Puits

De Cinémancie
Version du 19 février 2015 à 17:37 par Dimitri Dimitriadès (discuter | contributions)

(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : navigation, rechercher

Photogramme - Puits 18 : Stalker, Plan 116b. L’Écrivain laisse tomber une pierre dans un puits interminable. Notons dans l’image, la structure du puits qui rappelle la forme d’une couronne.
Photogramme - Puits 18 : Stalker, Plan 116b. L’Écrivain laisse tomber une pierre dans un puits interminable. Notons dans l’image, la structure du puits qui rappelle la forme d’une couronne.


Titres des films

Mode d'emploi de la figure (mot) et abréviations


Titre Titre original Réalisation Scénario Année Pays Durée (min.)
Puits (Le) Well (The) Lang Samantha Jones L. 1998 Australie 102
* * *

Autres titres de films

Mode d'emploi de la figure (mot) et abréviations


Titre Titre original Réalisation Scénario Année Pays Durée (min.)
Enfance d'Ivan (L') Ivanovo Detstvo Tarkovski Andreï Bogomolov V.
Papava M.
1962 URSS 95
Into the Wild
§. Christopher au fond d'un puits
Φω. 36. Plan 625
Into the Wild Penn Sean Sean Penn,
roman de Jon Krakauer
2007 USA 147
Miroir (Le)

§. La mère qui s'asperge la tête d'eau du puits, avant de s'asseoir et de regarder le feu au fenil.

Φω. Plan 20.
Zerkalo Tarkovski Andreï Tarkovski A.

Micharine A.

Et poèmes d'Arseni Tarkovski.
1975 URSS 106
Retour à Cold Mountain Cold Mountain Minghella Anthony Minghella Anthony, d'après le roman éponyme de Frazier Charles (1997) 2004 USA 148
Stalker Stalker Tarkovski Andreï Tarkovski A.
Strougatski A. et B.
1979 URSS 161
There Will Be Blood There Will Be Blood Anderson Paul Thomas Anderson Paul Thomas, inspiré du roman Pétrole ! (Oil !) de Sinclair Upton (1927) 2007 USA 158
True Grit
§. A 14 ans, Mattie Ross venge enfin la mort de son père, elle tue Tom Chaney, mais au moment ou elle tire avec un fusil, elle tombe dans un puits et se fait mordre par des serpents qui étaient logés à l'intérieur d'un squelette, elle aura la main noire, comme la trace noire sur la joue de Chaney. Pour la sauver, Cogburn force Blackie, le cheval noir de Mattie, à courir, mais le cheval sera épuisé, Cogburn le tue. Batsby va sauver Mattie en lui amputant la main.
Ture Grit Coen Joel et Ethan Coen Joel et Ethan, d'après le roman éponyme de Charles Portis 2010 USA 110
Visiteur (Le)
§. Φω. Plans : 1 - 14b - 28 - 138 - 141 - 144 - 145 - 469b - 471 - 484 - 520 - 523
Muukalainen Valkeapää Jukka-Pekka Forsström J.
Valkeapää J.-P.
2008 Finlande

Angleterre

Allemagne
98


▲ ▲ ▲

Photogrammes extraits des films - Analyse et liens spécifiques des films

Retour à Cold Mountain, d'Anthony Minghella

Supplément, ajouté le 14 juin 2013

Le contexte

Il a suffi à Ada (Nicole Kidman) de voir Inman (Jude Law), pour tomber aussitôt amoureuse de lui. (Cf. Photogramme – Première Rencontre. 08' 53") Pourtant, ils sont de milieu complètement différent, Ada est la fille d'un pasteur et Inman est un agriculteur. Mais cette relation sera de très courte durée, car la guerre de sécession (1861 – 1865) va éclater, et le couple sera séparé.

  Retour à Cold Mountain  de Minghella Anthony.   Photogramme Première Rencontre. Première rencontre entre Ada et Inman.
Retour à Cold Mountain de Minghella Anthony. Photogramme Première Rencontre. Première rencontre entre Ada et Inman.


Ada écrira des longues lettres à Inman, sans recevoir aucune réponse de sa part.


*

La divination dans un puits en regardant un miroir

  Retour à Cold Mountain  de Minghella Anthony.   Photogramme Puits 1. Sally qui invite Ada à déjeuner. Il est à noter que le ciel est bleu.
Retour à Cold Mountain de Minghella Anthony. Photogramme Puits 1. Sally qui invite Ada à déjeuner. Il est à noter que le ciel est bleu.

  Retour à Cold Mountain  de Minghella Anthony.   Photogramme Puits 2. Sally et Esco tiennent Ada afin qu'elle puisse regarder dans le fond du puits. Ada tient de la main gauche un miroir rectangulaire.
Retour à Cold Mountain de Minghella Anthony. Photogramme Puits 2. Sally et Esco tiennent Ada afin qu'elle puisse regarder dans le fond du puits. Ada tient de la main gauche un miroir rectangulaire.

