au milieu d'une tribu d'Indiens, les "Invisibles". Il part à sa rencontre.
  13. Entre leurs trois enfants, énervés par l'infernale canicule qui sévit sur la ville, et cette maison de vacances qui est en chantier depuis cinq ans, le couple est sur les nerfs. C'est alors qu'Harry débarque inopinément dans leurs vies, prêt à tout pour faire le bonheur de son ami Michel, dont il bouleversera l'existence.
  14. Du fait de ses prédictions, certains s'imaginent qu'elle est une sorcière. Cependant, une fille de la bourgeoisie disparaît. La police prétend n'a aucune piste concrète qui lui permettrait de retrouver sa trace, mais Annie dit avoir "vu" ce qui est arrivé.
  15. D'étranges accidents surviennent et prennent peu à peu le caractère d'un rituel punitif. Qui se cache derrière tout cela ?
  16. Le premier chiffre correspond aux plans du film depuis le début du film, le second chiffre aux plans du film depuis le début de l'épisode, le troisième chiffre aux plans du films depuis le début de la partie.
  17. S. Freud, L'interprétation des rêves, P.U.F. Paris, (1900) 1967, p. 517.
  18. C. G. Jung, Sur l'interprétation des rêves, op. cit.,p. 14.
  19. Ibid, p. 23.
  20. Cf. Article Freddy Buache, "La dame du lac", à propos du film Nouvelle vague, L'Avant-Scène Cinéma, N° 396/397, nov./déc. 1990, p. 3.
  21. C. G. Jung, Sur l'interprétation des rêves, op. cit., p. 45.
  22. Cf. G. Durand, l'étude de l'archétype du "chef" (…) "Les mystiques de l'ascension céleste assimilent tout naturellement la tête à la sphère céleste …" Op. cit., pp. 156-159 ; 192.
  23. Belle du jour, La voie lactée et Le charme discret de la bourgeoisie de Luis Buñuel sont des (...) "œuvres essentiellement oniriques." F. Cesarman, op. cit., p. 19l.
  24. C. G. Jung, Sur l'interprétation des rêves, op. cit., p. 54.
  25. Ibid, p. 143.
  26. Ibid, p. 123.
  27. Dans Pindare (…) ", Bellérophon rêve que Pallas lui apporte un mors magique pareil à un diadème d'or, à l'aide duquel il pourra dompter Pégase. Il se saisit aussitôt de l'objet "en trop", qui n'est pas de ce monde et qu'une divinité a disposé près de lui." Olympiques, XIII, 65 et suivantes.
  28. Le rêve et les sociétés humaines, ouvrage collectif, article, "Prestiges du rêve", op. cit., pp. 34 sq.
  29. (…) "Dans une courte relation chinoise, il arrive au jeune Lilou de P'eng-tcheug de rêver qu'il se rend dans une maison publique où il s'enivre avec des filles… Il se demande pourtant s'il s'agit bien de rêves, car les parfums des femmes continuent d'imprégner ses vêtements à son réveil." Hong Yeau-Lou, Ch. 6, in T'ang Kien Wen Tse, Traduction Bruno Belpaire, Paris, 1957, p. 262.
  30. Comme dans Stalker "La Chambre des Désirs".
  31. Sur ce passage particulier, voir Andreï Tarkovski, Le Temps Scellé, op. cit., p. 105.
  32. Néologisme forgé par Gilbert Durand, il désigne la morphologie monstrueuse, ici, c'est le ver mou avec plein de pattes, et venimeux. Cf. Les structures anthropologiques de l'imaginaire. op. cit., pp. 71-96.
  33. Cela nous le supposons, puisqu'elle ne dit pas comment elle s'est prise pour le faire.
  34. Cf. G. Bachelard, La Poétique de l'Espace, chapitre III, "Le Tiroir, les coffres et les armoires, op. cit., pp.79-91, en particulier, pp. 82-84, l'auteur cite Milosz (Amoureuse initiation, p. 217) : (…) "L'armoire est toute pleine du tumulte muet des souvenirs."
  35. Cf. R. Dadoun, op. cit.,p. l'auteur cite Lorca : (…) "Le sang on ne peut pas le voir", pp. 114 ; 161-163.
  36. Comme dans Andreï Roublev "le rêve de la tête dévissée d'Andreï Roublev", dans lequel le peintre rêva qu'il était aussi une statue.
  37. La cathédrale en ruines c'est celle qui correspond au dernier plan du film.
  38. Raymond Bloch, La divination dans l'Antiquité, op. cit.
  39. Cf. Internet : Christian Bouchet, Le rêve lucide, Description et analyse du phénomène à partir d'expériences de rêves lucides spontanées ou préparées. Essai d'interprétation : mise en évidence des implications théoriques des procédés et techniques mis en œuvre. Thèse de Doctorat d'Etat ès Lettres, sous la direction de Michel Hulin, Université de Paris IV - Sorbonne – 1994, texte introductif : (…) "Le rêve lucide est un rêve de sommeil au cours duquel le rêveur sait qu'il est en train de rêver. La conscience de son état y est souvent à ce point vive que les chercheurs l'expliquent par l'émergence de la conscience de veille dans le rêve." http://florence.ghibellini.free.fr/revelucidea/abstract.htm Donald J. De Gracia, Les paradigmes de la conscience dans le sommeil, Center for Molecular Medicine and Genetics, Wayne State University, Detroit, MI, Traduction Florence Ghibellini. Introduction : (…) "Cet article se propose d'éclairer sous un jour nouveau les divers cadres disponibles pour comprendre la nature des expériences conscientes qui surviennent durant le sommeil." http://florence.ghibellini.free.fr/revelucidea/dondegf.html
  40. C.G. Jung, L'homme à la découverte de son âme ; structure et fonctionnement de l'inconscient, préface et traduction de R. Cahen-Salabelle, 2ème Edition revue et augmentée, Genève, 1946, p. 228.
  41. Antoine Porot, Manuel alphabétique de psychiatrie, Paris, 1952, p. 365.
  42. Ouvrage collectif, Le rêve et les sociétés humaines, op. cit., p. 104.
  43. Andrée Ruffat, La Superstition à travers les âges, op. cit., p. 99.
  44. Colin de Plancy, op. cit., article "Brizomancie".
  45. Éloïse Mozzani, op. cit., p. 1524.
  46. J.-A. Fourche-Tiarko et M. Morlighem, Les communications des Indigènes du Kasaï avec les âmes des morts, Institut royal colonial Belge, Bruxelles, 1939, p. 66.
  47. Cf. Le rêve et les sociétés humaines, op. cit.
  48. Chevalier/Gherrbrant, Dictionnaire des Symboles, op. cit., p. 812.
  49. C.G.Jung, L'homme à la découverte de son âme, op. cit., p. 289.
  50. C.G.Jung, L'âme et la vie, Paris, 1963, p. 81.
  51. Chevalier/Gherrbrant, Dictionnaire des Symboles, op. cit., p. 814.


▲ ▲ ▲


Accueil - Dictionnaire de la Cinémancie


Résumé de la cinémancie

Introduction à la cinémancie