Grillage

De Cinémancie
Version du 26 janvier 2015 à 17:06 par Dimitri Dimitriadès (discuter | contributions)

(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : navigation, rechercher
Citizen Kane, plan 1.  Scène d'ouverture du film.
Citizen Kane, plan 1. Scène d'ouverture du film.

Autres titres de films

Titre Titre original Réalisation Scénario Année Pays Durée (min.)
Chloé
§. Grillage : 05' 42"
Chloe Egoyan Atom Wilson Erin Cressida, basée sur le film Nathalie (2003), de Fontaine Anne 2010 Canada, France, USA 96
Clean, Shaven Clean, Shaven Kerrigan Lodge Kerrigan L. 1995 USA 79
Condamné à mort s'est échappé (Un) Condamné à Mort s'est échappé (Un) Bresson Robert Bresson R. Devigny A. (mémoires) 1956 France 89
Deep End Deep End Skolimowski Jerzy Gruza J., Skolimowski J., Sulik B. 1970 Pologne, Angleterre, Allemagne 95
Disgrâce Disgrace Jacobs Steve Monticelli Anna Maria, d'après le roman éponyme de Coetzee J.M. (1999) 2008 Afrique du Sud, Australie 119
Du Silence et des Ombres
§. Les années 30 en Alabama. Un ouvrier noir est accusé de tentative de viol. Un avocat décide de le défendre. Il est bientôt menacé par les habitants de la ville. (Pitch du film)
To Kill a Mockingbird Mulligan Robert Foote Horton, d'après le roman de Lee Harper, Ne tirez pas sur l'oiseau moquer 1962 USA 129
Maître (Le)
§.Φω. 3 - Plan 4
(Voir détail : Mistrz) Piotr Trzaskalski Lepianka W.
Trzaskalski P ;
2005 Allemagne
Pologne
117
Mathilde

§.Φω. 27 - Plan 615
§.Φω. 54 - Plan 1195

§.Φω. 56 - Plans 1335 - 1362
(Voir détail : Mathilde) Mimica Nina Mimica Nina 2004 Italie, Espagne, Angleterre, Allemagne 97
Miroir (Le) Zerkalo Tarkovski Andreï Tarkovski A.

Micharine A.

Et poèmes d'Arseni Tarkovski.
1975 URSS 106
Raging Bull Raging Bull Scorsese Martin Carter J.

LaMotta J.
Martin M.
Savage P.

Schrader P.
1980 USA 129
Stalker Stalker Tarkovski Andreï Tarkovski A.
Strougatski A. et B.
1979 URSS 161


▲ ▲ ▲


Photogrammes extraits des films - Analyse et liens spécifiques du film.

Condamné à mort s’est échappé (Un), de Robert Bresson

Plan 64 : Fontaine, cherche une corde qui, "puisse supporter un homme. Voilà ce qu'il me fallait." (Il regarde le lit.) "Le grillage du lit me fournit une corde de 40 mètres de fil souple et solide." (Plan 65.) (Cf. Photogramme – Grillage 1.)


"Le premier morceau de corde, je le fabriquai à l'aide du traversin." Avec une lame, il taille le traversin : "Je la tordis fortement, avec un fil de fer enroulé dans le sens opposé, j'ai pu garder la torsion primitive." (Cf. Photogramme – Grillage 2.)


Encore une fois, il y a une transformation dans le sens et la fonction de l'objet. Le grillage de son lit de prison, devient le support "du lit de sa liberté" : une corde entre les deux murs d'enceintes. (Cf. Crochet.) (Cf. Photogramme – Grillage 3.)



*

Voir aussi les liens spécifiques du film

▲ ▲ ▲


Disgrâce, de Steve Jacobs

Le professeur de poésie, David Lurie (John Malkovich) commet l'irréparable : Il a eu une relation intime avec une de ses étudiantes, Melanie Isaacs (Antoinette Engel). Il quitte Le Cap[1], situé à l'ouest du pays, et décide de rejoindre la ferme isolée de sa fille Lucy (Jessica Haines) situé à l'est. Lucy a un seul voisin, Petrus (Eriq Ebouaney).

Un jour, Petrus est parti en ville. Le père et la fille vont recevoir la visite de trois jeunes africains. Ils vont agressés sauvagement les Lurie : Lucy est violée, et David brûlé.

Les images représentant des grillages, des barrières ou des clôtures, sont nombreuses dans le film. Ils participent pleinement dans l'édification d'obstacles infranchissables qui vont séparés physiquement, les deux principales communautés qui cohabitent en Afrique du Sud. C'est une des thématiques du film : la violence qui règne dans le pays de la période post-apartheid.

Le moment qui précède l'agression sera illustré par deux images qui sont particulièrement significatives. Le jeune africain, Pollux (Buyami Duma) provoque les chiens de Lucy avec acharnement, dans une dialectique champ contre-champ qui montre rapidement et en gros plan, d'une part, Pollux qui excite le chien, et d'autre part, le chien qui aboie férocement.

  Disgrâce  de Steve Jacobs.     Photogramme – Grillage 4.   Le jeune africain qui excite le chien.
Disgrâce de Steve Jacobs. Photogramme – Grillage 4. Le jeune africain qui excite le chien.