  Retour à Cold Mountain  de Minghella Anthony.   Photogramme Puits 3. Ada essaye d'aligner la ligne de vision du miroir et du fonds du puits.
Retour à Cold Mountain de Minghella Anthony. Photogramme Puits 3. Ada essaye d'aligner la ligne de vision du miroir et du fonds du puits.


Un jour, de retour du bureau de poste, pour vérifier si elle a reçu une lettre d'Inman. Ada passe par la maison de Sally Swanger (Kathy Baker), cette dernière constate qu'Ada est amaigrie : « Tu es maigre comme une levrette ». Elle invite Ada à déjeuner. (Cf. Photogramme – Puits 1. 45' 58")

A table, Ada évoque la situation désastreuse de la guerre : « Je n'ai personne (son père venait de mourir), et pas d'argent... Je n'ai nulle part où aller, je ne veux pas partir. » (Ce commentaire est important pour la suite du discours.)

Esco (James Gammon), le mari bourru de Sally déduit : « Elle attend un gars.  » Sally lui donne une tape sur l'épaule.

Esco continue à parler à Ada : « Regarde au fond du puits.  » Sally est agacée, Esco crie : « Elle devrait. Qui regarde dans le puits avec un miroir verra son avenir dans l'eau. Paraît-il.   (Il parle à sa femme) Tu le fais bien.» Ada est intriguée : « Quel genre de miroir ?  »

Le plan suivant, ils sont devant le puits. Sally et Esco tiennent Ada, par les «épaules, de façon à ce qu'elle puisse voir derrière elle, dans le puits : « On va te retenir. Esco !  » (Cf. Photogramme – Puits 2. 47' 33")

La position d'Ada est acrobatique, elle s'incline en arrière, elle soulève le miroir, et essaye d'aligner la ligne de vision du miroir et du fond du puits. Esco curieux, lui demande : «  Tu vois quelque chose ? » Dans une position inconfortable, Ada est occupée, à trouver le meilleur cadrage du miroir rectangulaire (Cf. Photogramme – Puits 3. 47' 35"), elle marmonne des mots inaudibles  : « Je ne sais pas.  » (Cf. Photogramme – Puits 4. 47' 38")

Sally sceptique, lui dit  : « J'ai souvent essayé, guettant un signe annonçant le retour de mes fils. Je n'y ai vu que couic. » Mais Ada, continue à essayer différent cadrage du miroir. (Cf. Photogramme – Puits 5. 47' 45") Et, à fur et à mesure, en fonction du mouvement et de la réflexion de la lumière sur la surface de l'eau, elle commence à distinguer des formes sombres, qui se détachent sur un fond clair. (Cf. Photogramme – Puits 6. 47' 48"); Ensuite, une forme grossit et devient un homme qui porte un chapeau sur la tête. La forme lève le bras. Ada est subjuguée par ce qu'elle voit. Elle murmure des mots. (Cf. Photogramme – Puits 7. 47' 56")

La forme se précise, à présent, des oiseaux sombres volent dans tous les sens (Cf. Photogramme – Puits 8. 47' 59") , on distingue d'une façon fugace, un passage rocheux. C'est l'hiver, le sol est recouvert d'une couche de neige. (Cf. Photogramme – Puits 9. 48' 05") Ensuite, la forme disparaît. Anxieuse, Sally lui demande : «  Ça ne vas pas ? »

Ada se lève brusquement, s'éloigne du couple intrigué, elle halète d'angoisse. (Cf. Photogramme – Puits 10. 48' 16") Sally s'inquiète : « Que s'est-il passé ? Qu'as-tu vu ?  » Ada, n'en revient pas de sa « vision », elle retourne vers le puits et regarde au fond. (Cf. Photogramme – Puits 11. 48' 18")

En voix-off, nous entendons Ada qui parle (écrit) à Inman :« Hier, je vous ai vu marcher vers moi. Du moins je l'ai cru. Je me suis penché sur le puits de Sally Swanger, comme une folle qui tenterait d'en percer les secrets. Est-ce vous que j'ai vu me revenir, ou étais-ce votre fantôme ? Après tant de temps, je sais que je dois apprendre à survivre et admettre que vous ne reviendrez pas. Pourtant, je ne peux pas.  »

Elle est interrompue pas une personne qui va entrer dans sa vie d'une façon bienheureuse, une personne qui est envoyée par Sally Swanger  : Ruby Thewes.

  Retour à Cold Mountain  de Minghella Anthony.   Photogramme Puits 4. Contrechamp de l'image précédente. Dans le miroir nous distinguons le reflet de la réalité : Ada qui regarde.
Retour à Cold Mountain de Minghella Anthony. Photogramme Puits 4. Contrechamp de l'image précédente. Dans le miroir nous distinguons le reflet de la réalité : Ada qui regarde.

  Retour à Cold Mountain  de Minghella Anthony.   Photogramme Puits 5. Ada très concnetrée, regarde fixement le miroir en clignant légèrement l'oeil gauche.
Retour à Cold Mountain de Minghella Anthony. Photogramme Puits 5. Ada très concentrée, regarde fixement le miroir en clignant légèrement l’œil gauche.

  Retour à Cold Mountain  de Minghella Anthony.   Photogramme Puits 6. Ada surprise, commence à s'apercevoir que le coin gauche du miroir commence à changer, à se transformer : des petites formes indéfinies commencent à apparaître.
Retour à Cold Mountain de Minghella Anthony. Photogramme Puits 6. Ada surprise, commence à s'apercevoir que le coin gauche du miroir commence à changer, à se transformer : des petites formes indéfinies commencent à apparaître.

  Retour à Cold Mountain  de Minghella Anthony.   Photogramme Puits 7. A présent, d'une manière insolite, l'image de son visage disparaît, et des formes curieuses commencent à prendre vie. Les formes sont en noir et blanc.
Retour à Cold Mountain de Minghella Anthony. Photogramme Puits 7. A présent, d'une manière insolite, l'image de son visage disparaît, et des formes curieuses commencent à prendre vie. Les formes sont en noir et blanc.

  Retour à Cold Mountain  de Minghella Anthony.   Photogramme Puits 8. Les formes se précisent, une en particulier, qui suggère la forme d'un homme qui porte un chapeau. L'image n'est pas très nette, mais la “vision” est surprenante.
Retour à Cold Mountain de Minghella Anthony. Photogramme Puits 8. Les formes se précisent, une en particulier, qui suggère la forme d'un homme qui porte un chapeau. L'image n'est pas très nette, mais la “vision” est surprenante.


  Retour à Cold Mountain  de Minghella Anthony.   Photogramme Puits 9. L'image de l'homme est à présent claire, il marche dans le froid dans un passage rocheux, entouré par des oiseaux noirs.
Retour à Cold Mountain de Minghella Anthony. Photogramme Puits 9. L'image de l'homme est à présent claire, il marche dans le froid dans un passage rocheux, entouré par des oiseaux noirs.

  Retour à Cold Mountain  de Minghella Anthony.   Photogramme Puits 10. Ada est extrêmement bouleversée, elle ne croit pas ses yeux. Elle a bien vu la forme d'Inman, elle ne comprend pas (rappelons qu'elle est la fille d'un pasteur). Elle fait quelques pas autour du puits, puis elle retourne au puits et jette un coup d’œil dedans.
Retour à Cold Mountain de Minghella Anthony. Photogramme Puits 10. Ada est extrêmement bouleversée, elle ne croit pas ses yeux. Elle a bien vu la forme d'Inman, elle ne comprend pas (rappelons qu'elle est la fille d'un pasteur). Elle fait quelques pas autour du puits, puis elle retourne au puits et jette un coup d’œil dedans.

  Retour à Cold Mountain  de Minghella Anthony.   Photogramme Puits 11. Au fond du puits, la surface en miroir de l'eau qui reflète une image changeante d'un bout du ciel.
Retour à Cold Mountain de Minghella Anthony. Photogramme Puits 11. Au fond du puits, la surface en miroir de l'eau qui reflète une image changeante d'un bout du ciel.

L'image du puits avec deux miroirs, est-ce un « télescope » lisant l'avenir ?

L'image du puits, constituée d'un long cylindre et de deux miroirs de part et d'autre, ne suggère-t-elle pas une sorte de « télescope » divinatoire ? Une longue vue destinée à lire l'avenir (ou le passé) ? Certes, c'est une hypothèse inacceptable dans un monde raisonnable, régit (strictement) par les lois physiques. Cependant, il n'est pas inutile d'avancer dans un domaine encore obscur.

Il est à noter, qu'Ada était dans un état psychologique d'anxiété extrême, accompagné d'un état d'épuisement et de malnutrition, de plus son père est mort, l'être aimé qu'elle vient de rencontrer, part à la guerre. Elle se retrouve seule, et veut obtenir des « réponses d'espoirs ».

Dans son livre, Magie, divination, envoûtement et paranormal [1], Jean Vernette nous fournit deux clés d'interprétation : l'explication par les ondes et l'astral. L'auteur insiste sur le fait d'écouter ce que les gens disent des personnes douées de flashes de voyance ou de pressentiment (c'est notre cas avec Ada) : « Il a de l'énergie, il a un fluide, un rayonnement, un magnétisme, il capte les ondes »[2]. Dans la situation d'Ada, nous pouvons émettre l'hypothèse qu'elle a su « visualiser » les ondes d'Inman. [3]

Jean Vernette propose plusieurs types d'explications à partir de l'existence d'un tel réseau d’énergies dans le monde :

  • Le sujet récepteur percevrait les ondes émises par le sujet émetteur. (Ada a donc visualiser Inman dans le passage rocheux);
  • Les phénomènes de voyance seraient de simples cas de la transmission de l'information, mais par un support dont on ne connaît pas la nature ambulatoire, électrique, magnétique ;
  • Il existerait parallèlement à notre univers physique à trois dimensions et en harmonie avec lui un univers plus vaste, supranormal, qui échapperait à la causalité physique. On entre alors dans la notion d'« astral ». [4]


La « vision » révélée

  Retour à Cold Mountain  de Minghella Anthony.   Photogramme Puits 12. Ada menace “l'étranger” avec son fusil.
Retour à Cold Mountain de Minghella Anthony. Photogramme Puits 12. Ada menace “l'étranger” avec son fusil. (Comparez ce photogramme et les suivants avec le photogramme puits 9.)