  Disgrâce  de Steve Jacobs.     Photogramme – Grillage 5.  Le chien qui aboie férocement.
Disgrâce de Steve Jacobs. Photogramme – Grillage 5. Le chien qui aboie férocement.


Voir aussi :


▲ ▲ ▲

Miroir (Le), d’Andreï Tarkovski

C’est l’épisode de la coquille à l’imprimerie. (Voir : Mot) Maroussia court sous la pluie. Dans sa course, il y a une prolifération de la figure de grillage, au plan 30, avec un travelling à gauche qui suit la course de Maroussia, le long d'un grillage continu. (Cf. Photogramme – Grillage 6.)

Photogramme - Grillage 6.  Miroir (Le), Plan 30. Un travelling latéral filme Maroussia qui court le long d'un grillage.
Photogramme - Grillage 6. Miroir (Le), Plan 30. Un travelling latéral filme Maroussia qui court le long d'un grillage.

En ce qui nous concerne, le grillage est une figure pertinente dans le cinéma en général, et dans la cinémancie en particulier. En effet, cette figure obstacle détermine souvent un certain nombre d'indices, souvent stupéfiants. Comme par exemple, dans le film suivant : Raging Bull (1980), de Martin Scorsese.


▲ ▲ ▲

Raging Bull, de Martin Scorsese

Photogramme - Grillage 7. Raging Bull. Plan 139. La première rencontre de Jake et Vic.
Photogramme - Grillage 7. Raging Bull. Plan 139. La première rencontre de Jake et Vic.


Au début du film, Jake est séduit par Vic. Il demande à son frère Joey de la rencontrer. La rencontre a lieu, devant un terrain de basket grillagé. A leur première rencontre, Jake et Vic sont de part et d'autre du grillage. Jake salue Vic en lui tenant le bout du doigt (plan 139, 23' 20"). (Cf. Photogramme – Grillage 7.)


Photogramme - Grillage 8. Raging Bull. Plan 141. L'isolement de Vic.
Photogramme - Grillage 8. Raging Bull. Plan 141. L'isolement de Vic.


Encore une fois, l'image présente en un éclair l'étendue de l'avenir qui attend Jake. En effet, comme dans l'image, il sera toujours séparé de Vic, comme le présente le plan suivant.(Cf. Photogramme – Grillage 8.)



Il n'obtiendra d'elle que, "le bout du doigt", c'est-à-dire, une petite partie de Vic, car elle ne lui sera pas fidèle.

*


Ce n'est pas fini. Au Plan 157, (27' 38") Jake emmène Vic visiter sa demeure. Il lui montre une cage d'oiseau, (Cf. Photogramme – Grillage 9.) en lui disant : "Il y avait un oiseau."


Là encore, l'image déclare le triple temps : il annonce le passé et le présent de Jake, l'oiseau est parti, car, "il a l'oiseau dans sa tête". La cage vide annonce aussi, la future maison vide de Jake, puisqu'il vont divorcer.


Photogramme - Grillage 9. Raging Bull. Plan 157. Le grillage et la cage, des figures à approfondir.
Photogramme - Grillage 9. Raging Bull. Plan 157. Le grillage et la cage, des figures à approfondir.
▲ ▲ ▲

Stalker, d’Andreï Tarkovski

Au fur et à mesure de la progression des trois hommes dans l’Avant-Zone, nous allons rencontrer deux figures qui vont s’imposer d’une manière récurrente, il s’agit des grilles et des barrières. Il faut noter que ces figures ont une forte connotation dans la représentation de l’interdit, du défendu et de l’exclu. De plus, ils ont une qualité de « transparence », si l’on ose dire, ils laissent entrevoir les espaces, tout en produisant une séparation.

Photogramme – Grillage 10. Stalker : Plan 23.  Le complice du Stalker recule en refermant le portail, il se retourne et court sur la voie où il trébuche et manque de tomber.
Photogramme – Grillage 10. Stalker : Plan 23. Le complice du Stalker recule en refermant le portail, il se retourne et court sur la voie où il trébuche et manque de tomber.

Pourtant à travers ces obstacles et ces frontières protégées, le Stalker a des complices qui vont l’aider à franchir l’infranchissable. Nous allons rencontré un complice au plan suivant :

Plan 22 : Sur une voie ferrée et derrière un large portail doublement grillagé, apparaît le complice, il ouvre le portail afin de laisser passer une grosse locomotive, elle est aussitôt poursuivie par la jeep qui emprunte également la voie ferrée et sort dans la même direction que la locomotive.

Un fait singulier va nous intéresser :


Plan 23 : Gros plan du complice, mégot aux lèvres, il regarde la jeep s’éloigner. Il recule en refermant le portail, il se retourne et court sur la voie où il trébuche et manque de tomber. (Cf. Photogramme - Grillage 10.)

C’est le second trébuchement dans le film, et ce n’est pas le dernier. Andreï Tarkovski exploite cette figure afin de souligner la part d’hésitation de la part du protagoniste. En quelques secondes, il intensifie la charge de l’interdit. Il montre de la sorte que le complice a peur.


Lire la suite : Plan 25.

▲ ▲ ▲

Voir aussi


Notes et références

  1. Cape Town en anglais, capitale législative de l'Afrique du Sud
▲ ▲ ▲


Accueil - Dictionnaire de la Cinémancie


Résumé de la cinémancie

Introduction à la cinémancie