  Retour à Cold Mountain  de Minghella Anthony.   Photogramme Puits 13. Inman reconnaît la voix de sa bien-aimée, il prononce les trois lettres : Ada.
Retour à Cold Mountain de Minghella Anthony. Photogramme Puits 13. Inman reconnaît la voix de sa bien-aimée, il prononce les trois lettres : Ada.

Entre temps, trop d'horreurs auront lieu et dans cette période de crise et dans un climat de scepticisme, de méfiance et de doute, les caractères des protagonistes a subit des changements radicales : elles sont devenues d'autres personnes. Elles ne sont plus ce qu'elles étaient. Mais l'amour a un pouvoir étonnant et il est un remède instantané.

Ainsi, durant un hivers particulièrement rude, dans ces montagnes froides (c'est le titre du film : Cold Mountain), Ada était à la chasse, elle abat un grand oiseau noir. Elle le prend dans les mains sans vergogne. Elle qui arrivait à peine à toucher le coq de la maison.

Elle lève la tête et elle aperçoit un étranger qui se profile au bout du chemin. Elle lève son fusil et le pointe sur le visiteur avec un air menaçant, d'une voix forte et claire, elle lui ordonne de tourner ses talons et de partir. (Cf. Photogramme – Puits 12. 2h. 13' 47")

L'étranger s'arrête quelques instants, il est dubitatif, il regarde la personne qui le menace de son fusil. Mais les affres de la guerre et de la violence, les frayeurs causées par des étrangers, nous pourront même dire, tout le mal du monde, n'a pas perturbé Inman, car il venait d'entendre la voix de sa bien-aimée. Certes une voix déterminée et hardie, la voix d'une personne qui ne plaisante pas. Mais c'est elle, c'est la voix d'Ada, c'est pour elle qu'il a fait tout ce chemin, c'est pour elle qu'il a quitté l'armée, et à présent cette personne pointe une arme contre lui. Il se contente de murmurer son nom : « Ada  ». (Cf. Photogramme – Puits 13. 2h. 13' 49")

Cette dernière reste stoïque, tout en pointant ce fusil, elle commence à hésiter, devant cet étranger qui ne cherche même pas à négocier, un bout de pain, cet étranger qui se contente de la regarder. Et sans rien dire, car il pensait peut-être que c'est peine perdue, sans parler de l'extrême fatigue. Inman tourne ses talons et s'apprête à partir. (Cf. Photogramme – Puits 14. 2h. 14' 29") Mais, Ada l'interpelle : « Inman  ». Ce dernier se retourne et continue de la regarder, elle s'approche alors vers lui, et comprends, les larmes aux yeux, que c 'est bien lui.

Le couple retourne dans leur cabane, Ruby les accueille avec joie et ironie. Ada lui présente, enfin, Inman. Ainsi, Ruby était présente à la fin de la « vision » d'Ada au puits des Swanger, et au début de la « réalisation » de la vision. (Cf. Photogramme – Puits 15. 2h 15' 35")

  Retour à Cold Mountain  de Minghella Anthony.   Photogramme Puits 14. Ada ne réalise pas encore que c'est Inman, ce dernier est à bout de force, il est épuisé, il n'insiste pas, il tourne les talons et s'apprête à partir.
Retour à Cold Mountain de Minghella Anthony. Photogramme Puits 14. Ada ne réalise pas encore que c'est Inman, ce dernier est à bout de force, il est épuisé, il n'insiste pas, il tourne les talons et s'apprête à partir.

  Retour à Cold Mountain  de Minghella Anthony.   Photogramme Puits 15. Ada présente Inman à Ruby.
Retour à Cold Mountain de Minghella Anthony. Photogramme Puits 15. Ada présente Inman à Ruby.
*

Après le retour d'Inman

  Retour à Cold Mountain  de Minghella Anthony.   Photogramme Puits 16. La vraie révélation du puits de Sally : Inman titubant qui avance vers Ada. Inman qui vient mourir aux pieds d'Ada. Cette image résume la grande ambiguïté dans la “lecture” des réponses divinatoires.
Retour à Cold Mountain de Minghella Anthony. Photogramme Puits 16. La vraie révélation du puits de Sally : Inman titubant qui avance vers Ada. Inman qui vient mourir aux pieds d'Ada. Cette image résume la grande ambiguïté dans la “lecture” des réponses divinatoires.
Comparez les photogrammes 8, 9 et 14. Nous constatons c'est le bras gauche qui fait la différence dans la "vision" d'Ada. Dans le photogramme 14, les deux bras sont allongés le long du corps.

Inman est épuisé, il dort. Ada rejoint Ruby : « Je l'ai vu. Dans le puits de Sally. Un homme, comme une tache noire sur la neige.
- Eh bien, tu l'as !
- Ce n'est pas ce que j'ai vu. Dans le puits, il tombait.
- Ta mémoire te joue des tours.
- Pas du tout. Il y avait des corbeaux noirs, qui volaient vers moi. J'ai cru le voir tomber... alors que je le voyais me revenir !
-(Ruby change de sujet) J'ai des grands projets pour cette ferme. »

Rappelons qu'Ada et Ruby étaient venu chercher le père de Ruby gravement blessé par Teague et sa bande. Ils vont repartir en deux groupes. Mais ils vont être surpris par Teague. Une fusillade éclate au cours de laquelle Teague sera abattu par Inman, ce dernier poursuit le dernier milicien de la bande, mais Inman sera touché. Ada, en entendant les coups de feu, imagine le pire. Elle court à l'endroit ou elle a entendu les coups de feu, et aperçoit, Inman titubant qui avance vers elle (Cf. Photogramme – Puits 16.), comme l'image reflétée dans le puits de Sally.

En voix off, Ada médite : « Ce que nous avons perdu ne nous sera jamais rendu.(...) Mon cœur ne s'en remettra pas. On ne peut faire que la paix avec le passé et tenter d'en tirer une leçon. (…) Il y a des jours où je réussis à ne pas penser à toi... quand la ferme me réclame avec plus d'urgence que mon cœur. En cette saison, la vie explose de partout. Et tu es là, dans chaque parcelle. (Ada tient la main de sa petite fille : Grace.) Comme si tu étais encore en route vers moi. Si tu pouvais nous voir, ce jour de Pâques, à Black Cove tu verrais que chacun de tes pas valait la peine. (…) J'ai regardé à nouveau dans le puits de Sally, et cette fois, il n'y avait rien pour me hanter. Juste des nuages... et puis, le soleil.  »

Cette méditation est révélatrice, elle témoigne du fait que pour avoir des “visions” sur l'avenir, il est déterminant d'être dans un état psychologique intense, avec une question qui “hante” la personne.


▲ ▲ ▲



Stalker, d’Andreï Tarkovski

Le Puits : "l'œil de la Zone" ?

Photogramme - Puits 17 : Stalker, Plan 64. Après la chute d'une pierre dans un puits d'eau : l'eau à des reflets acier. L'image suggère-t-elle "l'œil de la Zone" ?
Photogramme - Puits 17 : Stalker, Plan 64. Après la chute d'une pierre dans un puits d'eau : l'eau à des reflets acier. L'image suggère-t-elle "l'œil de la Zone" ?

Plan 67 : 1h 02' 30" : Le Professeur et l'Écrivain se reposent. Le Stalker dit : " Vous êtes fatigués ou quoi ? " Ils s'apprêtent à se lever, et à ce moment, nous entendons un fort bruit off d'une pierre jetée dans l'eau. Transition avec le :


Plan 68 : 1h 02' 55" : Plan moyen en plongée à l'intérieur d'un puits. Reflux de l'eau après la chute de la pierre. L'eau à des reflets acier, comme s'il s'agissait d'une eau lourde, métallisée. On dirait du mercure. (Cf. Photogramme - Puits 16.)


A ce moment, le Stalker récite en voix-off un poème. La poésie devient de la sorte un élément de la part irrationnelle de la Zone. Le poème est composé de deux parties, la première est en noir et blanc, la seconde en couleur. La première partie concerne des appréciations sur les passions : (Voix-off du Stalker) "(…) L'essentiel est qu'ils (croient en eux-mêmes. Et deviennent fragiles comme des enfants. Car la faiblesse est grande tandis que la force est minime." [5]

Plan 69 : 1h 03' 43" : C'est la partie en couleur du poème. Le Stalker est accroupi dans l'encadrement d'un passage étroit. Il descend prudemment face à nous. Le poème est un extrait d'une citation du Tao-Tö-King de Lao-Tseu. [6]


Le son du puits

La bande-son du film est particulièrement importante. [7] Elle participe pleinement à l'émergence d'une partie poétique du film. Plus encore, elle ancre le film dans une dimension profonde. Elle est, si l'on ose dire, sa quatrième dimension. Andreï Tarkovski dit qu'en fin de compte seule la course-poursuite constitue le côté science-fiction de la nouvelle des Strougatski. [8]

Le plus bel exemple de l'invocation de cette "quatrième dimension" au sens figuré et au sens réel se trouve au plan 116b. La scène se passe devant le puits du Bunker à l'intérieur de la Zone. Il s'agit de l'Écrivain qui laisse tomber une grosse pierre dans le puits. (Cf. Photogramme – Puits 18.)

En effet, ce n'est que longtemps après que nous entendons un premier impact de la pierre contre les parois du puits. L'Écrivain s'assied au bord du puits, et nous entendons un second bruit qui provient du puits.


Andreï Tarkovski a un goût prononcé pour la profondeur de champ. Elle est souvent dédoublée par l'utilisation de panoramique ou par une vue en plongée, comme la scène avec le ballon dans le prologue d'Andreï Roublev. Ici, nous avons la profondeur invisible du sol, c'est-à-dire la profondeur du puits, comme si la pierre "crevait", littéralement, "le plancher de l'image". D'autre part, la reconversion tarkovskienne s'enchaîne comme il se doit par la parole, autre élément de la bande-son. L'Écrivain assis au bord du puits, en attente, au bord du "gouffre de l'inspiration", commence un long monologue. [9] C'est face à la caméra, face au monde, que l'Écrivain dévoile à haute voix ses pensées [10] : il est venu dans la Zone, parce qu'il avait perdu l'inspiration, cela nous le savons dès les présentations, au bar, au plan 16. [11] A présent, (plan 116) l'Écrivain est devant un "puits tari", un puits qui ne lui livre que l'écho de son vide, d'un long vide. De plus, il cherchait "l'inspiration vénale", au plan 86. [12]



*


Le puits : Recueil d'infiltration

Photogramme - Pierre : Stalker, Plan 97. A la demande de l'Écrivain le Stalker va jeter à l'intérieur du "tunnel-hachoir" une grosse pierre.
Photogramme - Pierre : Stalker, Plan 97. A la demande de l'Écrivain le Stalker va jeter à l'intérieur du "tunnel-hachoir" une grosse pierre.

Voilà donc "la vérité" de l'Écrivain ou sa contradiction, et par prolongement la vérité sur la création proprement dite. L'éternelle question : vivre pour créer ou créer pour vivre ? Devant le puits, l'Écrivain a compris que la création aussi a besoin de "hauts-fourneaux". Ici, le puits est renversé, il plonge indéfiniment dans une terre sans fin. En général, un puits sert à recueillir les eaux d'infiltration ou alors à l'exploitation d'un gisement. Pour l'Écrivain il s'agit des infiltrations de la "liqueur de l'inspiration" ou des gisements de l'inspiration. Par ailleurs, la présence de ce long "anneau noir" dans le bunker suggère une laisse gigantesque. L'Écrivain souhaiterait y être attaché, comme le Stalker, par le cou. D'ailleurs, au plan 116, l'Écrivain épuisé par le voyage va s'allonger près du puits, en position fœtale. Il surnage dans une eau entourant le puits. Le fond et la forme se rejoignent. De plus, il faut aussi situer le plan du puits qui succède en fait à la séquence du tunnel (plans 96 à 110.) C'est un autre développement "plan à plan". C'est ici un développement purement plastique : le tunnel incurvé, horizontal et le puits droit, vertical. L'Écrivain jette une pierre dans le puits, et devant le tunnel, puisque le tirage au sort le désigne pour aller en premier dans le tunnel, qui est en fait le "hachoir". Il demande au Stalker de lui jeter une bandelette lestée, pour lui indiquer le chemin. Le Stalker n'en avait plus, il cherche autour de lui et trouve une grosse pierre qu'il jette rapidement en refermant violemment la porte. (Cf. Photogramme - Pierre.)


A travers ces plans, nous pouvons aussi déduire que l'Écrivain devient en quelque sorte un Stalker. En effet, dans le tunnel, c'est l'Écrivain qui va guider les autres, comme d'ailleurs il va les guider aussi dans le bunker. Il reste enfin, dans ce registre un fait qui a eu lieu au plan 69. En effet, le Stalker et l'Écrivain veulent traverser une corniche étroite surplombant un précipice. L'Écrivain décontracté dit au Stalker : "Rappelez-vous que Saint-Pierre faillit se noyer." [13] Le Stalker laisse tomber un écrou. Long temps de silence avant le son de chute dans l'eau (en voix-off), il dit à l'Écrivain : " Allez-y l'Écrivain." [14] Le temps de silence avant le son de la chute de l'écrou exprime la distance. L'écrou devient un agent qui mesure une distance importante et dangereuse (comme au plan 116). Dans les deux plans 69 et 116, les cadrages sont en plan rapproché sur les personnages. Dans les deux cas, on peut dire, "qu'on regarde avec nos oreilles". Ainsi la monumentalité est suggérée par le vide, par une audition du vide. Et, à ce moment-là le Professeur disparaît. [15] Toutefois, nous devons remarquer pour conclure, que le son exprime en définitive, la "personnalité" des protagonistes : un bruit alternatif, court et sec ou long et aquatique (ambivalence du Stalker) ; un bruit en écho et sans fond (l'Écrivain) ; un bruit "mou" et imperceptible (allusion au sac du Professeur). Mais dans ces cas spécifiques, nous ne sommes plus dans un registre cinémantique, mais plutôt dans un registre "phonomantique".


*


Liens spécifiques du film

Voir : Stalker


▲ ▲ ▲


There Will Be Blood, d’Anderson Paul Thomas

Supplément, ajouté le 16 juin 2013

Le film commence par un prospecteur solitaire, Daniel Plainview (Daniel Day-Lewis), qui cherche du minerai d'argent. Première originalité du film, l'absence de dialogue durant le premier quart d'heure. Nous retrouvons cette même originalité dans un film finlandais de Jukka-Pekka Valkeapää, Le Visiteur (Muukalainen ) (2008), de plus les deux films, chacun d'une manière particulière, accordent une place importante aux puits, sauf que dans le premier, nous aurons droit à des nombreuses scènes à l'intérieur d'un puits, parfois tragiques (la mort de Joe Gundha, un ouvrier), et que dans le second, aucune scène, hormis la tête du puits.

Cette valeur, l'absence de dialogue, permet de saisir un autre type de langage, les gémissements, les halètements, les essoufflements de personnes qui se trouvent dans des endroits exigus, étroits et sans lumière. Il nous semble que cette valeur a une relation avec la surdité accidentelle de H.W., le (faux-) fils de Daniel (Dillon Freasier), survenue lors de l'explosion d'un puits de forage.

Ce qui semble pertinent dans la mise en valeur des scènes du puits, c'est la collaboration et la solidarité humaine dans un milieu dangereux, pour ne pas dire explosif et sans aucun égard à une sécurité élémentaire (nous sommes au début de la recherche de « l'or noir »). Une fraternisation nécessaire qui en principe, devrait créer des liens forts entre les protagonistes. Mais, rien de tel chez Daniel Plainview, il est misanthrope et n'aime pas ses semblables (nous l'apprenons lors de ses aveux à son faux-frère, sous l'emprise de l'alcool). La plupart du temps il est seul, perché dans une cabane surélevé ayant une vue sur ses puits.

Ainsi, Daniel devient un expert dans les forages des puits de pétrole, mais incompétent dans les sondages de l'âme humaine. Il fuit la recherche de « l'autre », ça ne l'intéresse pas. Pourtant c'est grâce aux autres qu'il va s'enrichir d'une manière incommensurable. La question qu'on peut alors se poser, c'est pourquoi un homme qui a souffert et avalé beaucoup de poussière pour arriver à gérer des hectares de champs pétrolifères dédaigne à ce point les relations humaines.

Il faut dire qu'au début du film, nous sympathisons avec ce personnage déterminé et décidé, d'un homme qui a une réponse à tout, d'un homme responsable. Mais au fur et à mesure, des sentiments contraires prennent place : il accepte de se faire baptiser uniquement pour avoir le droit de passage d'un pipe-line sur le champ du vieux William Bandy (Colton Woodward), il frappe violemment le pasteur Eli Sunday (Paul Dano), il tue son faux-frère Henry. Et le comble de la perfidie est atteinte quand il déclare à son fils, qu'en réalité, il n'est pas son fils, et qu'il est « un bâtard trouvé dans un panier » (a bastard in a basket). Il ajoute qu'il l'avait adopté afin de pouvoir acheter avec une plus grande facilité des terrains, en présence d'un enfant qui a le visage d'un ange. On peut le dire, l'âme de cet homme est aussi noir que le pétrole au fond d'un puits. Une représentation métaphorique directe.

  There Will Be Blood de Anderson Paul Thomas.   Photogramme Puits 19. L'âme de Daniel Plainview n'est-t-elle pas aussi noir que le pétrole au fond d'un puits ?
There Will Be Blood de Anderson Paul Thomas. Photogramme Puits 19. L'âme de Daniel Plainview n'est-t-elle pas aussi noir que le pétrole au fond d'un puits ?


▲ ▲ ▲



Notes et références

  1. Éditions Salvator, Paris, 2011. 1ère édition, Éditions Salvator, Paris, 2000.
  2. Ibid. p. 36.
  3. Rappelons que la lumière est l'ensemble des ondes électromagnétiques visibles par l'œil humain.
  4. Ibid. p. 36. Il est intéressant de souligner que Jean Vernette compare ces théories au chaman de Sibérie, (sorcier des sociétés non-industrialisées) capable d'évoluer avec aisance dans un monde où on lit à distance dans le temps et l'espace l'histoire d'autrui.
  5. Une partie de ce poème est cité dans le cahier journal d'Andreï Tarkovski, Cahier Journal 1970-1986, op. cit.,p. 158 : 28 décembre 1977, c'est donc au cours de la réalisation du film :
    "Quand un homme naît, il est faible et souple, quand il meurt, il est fort et raide.
    Quand un arbre croît, il est souple et tendre; quand il devient sec et dur, il meurt.
    La dureté et la force sont les compagnons de la mort.
    La souplesse et la faiblesse traduisent la fraîcheur de la vie.
    C'est pourquoi ce qui a durci ne vaincra pas."
  6. Lao-Tseu : (…) "Philosophe chinois, 604-520 Av. J.-C. contemporain et adversaire de Confucius. D'après la légende, sa mère le conçut d'un rayon d'étoile, le porta quatre-vingt et un ans dans son sein, et il vint au monde avec des cheveux et des sourcils blancs, d'où son nom de Lao tseu (vieillard-enfant.) (…) Vite dégoûté de la vie publique, il s'en fut chercher la paix dans un ermitage, sur une montagne… où il composa l'œuvre unique le "Tao-Tö-King". (…) Sa philosophie spiritualiste, presque monothéiste, tend à développer l'exaltation religieuse et le mépris des choses terrestres." (Encyclopédie Larousse.) Une hypothèse d'interprétation de la légende pourra être la suivante : la mère c'est la terre, le sein c'est la montagne, quatre-vingt et un est un nombre cubique : trois fois trois fois trois. " Le cube symbolise le monde matériel et l'ensemble des quatre éléments… Dans un sens mystique, le cube a été considéré comme le symbole de la sagesse de la vérité et de la perfection morale… Il est le modèle de la Jérusalem future, promise par l'Apocalypse… C'est aussi, à la Mecque, la Kaaba, saint des saints de l'Islam, dressée au centre de la grande Mosquée. C'est cet édifice, de forme cubique comme l'indique expressément son nom (Kaaba = Cube.) qui contient la célèbre "pierre noire" censée avoir été donné à Abraham par l'archange Gabriel." (Chevalier/Gherrbrant, Dictionnaire des Symboles, op. cit.,p. 328.)
  7. Cf. Gestenkorn et Strudel, op. cit., p. 97 ; J. Mitry, op. cit., tome 2, "La Parole et le son", pp. 87-176.
  8. Andreï Tarkovski, Dossier Positif-Rivage, op. cit.
  9. "Encore une expérience. Les expériences, les faits… Mais les faits n'existent pas, ici surtout. (…) Quel foutu écrivain suis-je, si je hais l'écriture ? Écrire, c'est un supplice, une humiliation, comme s'extirper des hémorroïdes. (…) Je pensais les changer, c'est moi qu'on a changé (…) Autrefois l'avenir était le prolongement du présent… A présent l'avenir se confond avec le présent. Sont-ils prêts à cela ? Ils ne veulent rien savoir, ils ne font que s'empiffrer ! "
  10. Qui sont peut-être les pensées même d' Andreï Tarkovski, ce qui explique le fait que l'Écrivain parle face au "monde". Souvent un auteur parle par l'intermédiaire de ses acteurs. Comme dans le prologue du Miroir.
  11. - L'Écrivain : (Au Professeur.) "Quel besoin avez-vous de la Zone ? "
    - Le Professeur : " D'une certaine façon, je suis un savant. Et vous, quel besoin en avez-vous ?
    - L'Écrivain : " J'ai perdu l'inspiration…"
    - Le Professeur : " Alors, votre plume est tarie ?
  12. - L'Écrivain : (Au Professeur.) " A propos de l'inspiration vénale. (…) Admettons que j'entre dans votre chambre, et que je revienne, en génie ! L'homme écrit parce qu'il souffre, qu'il doute. Il doit prouver aux autres et à lui-même (…) qu'il vaut quelque chose. Si je suis sûr d'être un génie (…) alors pourquoi dois-je écrire ? A quoi bon ?
    - Le Professeur : " Gardez vos complexes pour vous."
    - L'Écrivain : " De toute façon toute votre technologie… ces hauts fourneaux et toutes ces roues.. (…) - ne sont que béquilles et prothèses. L'humanité existe pour créer. Créer des œuvres d'art. Et ça ne lui rapporte rien, à l'opposé des autres actions humaines.
  13. "Seigneur, sauve-moi." alors qu'il commence à s'enfoncer dans les flots. (Mathieu XIV, 22-23.) Cf. Gerstenkorn et Strudel, Etudes Cinématographiques, op. cit.,p. 86.
  14. Cette citation peut être considérée à la lettre comme un clédon. Elle peut signifier "Allez-y, l'Écrivain, devenez Saint Pierre." C'est ce qui effectivement va se passer, il va devenir "un saint homme". En effet, après le tunnel-hachoir, il se métamorphose, et porte le substitut de la couronne d'épines, qui exprime finalement le portement de la souffrance du groupe. Enfin, devant la chambre des désirs, il n'exprimera pas le désir d'entrer, à une nuance près, que nous verrons à ce moment.
  15. Ainsi, nous pouvons considérer cet aspect (l'objet qui suggère la distance) comme un épiphénomène. Au plan 69, le Professeur disparaît. Mais est-ce qu'on peut dire de même pour le plan 116 ? Qu'une partie de l'Écrivain a disparu ? Une partie non sanctifiée ?



▲ ▲ ▲



Résumé de la cinémancie

Introduction à la cinémancie